lundi, 28 octobre 2013 09:17

Le Président de la République rencontre les ressortissants nigériens vivant au Sénégal : Des échanges sur la vie de la Nation et les actions du Programme de la renaissance

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Issou Diaspo SenegalAu dernier jour de son séjour à Dakar, au Sénégal, le Président de la République SE. Issoufou Mahamadou a rencontré la diaspora nigérienne résident au pays de la téranga. La rencontre s’est déroulée en présence du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur, du ministre d’Etat en charge du Plan, des ministres en charge du Commerce et des Finances, du ministre directeur de cabinet du Président de la République, de la ministre déléguée chargée des Nigériens à l’Extérieur et de l’ambassadeur du Niger au Sénégal.

Il s’agit pour le Chef de l’Etat d’échanger avec nos compatriotes sur la vie de la nation et les actions qu’il mène pour l’amélioration de condition de nos populations.

 

Une initiative vivement saluée par l’ambassadeur du Niger au Sénégal. SE. Mallami  Hassan Chétima a, dans son introduction, rendu hommage au Président de la République pour les actions menées en un temps record au profit des populations dans le cadre du programme de la renaissance. ‘’Bien que résidant à l’étranger, des échos très favorables nous viennent de l’ensemble du pays sur vos différentes réalisations dans les secteurs clés de la vie d’une nation, notamment l’éducation, la santé, les infrastructures, l’alimentation, la sécurité et tout cela dans un environnement intérieur et extérieur marqué par des menaces sécuritaires contre notre pays’’ a déclaré l’ambassadeur Mallami Hassan Chétima avant d’assurer le Chef de l’Etat du comportement exemplaire de nos compatriotes au Sénégal.

S’adressant à nos concitoyens vivant au Sénégal, le Président de la République les a d’abord félicités pour leur comportement irréprochable dans leur pays de résidence. ‘’Continuez à vous comporter ainsi, car en le faisant vous honorez notre pays le Niger’’ leur a-t-il conseillé. Par la suite, le Chef de l’Etat a abordé diverses questions relatives à la vie de la nation et en particulier la mise en œuvre du programme de la renaissance. SE Issoufou Mahamadou a commencé par les aspects concernant directement la diaspora. Il s’agit notamment du vote des Nigériens à l’extérieur et de leur contribution aux actions à l’économie du nationale.

Le Chef de l’Etat a réitéré la promesse que les Nigériens à l’extérieur participeront aux prochaines échéances électorales. ‘’Je confirme que ces promesses seront tenues. Le ministère de l’Intérieur est déjà à pied d’œuvre pour amender le code électoral, afin que vous puissiez voter lors des futures législatives, mais aussi pour que vous ayez des représentants à l’Assemblée nationale’’ a déclaré le Président de la République. Il en va de même de la participation de la diaspora à la vie économique nationale. Issoufou Mahamadou a rappelé la tenue du forum de la diaspora qui a formulé d’importantes recommandations. Le ministère des Affaires étrangères travaillent pour créer les conditions de la mise en œuvre de ces recommandations. En effet, l’importance de la contribution de la diaspora aux économies nationales n’est plus à démontrer. Une étude de la Banque mondiale fait ressortir que les transferts effectués par les expatriés représentent le double de l’aide publique au développement. ’’Je souhaite que vous participiez plus activement au développement de notre économie et nous en créerons les conditions pour qu’il en soit’’ a-t-il assuré.

Le Chef de l’Etat est ensuite revenu sur les autres promesses faites aux populations nigériennes, promesses qui sont entrain d’être tenues à travers la mise en œuvre des huit (8) axes majeurs du programme de la renaissance. Ainsi au plan sécuritaire, le Président Issoufou Mahamadou a rappelé l’environnement dans lequel évolue notre pays, qui se trouve entouré de pays ayant des soucis sécuritaires (Mali, Libye, Nigéria). ‘’La sécurité est l’un des chantiers dont je me suis personnellement occupé. Nous avons atteints des résultats satisfaisants sur cet aspect puisque globalement le Niger reste en paix et en sécurité en dépit des événements d’Agadez, d’Arlit et de Niamey’’ a-t-il dit, avant d’ajouter que l’Etat dépense beaucoup de ressources. ‘’Mais, cela en vaut le coup, puisqu’il y a un lien indissociable entre la sécurité et le développement ; aucun développement n’est possible sans sécurité aussi bien au Niger que partout ailleurs’’ précise-t-il.

