vendredi, 05 juin 2015 05:29

42ème Session du Conseil des ministres des Affaires Etrangères de l’Organisation de la Coopération Islamique (CMAE), à Koweït City, au Koweit : Dégager une vision commune pour renforcer la tolérance et bannir le terrorisme

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Abdoulaye Mohamadou KoweitLe directeur de Cabinet  du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine  et des Nigériens à l’extérieur, Monsieur Abdoulaye Mohamadou,  a pris part, du 27 au 28 mai 2015 à Koweit City au Koweit, à la 42ème session du  Conseil  des Ministres des Affaires Etrangères, CMAE, de l’Organisation de la Coopération Islamique. 

La délégation du Niger comprenait également le Secrétaire général de la CEN-SAD, M. Ibrahim Abani, la Secrétaire générale du Ministère en charge de la Communication, Mme Dantia Gali Adam Fadjimata, l’ambassadeur, représentant permanent  du Niger  auprès de l’OCI, Dr. Oumarou Amadou Sonrai,  l’ambassadeur du Niger au Koweit, M. Abdou Aboubacar et  le directeur des Organisations Internationales,  M. Hama Kansaye Souleymane.


Cette rencontre qui avait pour thème : ‘’Une  vision commune  pour renforcer la tolérance et bannir le terrorisme’’, a  permis aux  Etats membres  et autres acteurs islamiques de faire l’état des lieux de la menace terroriste et du sectarisme  dans les pays de la Oumah islamique.
Présidant la cérémonie honorifique de cette session, l’Emir de l’Etat du Koweit,  son Altesse Cheick Sabah Al-Ahmad  Al Jaber Al–Sabah, a donné un aperçu des problèmes d’ordre sécuritaire et  s’est déclaré  profondément préoccupé par la menace du terrorisme  et du sectarisme auxquels fait face le monde musulman.  C’est pourquoi il a insisté sur l’impératif d’une action collective  tout en exhortant l’OCI à les contrer afin de préserver l’unité de la Oumah islamique. Abordant la grave  situation conflictuelle dans laquelle la région se trouve engloutie, l’Emir du Koweit a exclu toute option militaire.


Le secrétaire général de l’Organisation de  la Coopération Islamique, Monsieur IYAD Ameen Madani a, pour sa part, exprimé ses félicitations à son Altesse pour les efforts humanitaires consentis et qui lui ont valu le prix des Nations Unies et la reconnaissance de la communauté internationale dans son ensemble. Il a, dans ce contexte, rappelé les diverses formes d’aide au développement fournies par l’Emir et l’Etat du Koweit à plusieurs pays en développement, dont notamment les pays membres de l’OCI. Il a, à cette occasion, rendu un hommage au nom des Etats membres de l’OCI, à son Altesse pour ses réalisations exceptionnelles dans le domaine humanitaire, et qui constituent  un motif de fierté pour le monde musulman.


Prenant la parole à l’occasion de l’ouverture officielle des travaux, le président sortant, le ministre saoudien des Affaires Etrangères, a fait un compte rendu de la gestion de la 41ème  session du CMAE qu’il avait dirigée, avant de souligner l’importance du renforcement de l’action islamique commune. Il a, en outre, mis l’accent sur le défi posé par le terrorisme qui cherche, a-t-il déclaré, à désunir la Oummah. Il a enfin appelé à la prise de mesures vigoureuses pour contrer cette menace.


La réunion a ensuite écouté l’allocution de bienvenue de M. Cheick Sabah Khaled Al-Hamad Al–Sabah, premier vice-président du Conseil des Ministres et Ministre des Affaires Etrangères de l’Etat du Koweit, dans laquelle il a exprimé sa gratitude pour la confiance placée en son pays pour abriter la présente session.


Quant au secrétaire général du conseil, il a passé en revue les activités réalisées par son  institution au cours de l’année écoulée. Il a ensuite souligné la nécessité d’une nouvelle stratégie de l’OCI pour combattre la menace du terrorisme et de l’extrémisme. Il a également soulevé la question des droits des minorités musulmanes dans différentes parties du monde et a insisté sur l’importance de la coopération dans les domaines économique, scientifique et technologique, de l’éducation et de la culture. Il a  en outre évoqué la réduction de la pauvreté, les projets de micro finances, l’autonomisation des jeunes et les questions des droits de l’Homme. Enfin, il a fait un compte rendu des efforts déployés pour finaliser le nouveau plan d’action OCI-2025.


Aussi, les représentants des trois groupes géographiques (le Royaume de la Jordanie  pour le groupe arabe, la République de Guinée pour le groupe africain et le Bangladesh pour le groupe asiatique) ont promis une totale coopération de leurs groupes respectifs pour faire de la présidence actuelle du conseil un succès total.


