Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

jeudi, 09 novembre 2006 22:25

Ismaël Lô chante son « Sénégal »

Le dernier opus d’Ismaël Lô, Sénégal est disponible dans les bacs à compter de ce lundi. Pour sa dernière œuvre, le musicien sénégalais à choisi de rendre hommage à son pays dont il a été durant ces trente dernières années l’un des plus grands ambassadeurs culturels.
Publié dans Culture
Le Fleuve Niger se meurt'. C'est le titre du tout dernier film documentaire réalisé par M. Aborak Kandine Adam, monteur à Tal TV. Ce film que l'auteur a récemment présenté au Festival Médias Nord- Sud de Genève (Suisse) sur le thème ''le changement climatique'', s'est imposé en obtenant le Grand prix du jury sur 34 autres films dont la plupart de 52 minutes.
Publié dans Culture
samedi, 05 août 2006 04:40

L'esprit Desert Rebel d'Esperanzah

Le groupe franco-nigérien "Desert Rebel", tête d'affiche au festival des musiques du monde "Esperanzah!" qui démarre ce vendredi soir, ne se contentera pas de son concert de dimanche pour se révéler aux visiteurs.
Ce collectif de musiciens encore assez inconnu du grand public, ne commencera à jouer ce jour-là qu'à 22 heures pour clore le festival. Et pourtant, il marquera dès ce vendredi le rendez-vous des musiques différentes et des organisations non gouvernementales de coopération au développement.


Publié dans Culture
(Publié le 07-04-2006)Le groupe Salem Tradition de la Réu-nion et Mamar Kassey du Niger viennent de construire un pont musical entre les deux pays. Ce pont consacre le mariage du «Maloya», rythme traditionnel réunionnais et celui du Niger. Cet «heureux ménage» s’appelle Route des Tropiques. Conçu et mis en oeuvre musicalement parlant depuis près de 18 mois, le projet «la Route des Tropiques» a été matérialisé le dimanche 2 mars 2006 au Centre culturel franco-nigérien de Niamey d’où il a pris naissance.
Publié dans Culture
mercredi, 12 avril 2006 18:13

L'art dans la société Nigérienne.

Art Niger Derrière la croix d'Agadez, des trésors artistiques. De tous les objets d'art nigériens, le plus connu est sans conteste la croix d'Agadez, dont on trouve d'ailleurs de nombreuses imitations sur le marché, les faussaires ayant longtemps compris tout le profit qu'ils pouvaient tirer de ce filon touristique. Cette croix n'a certes rien de magique, mais les dieux semblent lui avoir donné leur bénédiction, au point d'éclipser toutes les autres productions nigériennes.
Publié dans Culture
mercredi, 12 avril 2006 16:16

Le rap Nigérien

Wasswong(Publié le 18-01-2006) Arrivée il Y a plus d'une décennie au Niger, la musique rap n'en finit pas de faire des adeptes. Aujourd'hui, plus de 300 groupes sont recensés dans la seule ville de Niamey. Quand ils sont en concert au CCFN (centre culturel franco-nigérien) de Niamey, c'est toujours plein à craquer. Le public est là, fidèle, criant, applaudissant et gigotant au rythme de la musique et des refrains.  Au Niger, le rap s'est propagé chez les jeunes par un véritable effet de contagion. C'est ainsi qu'à Niamey la capitale, chaque quartier possède au moins plusieurs groupes de rap. Un véritable phénomène de société! Et pour se faire remarquer, il faut enregistrer.
Publié dans Culture
mercredi, 12 avril 2006 15:07

Bob Dylan africain

Ismaël Lo(Publié le 27-10-2005) Une mère nigérienne, un père sénégalais, Ismaël Lo mêle musique mandingue et rythm’n blues, soul et mélodies peuhles. Né en 1956 à Dongo Buti sur les rives du fleuve Niger, c’est à côté de Dakar qu’il passera sa jeunesse. Etudiant peintre dans une école d'art, il joue de la guitare, de l’harmonica et chante. Le jeune musicien se fait rapidement un nom dans le pays et au croisement d’un concert le Super Diamono (orchestre mythique de Dakar) lui propose de tenir la place de chanteur. Le groupe enchaîne les tubes en Afrique de l’Ouest avec son M’Balax métissé. En 1984, Ismaël Lo commence une nouvelle carrière, il veut s’exprimer seul. Très prolifique, il finit par se faire connaître du grand public avec le titre "Tajabone”.
Publié dans Culture
mercredi, 12 avril 2006 14:43

Fima 2005

Image(Publié le 25-09-2005) Le mot du président. Mon rêve enfin devenu réalité,  le FIMA est désormais l’évènement culturel incontournable du continent africain.Cette année, nous attendons  plus de 5000 festivaliers venus du monde entier pour célébrer  comme il se doit la mode et la création. En ces temps difficiles pour mon pays, je me dois de rappeler la devise du FIMA : « culture, paix et développement »  et d’insister sur la solidarité témoignée par l’ensemble de nos partenaires qui ont décidé à l’occasion de cette nouvelle édition, de venir en aide à la population victime de la crise alimentaire qui sévit actuellement au Niger. Les nombreux bénéfices générés par cet événement seront  ainsi entièrement redistribués à l’association Action  contre la  Faim  dans le cadre des opérations menées en faveur de la lutte contre la malnutrition  au Niger
Publié dans Culture
(Publié le 09-06-2005) Le Canada a offert mardi, à la radio nationale nigérienne Voix du Sahel, un deuxième lot de matériel  numérique, entrant dans le cadre des cinquièmes Jeux de la  francophonie que le Niger s'apprête à organiser du 7 au 17  décembre prochain. Ce matériel acquis dans le cadre de la coopération, vient rendre"effective", la numérisation de la Voix du Sahel.  La cérémonie de réception du matériel s'est déroulée dans  l'enceinte de la Voix du Sahel, en présence de Jean-Pierre Veyette chargé des radio-télévisions du Canada, du directeur général de  l'Office de radio et télévision du Niger (ORTN)
Publié dans Culture
mardi, 11 avril 2006 20:25

Création Alphadi

(Publié le 27-04-2005) Enfant du désert, ALPHADI est aujourd'hui l'un des stylistes les plus connus du continent africain. Miroir de son pays, le Niger, et de l'Afrique, ALPHADI connaît la valeur et la richesse des hommes et des traditions qui l'ont nourri. Les créations d'ALPHADI constituent le reflet de sa diversité culturelle. En effet, l'originalité repose à la fois sur les références aux valeurs quasi-millénaires des peuples Songhay, Zarma, Bororo, Peuhls, Haussa, Touareg… et un style insolent à l'audace des lignes et des formes. En somme, un équilibre entre les apports du désert et l'expérience occidentale qu'il a acquis au contact de l'atelier Chardon Savard où il fit ses premières armes.
Publié dans Culture
Page 1 sur 19