lundi, 25 novembre 2013 09:07

Visite de travail du Président de la République en Arabie Saoudite : Le Chef de l’Etat demande à nos ressortissants d’être solidaires et unis

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Issou Diaspora Arabie SaudiAprès l’étape du Koweït où, il a pris part au 3ème Sommet afro-arabe, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, s’est rendu en Arabie Saoudite où, il a effectué le petit pèlerinage ou la Oumra.

A Médine comme à Djeddah, le Chef de l’Etat a rencontré nos compatriotes vivant en Arabie Saoudite pour échanger avec eux sur l’évolution de la situation socio-économique et politique du Niger et celle de la mise en œuvre du programme de la renaissance. C’était en présence du Consul de Djedda, SE. Sidi Zakari.
En s’adressant à nos compatriotes, jeudi dernier à Médine, et le vendredi à Djeddah, le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, les a encouragés à garder à  cultiver la solidarité et la cohésion entre eux, tout en respectant les règles et les lois du pays d’accueil. Parlant de la mise en œuvre du programme de renaissance du Niger, il a d’abord rappelé les huit axes stratégiques de ce programme sur la base duquel les Nigériens lui ont accordé leur confiance en 2011. Ce programme est bâti autour de huit (08) grandes priorités à savoir ; la stabilisation des Institutions démocratiques et républicaines ; la sécurité ; la réalisation des Infrastructures énergétiques ; l’Initiative 3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens »; l’éducation ; la santé ; l’accès à l’eau potable ; la création d’emploi. 

Le Chef de l’Etat a indiqué que, de manière régulière, le gouvernement tire le bilan du programme point par point. C’est ainsi qu’il a précisé qu’en ce qui concerne le premier axe, la stabilisation des Institutions démocratiques et républicaines, beaucoup de projets ont été exécutés. « Aujourd’hui le pouvoir est exercé d’une manière démocratique au quotidien. Tous les Nigériens sont libres d’exprimer leur opinion. Ceci se constate à travers la liberté de presse dont le Niger figure parmi les meilleures places selon le classement mondial», a indiqué le Président de la République. La promotion de la bonne gouvernance économique a aussi enregistré des succès, même au niveau de l’indice sur la perception de la corruption, mais il est vrai que beaucoup reste à faire, a-t-il souligné, dans un langage franc. 

Le Chef de l’Etat a étayé ses propos par des exemples récents en rappelant, entre autres, que pour la première fois au Niger, un gouvernement a commis l’acte héroïque de demander un vote de confiance à la représentation nationale. Egalement, sur le plan diplomatique, il a noté que le Niger a retrouvé ses lettres de noblesse depuis son accession à la magistrature suprême du pays. En témoigne la visite à Niamey, le 6 novembre dernier, du Secrétaire général des Nations Unies en compagnie du président de la Banque mondiale, du président de la BAD, de la présidente de la Commission de l'Union Africaine et du commissaire au développement de l'Union européenne. «Cela est un indicateur fort pour notre pays. Nous avons ensuite mobilisé des ressources extérieures pour financer le PDES au bénéfice de la nation», a déclaré le Président de la République.

En ce qui concerne la sécurité, il a fait constater à la diaspora que malgré l'environnement délicat dans lequel se trouve le Niger, avec les crises libyenne et malienne, mais aussi l'insécurité au Nigeria voisin, le Niger reste comme un pays de paix car beaucoup de dispositions ont été prises dans le domaine du renforcement de la capacité opérationnelle, de l'équipement et de renseignement de l'armée nigérienne. Il a rendu un hommage mérité aux forces de sécurité et à tous les acteurs intervenant dans ce domaine. Pour ce qui est de l’axe portant sur la réalisation des infrastructures énergétiques, il a indiqué qu’un ambitieux programme est établi pour la construction des infrastructures. Le programme a prévu 3000 km de route sur les cinq ans. A ce niveau, le Chef de l’Etat a fait une comparaison en soulignant que depuis les années d’indépendance, le Niger n’a pas pu construire 4000 km de routes bitumées alors qu’en cinq ans, le programme le fera. Ce qui l’a amené à  affirmer que le gouvernement est sur la bonne voie et que beaucoup de routes sont déjà en chantier donnant plusieurs exemples des régions et villages du pays. En plus des routes déjà réalisées ou en cours d'exécution, l'autre aspect est celui de la construction du chemin de fer dont il a récemment signé le financement avec son homologue du Bénin. A partir de mars 2014, a annoncé le Chef de l’Etat, l'installation des premiers rails débutera pour relier la frontière du Bénin. 