Sur le plan de la stabilité des institutions et la gouvernance politique, le Chef de l’Etat a rappelé sa forte conviction acquise pendant deux (2) décennies de processus démocratique. Celle de rassembler les Nigériens après les élections pour consolider les institutions et garantir la stabilité politique. Issoufou Mahamadou a ensuite évoqué les résultats engrangés dans le domaine de la gouvernance politique. Ces résultats se traduisent par un meilleur classement de notre pays sur l’indice RSF de la liberté de presse (29ème  mondial, 4ème en Afrique). Il en va de même dans le domaine de la gouvernance économique. Le Niger a bénéficié du Programme compact du MCC et a amélioré son classement sur l’indice de perception de la corruption, et de l’indice Mo Ibrahim. ‘’Nous sommes sur la bonne voie, et les partenaires nous le reconnaissent, même s’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l’objectif que nous nous sommes fixés, celui de l’assainissement des finances publiques’’ reconnaît le Président Issoufou Mahamadou.

En outre, le Chef de l’Etat a exposé à  la communauté  nigérienne vivant au Sénégal, les démarches qu’il a entamées depuis octobre 2012 pour mettre en place un gouvernement d’union nationale.  Il a ensuite abordé les négociations conduites au courant de cette année. ‘’Tout le monde était d’accord sur le principe et nous avons même trouvé un accord, mais au dernier moment de nouvelles exigences ont surgi. L’opposition a souhaité  avoir le poste de Premier ministre ce qui était difficilement envisageable. Donner le poste de Premier ministre à l’opposition, c’est déjà introduire le virus de la division dans le gouvernement ; ce qui est contraire à l’objectif visé’’ a-t-il indiqué.

Même si l’opposition, n’est pas venue dans sa totalité au sein du gouvernement, le Chef de l’Etat a expliqué  à nos compatriotes qu’il y a une bonne partie du MNSD qui travaille au sein du gouvernement. Issoufou Mahamadou a par ailleurs déploré le fait que ce processus de formation d’un gouvernement d’union nationale ait abouti à des incompréhensions avec le principal parti allié. ‘’Notre principal allié a estimé que les ministères qu’on lui a donnés sont des ‘’coquilles vides’’. Je n’ai pas compris qu’à ce niveau qu’on ne puisse pas comprendre que dans un gouvernement, on est là que pour servir le peuple. Je n’ai pas été élu pour me servir ou laisser les gens se servir, mais j’ai été élu pour qu’on serve le peuple nigérien’’ a déclaré le Président Issoufou Mahamadou. Là aussi, même si le principal parti allié a décidé de quitter l’alliance, beaucoup de responsables sont restés pour travailler au sein du gouvernement.

Dans tous les cas assure le Chef de l’Etat, le gouvernement a une large majorité. ‘’Je vous assure qu’il n’y aura pas d’instabilité dans le pays, nous avons même écris avant-hier à l’Assemblée nationale pour mettre en jeu la responsabilité du gouvernement et confirmer à l’opinion nationale et internationale que le gouvernement est soutenue par une majorité au parlement’’ a dit SE. Issoufou Mahamadou.

Après ces questions politiques, le Chef de l’Etat a entamé les autres aspects de la mise en œuvre du Programme de la renaissance. Ainsi relativement à l’Initiative 3N, il a rappelé le bouclage du financement. ‘’Quels que soient les résultats des campagnes agricoles pluviales, nous ferons tous pour que les Nigériens ne soient pas confrontés aux problèmes de famine’’ a-t-il confié. Il a évoqué les actions de terrain menées pour promouvoir l’irrigation, l’élevage, pour protéger l’environnement tout en créant des emplois.

