Forfait Albarka

Produits de première nécessité au Niger : Hausse des prix de céréales de 25%

Au Niger, selon le rapport FewsNet (Famine early warning systems network) de l'Agence américaine de développement international (USAID), la campagne agricole d’hivernage a démarré dans la majeure partie de la zone agricole et agropastorale du pays ; les semis couvrent plus de 78% des villages agricoles. Selon ce rapport, la saison est toutefois caractérisée par une installation très timide des pluies en zones pastorales et la période de soudure est, par conséquent, plus longue ce qui occasionne d es dépenses financières additionnelles pour l’entretien des animaux.

Fewsnet explique que la campagne agricole d’hivernage a démarré dans la majeure partie de la zone agricole et agropastorale du pays avec des activités agricoles dominées par les semis qui couvrent plus de 78 pour cent des villages agricoles. Comme d’habitude, c’est une saison d’opportunités d’activités de moyens d’existence pour les ménages pauvres qui gagnent des revenus moyens leur permettant de maintenir des conditions de sécurité alimentaire favorables et de rester en insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’au moins janvier 2018 dans les zones agricoles.

La saison est toutefois caractérisée par une installation très timide des pluies en zones pastorales affectées, du coup, par une période de soudure plus longue. Cette situation occasionne des dépenses financières additionnelles pour l’entretien des animaux dont l’embonpoint et les prix ne favorisent pas l’accès alimentaire des ménages pauvres. A la faveur d’une installation définitive des pluies en fin juillet, l’insécurité alimentaire actuelle en Stress (Phase 2 de l’IPC) pourrait s’améliorer et évoluer en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’août pour la plupart des ménages dans la zone pastorale.

L’offre de céréales sur la plupart des marchés est faible en juin à cause de la faiblesse des flux du Nigeria consécutive à la poursuite des mesures restrictives et la hausse des prix sur les marchés sources du Nigéria. La demande est la tendance saisonnière normale d’augmentation occasionnée par les besoins en semences pour les cultures pluviales, les besoins liés au Jeûne du Ramadan et ceux liés à la reconstitution des stocks par les éleveurs de retour de la transhumance. Cela s’est traduit par des hausses de prix significatives de plus de 25 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale sur certains marchés comme ceux de Maradi, Zinder et Agadez.  

Suite à la persistance de la crise sécuritaire qui perturbe le fonctionnement normal des marchés et les principaux moyens de subsistance tels que la pêche et la vente de poivron et de bétail, l’insécurité alimentaire aiguë de Crise (Phase 3 de l’IPC) va être observée dans la région de Diffa jusqu’au moins janvier 2018.

Fewsnet recommande la poursuite de l’assistance humanitaire pour éviter davantage de déficits de consommation alimentaires chez les ménages pauvres particulièrement dans les zones inaccessibles à l’aide humanitaire.

L’état n’a pas attendu ce rapport pour déclencher la campagne de distribution gratuite de vivres et celle de la vente à prix modérés des céréales sur toute l’étendue du territoire nationale. Les organismes internationaux sont également de la partie à travers des soutiens apportés aux populations de certaines zones qui ont des déficits agricoles du fait le plus souvent du problème d’insécurité qui y prévaut.

Garé

05 juillet 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Economie