Issou Diaspora Arabie Saudi 2En ce qui concerne l’énergie, le Président de la République a confirmé à la diaspora que malgré les difficultés qu’a connues la construction du barrage de Kandadji, il sera Incha Allah opérationnel en 2016. «Nous avons convenu avec les partenaires de réaliser ce vieux rêve pour la dépendance du Niger en énergie, mais aussi promouvoir les cultures irriguées afin de promouvoir l’initiative 3N. Les bailleurs de fonds sont prêts à nous soutenir. Ce barrage permettra aux Nigériens d’avoir accès à l’énergie à faible coût avec 15 à 20FCFA le KW. Si on ajoute le projet du charbon de Salkadamna qui va alimenter une centrale thermique de 200 mégawatts, cela nous permettra de devenir un pays 

auto-suffisant du point de vue de l’énergie», a-t-il affirmé. Le Président Issoufou Mahamadou a assuré qu’avec le barrage, notre pays sera indépendant des cultures pluviales connaissant surtout qu’une année sur deux, c’est  la sécheresse. Cette initiative 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens) inscrite dans le programme présidentiel, est déjà en marche avec le bouclage de son financement à hauteur de 1000 milliards de FCFA. 

En ce qui concerne l’axe de l’éducation, le Président de la République a tout d’abord situé les indicateurs tels que les infrastructures avec la construction chaque année de 2500 classes prévue dans le programme. « Aujourd’hui, nous construisons 3000 classes chaque année. Sur cinq ans, nous allons réaliser 15000 classes. En faisant la comparaison depuis l’indépendance, on a réalisé au Niger que 20 000 classes en matériaux définitifs », a-t-il expliqué. D'autre, part, la déclaration relative à la gratuité de l'éducation jusqu'à l'âge de 16 ans, a souligné le Président Issoufou Mahamadou favorise la construction des classes ainsi que  le recrutement et la formation des enseignants qui ont été au-delà de ce qui a été prévu. Chaque année, il a été prévu de former 2500 enseignants pour l’éducation de base, actuellement, c’est 3500 enseignants qui sont formés. «Nous faisons des efforts dans tous les secteurs. Nous voulons que chaque génération d’âge puisse atteindre le niveau du baccalauréat. Au niveau de l’enseignement professionnel et technique, la part avec celui de la base est très faible. De 8%, notre ambition est de la porter à 25% en 2016. Nous sommes déjà à 17% en deux ans d’exercice au pouvoir», a dit le Chef de l’Etat. 

Dans le domaine de la santé, il faut rappeler que le Niger avait 350 médecins en activité. En deux ans, le gouvernement de la 7ème  République a recruté 536 médecins, des infirmiers et des sages femmes. Comme il l’a affirmé, le Niger cherche à réaliser la ration de l’OMS à savoir 10 000 habitants par médecin. Le Niger est actuellement à 18 000 habitants par médecin. En plus de l'aspect de santé publique évoqué par le Chef de l'Etat avec le recrutement des agents de santé, le problème de l’eau reste aussi sa préoccupation avec la promesse de réalisation de 14.000 points d'eau au cours des cinq années de son mandat. 

Sur le plan de l’hydraulique, le Chef de l’Etat a souligné qu’en deux ans d’exercice, 5000 points d’eau équivalents ont été construits. Il faut rappeler que  de 2000 à 2009, il n’a été réalisé que 1500 points d’eau équivalents. S’agissant de la 8ème  priorité qui est la création d’emploi, le président de la République a indiqué que plusieurs efforts ont été accomplis. Le programme prévoit 50 000 emplois privés publics par an, mais en deux ans, il a été enregistré à la fonction publique, 20.000 fonctionnaires avec un rehaussement substantiel de la masse salariale, qui de 80 milliards de francs, est passée à 196 milliards en 2013 et sera de 210 milliards en 2014. Aujourd’hui, le fonctionnaire nigérien fait partie des mieux payés de la sous-région, a indiqué le Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou. 

En outre, le Chef de l'Etat a salué l'apport économique inestimable des Nigériens à l'étranger, concourant à l'essor de développement du pays. Il les a exhortés à redoubler d'efforts dans ce sens et à s'associer davantage à la vie politique du pays avant de les assurer qu’ils exerceront pleinement leur droit de vote et qu'aux prochaines échéances électorales, il fera en sorte qu’il trouve un représentant à l’Assemblé nationale comme une neuvième région du Niger. 

Ces mêmes messages ont été transmis à la diaspora nigérienne au Koweït et aux étudiants nigériens au Caire et à Alexandrie, qui ont accueilli le Chef de l’Etat, en présence de l’ambassadeur du Niger en Egypte, SE Moumouni Boureima. 

 

25 novembre 2013
Publié le 25 novembre 2013
Source : http://www.lesahel.org

{module 583}

Dernière modification le lundi, 25 novembre 2013 09:27