Au plan des infrastructures routières, le Chef de l’Etat a évoqué les différents chantiers en cours d’exécution comme Diffa-Frontière-Tchad, Zinder-Guidimouni, Maradi-Madarounfa-Frontière du Nigeria, Filingué-Tahoua, etc. D’autres projets seront bientôt lancés comme le pont de Farié, Balléyara-Filingué, Balléyara-Loga-Doutchi- Frontière avec le Nigeria. ‘’Notre objectif est de faire 3000 km de routes bitumées en 5 ans, alors que depuis l’indépendance, il n’y avait que 4000 km’’ a insisté SE. Issoufou Mahamadou. A verser dans ce volet, le Programme Niamey Nyala. ‘’Nous venons d’inaugurer le premier échangeur de Mali béro. Nous avons l’intention de lancer l’échangeur du rond point Kennedy d’ici la fin de l’année et en début d’année prochaine, celui de l’école Diori’’ a confié le Chef de l’Etat.

Le Président de la République a par la suite expliqué  à la communauté nigérienne vivant au Sénégal, les raisons de la résiliation du contrat de construction du barrage de Kandadji. ‘’Cependant précise-t-il, nos partenaires ont accepté de financer le gap né de cette rupture de contrat légitime qui se chiffre à 45 milliards. Le processus de sélection d’une nouvelle entreprise sera lancé pour le redémarrage de ce chantier essentiel pour notre pays. Et nous ferons tout pour que ce barrage soit fonctionnel au plus tard fin 2016’’. Les consultations sont en cours et les négociations sont en bonne voie pour le chemin de fer. Les questions d’infrastructures scolaires, hydrauliques et sanitaires ont été aussi abordées par le Chef de l’Etat. ‘’Nous avons promis de construire 2500 classes par an, nous réalisons 3000 chaque année. D’ici la fin du mandat nous aurons construit 15.000 classes en 5 ans, alors qu’on n’en construit que 20.000 depuis l’indépendance’’ indique le Président de la République. De même il est formé 3000 enseignants du primaire et la formation des enseignants du collège a repris avec 350 chaque année.

Pour ce qui est de l’accès à l’eau potable, 5000 équivalents points d’eau moderne ont été réalisés en 2 ans contre 1500 entre 2000 et 2010. Sur le plan de l’emploi, quelque 260.000 emplois ont été créés en deux ans dont 50.000 permanents et 20.000 nouveaux agents recrutés à la fonction publique, alors que seulement 2000 y ont été recrutés entre 2000 et 2010. ‘’Notre masse salariale est passée de 80 milliards en 2010 à 196 milliards en 2012. Elle atteindra les 210 milliards en 2014. Cela est dû certes aux nouveaux recrutements mais aussi à l’amélioration du pouvoir d’achat des agents de l’Etat’’ a expliqué le Chef de l’Etat.

Issoufou Mahamadou d’assurer que les salaires continueront à être payer à termes échus. ‘’Nous avons l’équivalent de plusieurs mois de salaire au niveau du Trésor public, même si certains soutiennent que l’argent ne circule pas  dans  le pays’’ a-t-il dit avant d’ajouter ‘’c’est vrai que nous avons mis fin à l’argent facile, nous avons mis fin aux surfacturations et aux fausses facteurs. C’est certainement les bénéficiaires de ces fausses factures et des surfacturations qui n’ont plus d’argent et qui disent que l’argent ne circule plus dans le pays. Malheureusement, cette situation pour eux ne va pas changer. Nous allons maintenir la rigueur dans la gestion de nos ressources financières et je veillerai personnellement à ce que ces ressources profitent en priorité au peuple nigérien’’ conclut le Chef de l’Etat sous une vive acclamation de l’assistance.

 Siradji Sanda, Envoyé spécial

 

25 octobre 2013
Publié le 25 octobre 2013
Source : http://lesahel.org/

{module 583}

 

Dernière modification le lundi, 28 octobre 2013 09:49