Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

lundi, 10 avril 2006 13:52

Mobiliser la diaspora

Évaluer cet élément
(0 Votes)
(Publié le 20-08-2004) Dans notre lutte quotidienne de ralliement de la diaspora nigérienne, nous avons rencontré nombre de ses représentants au Togo et au Bénin. Les Nigériens du golfe du Guinée nous ont laissé de bonnes impressions d’espoir, de courage et de solidarité. Nous nous faisons ici un plaisir de vous livrer nos étonnements, constats et enchantements. Ce témoignage basé sur des observations personnelles et une série de rencontres n’a pas de prétention scientifique. Au Togo, la diaspora nigérienne reste incontestablement celle qui nous a le plus frappé par son importance numérique et surtout par sa position économique.
Le grand marché Assigamé, poumon du commerce de la capitale togolaise Lomé, est détenu à plus de 50% par des Nigériens !!!!!, marchand de tissus, chaussures …… Les marchands ambulants qui sillonnent les rues de Lomé et environs sont majoritairement nos courageux frères.

A Zongo (quartier nigérien), nous avons rencontré des frères et sœurs « épanouis » et actifs, vivant en harmonie avec la population locale.

 

Au Bénin, d’après le dernier recensement de 2003, la diaspora nigérienne serait la première population étrangère en nombre.

Essentiellement dans le commerce, le Nigérien est respecté. Il est recherché pour son sérieux dans les affaires malgré l’affaire Hamani dit « l’homme Chic »..

Invité à Zongo de Cotonou, nous y avons rencontré des Nigériens assimilés aux autochtones tant ils ont intégré la communauté béninoise. Nigériens de nom et de sang, ils n’ont plus de contact avec leurs racines. Leur Hausa et Germa sont teintés d’un accent et d’expressions béninois!

Notre époque actuelle où les distances se réduisent, les frontières tombent, les outils de communications se multiplient et sont davantage abordables financièrement et accessibles physiquement (téléphone Internet, radio, télévision satellites), conforte notre conviction de la nécessité de mobiliser la forte diaspora nigérienne en soutien à ceux qui sont restés au pays.

Le Ghana et la Côte d’Ivoire - pour ne citer qu’eux  dans la sous région - seraient aussi des pays où nos frères et sœurs sont bien implantés.

Avant cette prochaine étape de notre tournée africaine a la rencontre de la diaspora  nigérienne, nous vous remercions de compléter cet éventail d’impressions à partir de votre propre expérience.

Fraternellement !

Boubacar Guede
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15