Forfaitt-ORANGE-4G

jeudi, 01 décembre 2016 21:17

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

 

Le Niger célèbre mercredi la 24e édition de la journée de concorde

Place de la concorde nationale Niger 02Le Niger célèbre ce mercredi 24 Avril la journée nationale de la concorde  marquant le 24ème  anniversaire de la signature des accords de paix entre les mouvements armés et le gouvernement dits les accords de Ouagadougou.
Le 24 avril 1995  est signé à Niamey un accord de paix établissant une paix définitive  entre le  gouvernement nigérien et l’organisation de la résistance armée, mouvement actif dans le Nord.
Les grands axes de cet accord portent sur la décentralisation, la gestion  de la sécurité dans les zones touchées par le conflit et le développement de ces zones  mais aussi l’intégration et la réinsertion socio- économique des ex-combattants et le retour des populations  réfugiées et déplacées  dans leur région d’origine  et leur réinsertion.
Par la suite  le gouvernement  nigérien signe des accords de paix à Alger avec le front de l’union des forces de la résistance armée  le 23 novembre 1997  et à N’djaména avec le front démocratique pour le renouveau  le 21 aout 1998. 
A ces principaux axes s’ajoutent une amnistie et la libération des prisonniers, la réintégration de certains agents de l’Etat et des étudiants, l’éradication de l’insécurité résiduelle du fait du banditisme armé et le désarmement des fronts,  mouvements, milices et comités d’auto défense et la collecte des armes illégalement détenues.
Le gouvernement nigérien a pris une série de textes  ayant abouti à la décentralisation avec la création de 260 communes et leurs modes de gestion ainsi que leur organe délibérant.

Lire la suite

Le pèlerinage au Niger : Le hadj, le COHO et les affaires pestilentielles

Depart-Hadj-Niger-2016.jpg Les Nigériens en parlent, s'en plaignent mais semblent buter contre un mur de silence. Un mur de silence et de complicités étendues sur un sujet qui doit pourtant rester en dehors de toutes déviances politiciennes ou mercantilistes. C'est de Dieu qu'il s'agit, dans un pays que l'on dit à 95% musulman et pourtant le pèlerinage est devenu, depuis quelques ans, une affaire d'enrichissement illicite pour de nombreux compatriotes. S'il y a tant de monde qui s'oriente dans la création d'agences de voyages spécialisés dans le hadj, c'est qu'il y a des profits énormes à se faire. Sur le dos de pèlerins qui sont prêts à débourser des fortunes colossales pour réaliser ce 5e pilier de l'islam. Le secteur des agences de voyage hadj et oumra se développe ainsi à un rythme extraordinaire. Hommes, femmes, jeunes, marabouts et prêcheurs de grande renommée ont parfois tout abandonné pour s'adonner à cette activité courte et limitée dans le temps, mais fructueuse. Ça rapporte si fort que pour récompenser d'éventuels démarcheurs et agents commerciaux improvisés, les chefs d'agences offrent un billet d'avion pour le hadj à celui qui arrive à leur procurer 10 candidats au pèlerinage. Manipuler de si grandes sommes d'argent n'est pas toujours facile. Et parfois, des cas d'escroquerie ont eu lieu, certains chefs d'agences faisant, apprend-on, dans des affaires non orthodoxes.

Des responsables du COHO sont réputés buveurs invétérés

Mais le pire est ailleurs. Car, aussi surprenant que cela paraisse, les pèlerins souffrent plus de l'Etat et de ses démembrements que des agences de voyage. Créé pour aider l'Etat à mieux organiser le pèlerinage et apporter du baume au coeur des candidats au hadj, le COHO [Ndlr :commission pour l'organisation du Hadj et la Oumra] a augmenté au désarroi et à la pagaille. Tout est devenu affaires pour rapporter de l'argent à des individus qui, derrière la barbichette et le salam systématique, cachent en eux une âme d'hyènes, poltronnes et voraces. Certains responsables, dans la haute sphère du COHO, sont réputés buveurs invétérés. L'institution a très mauvaise presse, tant auprès des pèlerins que dans l'opinion nationale d'une façon générale. " C'est un échec total et personne ne semble se soucier des dérives pernicieuses en cours dans les couloirs du COHO ", a lâché un chef d'agence qui a requis l'anonymat. Disant. regretter que les gens semblent captivés par les activités des agences et leurs éventuelles insuffisances, notre source indique que le COHO est devenu une instance où se pratique l'escroquerie légalisée.