Après cette série d’allocutions, le Conseil a adopté le rapport de la réunion des hauts fonctionnaires tenue en avril 2015 à Djeddah, préparatoire à la réunion en cours. Il a également adopté son ordre du jour et le programme de travail qui lui a été soumis par la réunion des hauts fonctionnaires ainsi que les rapports de la Commission Islamique des Affaires Economiques, Sociales et Culturelles. Il a aussi élu les membres de son bureau avant de donner la parole aux ministres et chefs de délégation qui ont passé en revue les principaux défis auxquels se trouve confronté le monde islamique, et  réaffirmé la nécessité de renforcer la solidarité islamique et l’action islamique commune pour relever le défi.


Le directeur de cabinet de la ministre d’Etat chargée des Affaires Etrangères et de la Coopération, chef de la délégation du Niger, a souligné dans son allocution que le thème de cette session est d’une grande pertinence et d’une brulante actualité au regard de la montée du terrorisme qui  affecte de nombreuses régions dans le monde dont malheureusement de nombreux pays membres de l’Organisation de la Coopération Islamique. Le Sahel-Sahara fait partie de ces régions où les groupes terroristes sont particulièrement actifs. La secte Boko Haram qui opère dans le bassin du Lac Tchad aux frontières du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun se singularise par sa barbarie et sa cruauté avec des destructions et des massacres en masse.
M. Abdoulaye Mohamadou a lancé, à cet égard, un appel aux institutions financières internationales et aux pays membres de l’OCI à soutenir davantage les efforts des pays confrontés au terrorisme en particulier ceux du Sahel dont les économies restent encore fragiles. ‘’Nous avons la responsabilité et le devoir de prendre toutes les mesures appropriées pour contrer ensemble la campagne contre l’Islam et les musulmans en vulgarisant  l’Islam vrai qui est une religion de tolérance et de paix. Nous devons intensifier les efforts dans le domaine de l’éduction et de la formation’’, a-t-il déclaré. En effet, les jeunes constituent les premières cibles des groupes terroristes et des forces obscurantistes qui propagent des idéologies contraires aux valeurs de l’Islam, a-t-il indiqué.  Il a réitéré l’engagement du Niger à œuvrer avec les autres pays de la Oumah islamique pour mener des actions en vue de faire échec aux pourfendeurs de l’Islam.
Le chef de la délégation du Niger  a, de ce fait, demandé  que le  2ème Programme Décennal de l’OCI 2016-2025 accorde une place centrale aux nouveaux défis de notre communauté. ‘’La lutte contre l’islamophobie, le terrorisme et la pauvreté dans les pays membres de l’OCI doit guider nos actions’’, a-t-il indiqué. Il a relevé que la stratégie de lutte de l’OCI contre le terrorisme doit s’inspirer des actions menées par les organisations internationales, régionales et les pays membres, notamment l’Union Africaine, la CEDEAO, le G5 Sahel, etc., avant de souligner que le  Niger privilégie une approche fondée sur la sécurité et le développement avec une mutualisation des efforts avec ses voisins et ses partenaires internationaux. Le Niger, a-t-il souligné, fournit aussi de gros efforts dans le domaine de la formation et de la sensibilisation des jeunes. Il accueillera en octobre prochain un forum international sur le dialogue intra et inter religieux.
Par ailleurs, le Conseil a discuté d’un large éventail de questions qui suscitent l’intérêt des Etats membres et adopté plusieurs résolutions  dont notamment celles relatives à la cause de la Palestine et du Moyen Orient, aux questions de l’information, aux affaires politiques, aux questions organiques, institutionnelles et générales, aux affaires juridiques, à la situation des communautés et minorités musulmanes dans les Etats membres. En outre,  des réunions des groupes de contact  sur le Jammu et le Cachemire, le Mali, la Somalie et la minorité Rohinga musulmane au Myanmar, se sont tenues en marge du CMAE pour discuter des derniers développements et des perspectives.


Une session de brainstorming a été tenue sur le terrorisme et l’extrémisme violent pour délibérer sur la nature et la dangerosité de ces menaces et parvenir à une position et une stratégie unifiées pour y faire face.


Au terme de cette 42ème  session du CMAE, les participants ont adopté une déclaration dite ‘’Déclaration du Koweit’’ qui a traité des grandes questions qui préoccupent le monde islamique.
En marge de cette session, le directeur de cabinet de la Ministre en charge des Affaires Etrangères a eu plusieurs entretiens. Monsieur Abdoulaye Mohamadou s’est ainsi entretenu avec l’ambassadeur d’Algérie, les ministres des Affaires Etrangères de la Libye, du  Maroc, du Mali, le vice-ministre iranien des Affaires Arabes et Africaines, et l’assistant au ministre des  Affaires Etrangères des Emirats Arabes Unis. Les réflexions ont essentiellement porté sur notre la coopération avec ces pays frères et amis.   

Gali Adam Fadjimata

05 juin 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 05 juin 2015 06:08