Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

Imzad Violon Niger 01L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.

Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu’en Algérie. Selon certaines sources, le premier Imzad a été confectionné par une femme pour louer le courage de son mari qui a su résister aux ennemis : tous les hommes ont fui et seul Abarad était resté pour défendre corps et âme les femmes et les enfants du campement jusqu'à la dernière goûte de son sang.

L'imzad est fabriqué avec une calebasse, une peau de lézard, une branche d'acacia et un crin de cheval. Cet instrument peut donner des sons cristallins. À l'image des joueuses nigériennes d'imzad à savoir : Ajo d'Agadez, Almountaha et Taghoudou de Tchintabaraden, Zihi de Tillia, Fatimatou et Alghadawiyat d'Abalak, le souhait le plus cher de l'algérienne Alaminkoulen, âgée de 87 ans, est de transmettre son savoir-faire sur l’imzad aux générations futures. Elle forme actuellement des jeunes filles qui s'intéressent à ce genre musical. "Ce n'est pas avec les yeux qu'on apprend à jouer l'imzad, mais c'est avec le cœur" a-t-elle affirmé.

Chez les touaregs du nord, outre le tambour traditionnel appelé Tendé il existe l'imzad. Longtemps considéré comme une fierté touareg, l'imzad cet instrument de musique traditionnelle qui se transmet de mère en fille, est malheureusement menacé de disparition. Aussi, pour immortaliser cet instrument et son rythme remuant, l'association Imzad d'Algérie a créé un groupe musical dénommé ‘’groupe Imzad’’, éponyme pour chanter l'hymne à l'imzad soutenu par des chants véhiculant des messages d'amour et de paix.

Le groupe Imzad fait appel à la tradition avec un clin d'œil perceptible à la modernité. Il s'agit à travers cette initiative d'inciter la nouvelle génération à valoriser ce patrimoine culturel.

Abdou Abdourahmane, ONEP/ Tahoua

06 juillet 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Culture