Le COHO prélève une somme de 73 500 FCFA sur chaque pèlerin, soit un milliard au minimum, chaque saison

La plupart des Nigériens ignorent que le coût exponentiel du hadj ne dépend pas, pour l'essentiel, des agences de voyages. Il est le fait du COHO qui invente et multiplie à volonté les services payants. Par pur esprit mercantiliste et pour des intérêts partisans et/ou personnels. Selon certaines indiscrétions, le chaos habituellement qui s'observe dans le dernier tournant de l'organisation est délibérément créé pour assouvir une certaine soif inextinguible d'argent. Ainsi attend-on le dernier moment pour choisir le transporteur sans appel d'offre pour mieux prendre les pèlerins et les agences à la gorge. Un diktat qui rapporte gros pour ses auteurs. Sans qu'on sache pourquoi, le COHO prélève une somme de 73 500 FCFA sur chaque pèlerin. Rapporté à la dizaine de milliers de pèlerins que l'on compte chaque année, ce montant atteint la somme astronomique d'un milliard de francs CFA. Selon des sources proches d'agences de voyages, le COHO percevrait également plus de 400 millions sur le transport. Une sorte de commission perçue sur les billets d'avion et que lui reverse l'avionneur retenu. Que dire de cette augmentation de 115 000FCFA sur le prix du billet à laquelle le ministère du Commerce, heureusement, aurait opposé un NIET catégorique.

Lire la suite

Agence de régulation du secteur de la micro finance : Un faussaire au département Inspection

Faussaire NigerImge d'illustration Depuis quelque temps, l'affaire fait grand bruit au ministère des Finances. En tout cas, les gens parlent beaucoup de cette affaire de faux et usage de faux dont un haut responsable de l'Agence de régulation du secteur de la micro finance (ARSM) serait à l'origine. Selon des sources proches du ministère des Finances, l'agent en question aurait utilisé les attributs d'un cabinet d'experts comptables pour établir des fausses factures. Aujourd'hui, c'est ce grand faussaire qui mérite d'être en prison qui fait la pluie et le beau temps à l'agence de régulation de la micro finance, apparemment, avec la complicité de certains responsables du ministère. En tout cas, au vu de ses agissements, l'on se demande si le bonhomme n'a pas la bénédiction du ministre Mamadou Diop. Ou bien, assiste-t-on à la politique du deux poids, deux mesures que les nigériens décrient tant ? Récemment, un autre agent pris également en flagrant délit d'une faute similaire aurait été systématiquement remercié. Pour dire que, les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets. Selon certaines confidences, l'agent indélicat jouirait de la couverture du ministre des Finances et clamerait d'ailleurs à qui veut l'entendre que c'est eux le pouvoir, ils en font ce qu'ils veulent. Nous y reviendrons !

Norbert
22 avril 2019
Source : Le Courrier

Lire la suite

Le cabinet associé Steering Legal dans l'uraniumgate : L'ancien vice-président de la CENI, Me Oumarou Sanda Kadri est-il impliqué ?

