Forfait Albarka

Nouvelle augmentation du coût de l’électricité au Niger à partir du janvier 2018

Nouvelle augmentation du coût de l’électricité au Niger à partir du janvier 2018 Alors que l’électricité est de nouveau devenue une denrée rare dans plusieurs localités du Niger, du fait de l’incapacité de la NIGELEC à assurer d’électricité sur l’ensemble du territoire national en matière de qualité et de couverture, le Directeur général de l’autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE) a annoncé aux consommateurs, le lundi 9 octobre 2017, lors d’un point de presse, qu’une augmentation à la hausse des tarifs de l’électricité est inéluctable et pourrait intervenir dès janvier 2018. Le prix de l’électricité va augmenter au Niger à partir de janvier 2018. Les consommateurs, mécontents, craignent que cette hausse ne se répercute sur le prix des produits de première nécessité.

« Pour les usagers de la basse tension (puissance de 3 kW), il y aura une hausse de 8, 9 % et ça concerne près de 143 800 abonnés ; pour la basse tension (puissance de 6 KW) il y aura une augmentation de 16,5% et elle concernera 29 000 clients ; pour les abonnés aux 12, 18 et 30 KW, ce serait une augmentation de 48,4% qui concernera 28 355 abonnés » a déclaré M. Alio Touné , directeur général de l’autorité de régulation du secteur de l’énergie.

Selon lui, « Les nouvelles mesures visent à aider les couches sociales à faible consommation, susciter l’économie d’énergie par la lutte contre le gaspillage quotidien de l’électricité et procurer au système électrique national, les ressources nécessaires aux investissements pour l’atteinte d’un taux d’accès de 60% en 2035 ».

La facture d’électricité un sujet très sensible au Niger

« Avant d’arrêter une telle mesure, il faut tenir compte des besoins de la majorité des nigériennes car le développement tant souhaité ne doit pas seulement être économique, il doit être aussi social », défend Moustapha Bachir un consommateur au quartier Boukoki.

Pour lui, cette hausse aura un effet domino et pourrait se répercuter sur les prix de certains produits de grande consommation (pain, jus, poisson etc.….)

« Mais Pourquoi cette idée d’augmentation de prix ? Alors que les coupures de courant sont fréquentes ! », s’exclame M. Hamza, boutiquier au quartier talladje.

Par contre d’autres soutiennent cette décision du gouvernement. C’est le cas de M. Boureima : « la hausse des tarifs devrait permettre au Niger d’éviter de faire face à de nouveaux déficits et à des délestages ainsi que de réaliser les ambitions du gouvernement en matière de couverture et d’accès en électricité ».

Azahi Souleymane
20 octobre 2017
Source : Le Républicain

Imprimer E-mail

Economie