Foire internationale de New Delhi/Inde : Sogha marque la présence du Niger à la foire de Surajkund

UUULa foire internationale de Surajkund de l’Etat de Penjaha eu lieu du 1er au 17 février à New Delhi, un festival qui vise la promotion de la culture dans le monde entier. Sur invitation du Gouvernement indien par l’entremise de l’Ambassade de l’Inde au Niger, le célèbre Sogha du Niger a effectué le déplacement de New Delhi où il s’est produit devant de nombreux festivaliers. Cette édition a été l’occasion pour les organisateurs de mettre en exergue les talents musicaux de nombreux pays aux festivaliers.

La foire internationale de Surajkund est une initiative de l’Etat de Penjah. Avec des spectacles de jour comme de nuit, cette foire est une activité culturelle qui vise à promouvoir l’art et la culture indienne, mais aussi ceux des autres pays notamment africains. De cette expérience du groupe Sogha en Inde, Aichatou Soumaila dite ‘’Dan Kwali’’ administratrice dudit groupe garde des aspects positifs. « Quand nous donnons des concerts nous commençons par les pièces du répertoire classique puis nous reprenons quelques chansons internationalement connues comme la musique sud-africaine. Lors de nos sorties à l’extérieur comme ce fut le cas de New Delhi, il nous était naturel de reprendre les chansons de l’ancienne génération, mais avec une touche particulière intégrant des sons et des rythmes nigériens. C’est comme ça que nous faisons danser les autres ethnies qui nous suivaient. A travers Sogha, nous réalisons le rêve de découvrir d’autres cultures, de partager la nôtre si diversifiée et si riche en lui donnant une touche plus particulière. Nous étions impressionnés de l’accueil qui nous a été réservé par le public. Nous sommes fiers de faire découvrir notre bel héritage culturel en Inde. Sogha essaie d’intégrer le monde culturel, nous composons de plus en plus des chansons en anglais, en hindu, en français sans oublier de les mélanger avec nos langues locales, qui sont importantes pour nous, pour notre promotion. Nous voulons que nos chansons puissent être entendues et comprises par tous, c’est notre souhait. Et la qualité de notre travail y contribue ».

L’édition 2019 de la foire internationale de Surajkund a répondu à toutes les attentes vue l’affluence des gens au niveau des stands ­­­d’exposition et des animations culturelles. « Nous étions sur les podiums souvent à improviser certaines chansons et nous avions pu, par la force des choses, capter l’attention du public. Et à force de chanter, de danser et de défendre les couleurs du Niger, nous avions pu avoir notre public à nous. Nous avions pu faire connaitre le Niger par ce public. Et avec le drapeau et les échanges avec les spectateurs dont certains n’ont jamais entendu et ou connu notre pays, nous leur avons expliqué que le Niger est diffèrent du Nigeria, avec lequel certains nous confondaient. Aujourd’hui quand je vois que tout le monde cherche à s’approprier sa culture, il ne faut pas que nous baissions les bras. Il ne faut surement pas qu’à ce moment-là, nous, nigériens nous abandonnions la nôtre. C’est pourquoi, que c’est avec plaisir que nous avions presté avec le drapeau pour exhiber notre culture par notre habillement, nos parures et nos chansons en langue. Et Dieu merci, cela a très bien car à chaque fois que Sogha monte sur le podium, beaucoup de gens se joignent à nous pour danser et partager ces moments de joie avec aisance » se réjouit Aichatou Soumaïla.

Un plus pour les artistes locaux

Cette édition de la foire de l’Etat de Penjah a été l’occasion pour les artistes aussi bien locaux qu’étrangers d’être connus d’un autre public, un public différent de celui dont on est habitué tout le temps. Pour agrémenter l’évènement, il y a eu un programme riche et variés avec des prestations des artistes de plusieurs pays. Des exposants venus de divers pays d’Afrique ont pris part aux festivités. « Il y’a eu des échanges culturels entre nous, car nous avions le plus souvent fait des featurings » a dit Dan Kwali administratrice du groupe Sogha. Ce qui était encourageant pour nous ajoute-t-elle, c’est qu’on a pu interpréter une chanson indienne d’un film des années 90 que beaucoup apprécie ici, et à chaque fois qu’on entonnait cette chanson, le public joint leur voix à la nôtre pour chanter et danser. « Cela a tellement plu à ce public qu’il nous invitait tout le long de la foire de façon régulière à prester ». Pour Aichatou Soumaila, cette foire a été deux semaines de fête pendant lesquelles les artisans nigériens et ceux d’autres pays ont vu leurs chiffres d’affaires augmenter. C’est pourquoi, l’administratrice du groupe Sogha a témoigné toute sa gratitude à l’Ambassadeur de l’Inde au Niger SE Rajesh Argawal et à celui du Niger en Inde SE Ado Leko pour leur soutien constant au groupe dans cette expérience.

Aîssa Abdoulaye Alfary Envoyée Spéciale(onep)

28 février 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Culture