Oumarou Sanda Kadri uraniumgateL'uraniumgate, à n'en point douter, est un tissu de mensonges dans sa version officielle. S'il est clairement établi que Hassoumi Massoudou, l'ancien ministre des Finances, a raconté des bobards et qu'il s'est d'ailleurs empêtré dans des contradictions, il est tout autant établi que la commission d'enquête parlementaire a oeuvré à couvrir les auteurs, co-auteurs et commanditaires de cette scabreuse affaire. Avec le temps, et les enquêtes supplémentaires en cours, d'autres vérités font surface, déblayées et mises sur la table par des journalistes d'investigation, notamment français. Ainsi, sur la base de documents confidentiels dont Le courrier est entré en possession, ont découvre l'étendue et la complexité de l'affaire. Les pistes que l'argent a empruntées et les identités des sociétés et personnes qui en ont été bénéficiaires, sont épluchées. Sur le tableau de comptabilité du Cabinet Energy standard Td trading FZE. Sur le tableau on note un cabinet associé dont le siège se trouve à Paris et qui dispose de deux représentations en Afrique, précisément au Niger et en Côte d'Ivoire ainsi qu'un bureau aux Emirats arabes unis, figure, entre autres. Le cabinet Steering Legal, représenté au Niger par le cabinet d'avocats KADRI, dirigé par Me Oumarou Sanda Kadri. Ce cabinet Steering Legal a reçu 152 750 euros, soit près de 100 millions de francs CFA. Pour quels services ?

Me Kadri Oumarou Sanda at- il bénéficié de cet argent ?

Avocat établi à Niamey, Me Kadri Oumarou Sanda a notamment été nommé, en 2015, viceprésident de la Commission électorale nationale indépendante, avec le magistrat Boubé Ibrahim, comme président de ladite institution. Il est le représentant légal du cabinet Steering Legal qui s'est implanté à Niamey en 2014 en vue de suivre le développement de ses clients en Afrique de l'Ouest, au travers d'un partenariat avec le cabinet d'avocats KADRI avec qui Steering Legal entretient des relations professionnelles et personnelles historiques privilégiées. Le cabinet développe ainsi son activité sur l'ensemble des pays d'Afrique de l'Ouest. Il accompagne régulièrement des groupes, français et internationaux, dans les domaines suivants des télécommunications, des mines, des énergies, de l'octroi de permis d'exploration et d'exploitation minière et pétrolière, du contentieux et de l'arbitrage, etc. C'est grâce à ce partenariat que Steering Legal accompagne et développe la présence de ses clients, entreprises françaises et européennes, au Niger et en Afrique de l'ouest, y compris physiquement lorsque cela est nécessaire. Il a essentiellement pour missions de les soutenir dans leur développement, notamment dans le cadre de créations d'entités locales, de prises de participations, d'acquisitions ou encore de participations à des appels d'offres ou à des privatisations ; de pouvoir compter sur la présence permanente, l'expérience et le savoir-faire de Me Oumarou Sanda KADRI, de ses équipes ; de bénéficier de ressources locales expérimentées, fins connaisseurs du continent et d'un réseau de correspondants locaux en Afrique répondant aux mêmes critères ; d'offrir à ses clients l'accès à des équipes pluridisciplinaires, résolument mobiles, capables de travailler en français, en anglais, en arabe, en portugais ou encore en chinois.

Lire la suite

10ème édition du prix international du Koweït pour la mémorisation et la lecture du Saint Coran : Notre compatriote Mahamadou Hassan Oumar remporte la première place sur 135 candidats venus de 60 pays

Mahamadou Hassan Oumar 1er PrixCette année encore, le Niger se distingue à travers un de ses dignes fils à l’occasion de la 10ème édition du prix international du Koweït pour la mémorisation et la lecture du Saint Coran. En effet, Monsieur Mahamadou Hassan Oumar a remporté la première place de cette compétition qui a regroupé 135 candidats issus de 60 pays. La cérémonie de clôture et la remise des trophées aux lauréats a été honorée par la présence de son Altesse Cheick Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah, Emir de l’Etat du Koweït. Source : MAEC/IA/NE 

 

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Dernière modification le samedi, 03 décembre 2016 01:02