mardi, 03 mars 2009 21:10

Manifeste pour une diaspora assumée

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Diaspora_NigerDepuis Aboki ou l’appel de la côte, le livre de Mahamadou Sabo Halilou qui fait le récit de l’immigration Nigérienne vers les pays africains côtiers, la diaspora nigérienne s’est beaucoup diversifiée et a élargi ses horizons. En effet, on constate, depuis une dizaine d’années, qu’Aboki s’engouffre plus en profondeur dans les mers.

C’est ainsi qu’il est très difficile, voire impossible, de trouver un pays sur cette terre où il n’y aurait pas un de nos compatriotes.
Nous sommes, donc, présents partout et au-delà des spécificités propres à chaque endroit, nous avons en commun l’amour de notre pays que nous exprimons chacun à sa manière. Ceux qui ont la chance de se compter parmi une grande  concentration de Nigériens, sont peut-être plus à l’abri, que d’autres, de la nostalgie poignante qui étreint chacun de nous. Ils se réunissent au sein d’Associations des Nigériens et essaient, de temps en temps, de ‘’ramener à la surface’’ le Niger. Le rôle thérapeutique de ce genre d’associations est déjà prouvé dans d’autres communautés. Et cela, quelque soit, par ailleurs, les critiques que les uns et les autres peuvent porter contre ces regroupements.                                      
tokten_nigerMalgré tout cela, je constate que notre impact sur la trajectoire, que suit le pays, est pratiquement  insignifiant, voire nul. Pourtant, ce n’est pas par manque de volonté, ni d’envie. Il suffit, pour s’en convaincre, de faire un tour sur les forums internet. Mais la bonne volonté seulement ne suffit pas, encore faudrait-il que l’on nous sollicite, n’est-ce pas? Pourtant, on est tous d’accord, aussi,  qu’ils ne sont pas obligés, au pays, de nous solliciter. Dans ce cas de figure, c’est à nous qu’il revient l’obligation de nous impliquer car il s’agit de la vie de notre cher pays et de notre vie  tout simplement. En effet, c’est, à bien des égards, une question existentielle que ce rapport avec la mère-patrie. En outre, si au pays, on ne semble pas s’intéresser à l’expertise de la diaspora, alors il faudra que la diaspora comprenne et n’attende pas. Il faut qu’elle agisse comme détentrice d’une quelconque expertise dont la première manifestation devrait être de chercher et trouver un plus petit dénominateur commun qui va fédérer toutes les énergies en son sein. Il faut absolument se donner les moyens à travers un cadre permanent de concertation. Ce cadre peut, par exemple, prendre la forme d’une fédération des associations des Nigériens, dans les différents pays, ou toute autre forme qui se donnera l’ambition de promouvoir la diaspora.
S’il vous plaît, donnons-nous un cadre nigérien d’envergure, et efficace, qui sera un lien entre les différents membres de notre diaspora, au-delà  des  clivages personnels, politiques, etc...
C’est à cela que je vous invite. 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

03 mars 2009
Publié le 03 mars 2009

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15