Forfait Albarka

Signature, hier, d’un accord de financement additionnel au PAC3 : 12,5 milliards de francs CFA pour une extension des activités du programme

La ministre du Plan Mme Kané Aïchatou Boulama a présidé hier après midi la cérémonie de signature de l’accord de financement additionnel au Programme d’Actions Communautaires phase 3 (PAC3) d’une valeur de 20,8 millions de dollars US soit 12,5 milliards de FCFA pour une durée de deux(2) ans. La cérémonie s’est déroulée en présence du représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko et du ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, chargé de l’Elevage M. Mohamed Boucha ainsi que le coordonnateur du PAC3.

En prenant la parole à cette occasion la ministre du Plan Mme Kané Aïchatou Boulama a précisé que ce financement permettra au projet de mettre plus l’accent sur l’amélioration de la productivité des cultures agricoles y compris la petite irrigation, d’augmenter les possibilités de générer des revenus, en particulier pour les femmes, et d’améliorer la gestion durable des terres et des eaux. Pour elle, ce financement additionnel représente une possibilité d’extension et d’obtention de résultats supplémentaires performants du projet y compris une productivité agricole particulièrement accrue ainsi que la possibilité de lutter contre la malnutrition dans les communes les plus affectées par le fléau. L’objectif de développement sera ainsi étendu à « l’amélioration de la productivité agricole et sa diversification en des produits agricoles à haute valeur nutritive », a-t-elle déclaré.

La ministre du Plan a par ailleurs noté que le financement additionnel proposé, entrainera la restructuration du projet initial incluant une extension sur deux(2) ans des activités du projet à partir de la date de clôture du 22 décembre 2017 jusqu’au 20 décembre 2019 ainsi qu’une revue du cadre des résultats. Les dispositions, dit-elle, de mise en œuvre du projet restent inchangées et aucune nouvelle catégorie de sauvegarde environnementale et sociale ne sera déclenchée pour le financement additionnel et les évaluations resteront telles que prévues a déclaré Mme Kané Aïchatou Boulama. Elle a aussi souligné que le financement additionnel continuera à être mis en œuvre au niveau national et dans chacune de huit(8) régions. Il mettra également à l’échelle les activités du projet pour couvrir 121.000 ménages bénéficiaires directs supplémentaires soit environ 847.000 personnes en mettant l’accent sur les petits exploitants agricoles, les petits éleveurs, les jeunes et les femmes.

Se fondant sur le diagnostic systémique Pays de la Banque Mondiale préparé au Niger dans les années 2000, la ministre a souligné que l’amélioration de la productivité dans l’agriculture reste la première priorité pour la réduction de la pauvreté. Les investissements dans le secteur agricole sont donc essentiels notamment par le biais des microprojets. C’est à ce titre que le Programme initial d’Actions Communautaires (PAC) a été préparé et approuvé le 20 mars 2003 par le Conseil d’Administration de l’IDA avec comme objectifs de Développement de « renforcer les capacités de planification et de mise en œuvre du développement local des communautés, y compris la capacité de répondre rapidement et efficacement aux crises ou urgences et à améliorer l’accès des populations cibles aux services socioéconomiques. La ministre du Plan a ajouté qu’en raison de leur pertinence, aucun changement majeur n’a été apporté aux objectifs initiaux du programme tout au long de la mise en œuvre des trois phases. « Le PAC 3 est ainsi sur la bonne voie pour la réalisation de ses Objectifs de Développement. La mise en œuvre des activités du projet a été jugée satisfaisante. La plupart des indicateurs de résultats ont dépassé les objectifs bien avant la date de clôture de la phase» a-t-elle conclu.

Pour sa part, le représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko a indiqué que la convention de financement qui a été signée donne une nouvelle dimension à la coopération entre le gouvernement du Niger et la Banque Mondiale. Ce financement va servir à appuyer directement les femmes et les jeunes qui sont la cible privilégiée. Il est également un précurseur à la nouvelle série d’opérations que l’IDA va désormais financer en mettant l’accent sur le citoyen, son développement et sa contribution effective au développement de son pays avec son insertion dans le tissu économique et social. Enfin, il a rappelé de nombreuses actions menées dans le cadre du PAC 3 ayant contribué à améliorer les cadres de vie des populations nigériennes. Dans le cadre de la mise en œuvre du PAC3, ce sont 922 microprojets dont 375 microprojets d’Activités Génératrices de Revenus, 295 microprojets de Gestion des Terres et des Eaux, 252 microprojets d’infrastructures socioéconomiques qui ont été financés et exécutés à cette date.

Laouali Souleymane(onep)

08 août 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie