SONUCI-GATE : Plus de 100 millions de francs carottés par le Ministre Barazé

SONUCI-GATE : Plus de 100 millions de francs carottés par le Ministre BarazéAgenouillée par une gestion désastreuse de son ancien directeur général, la société nigérienne d’Urbanisme et de construction immobilière SONUCI, n’est plus que l’ombre de ce lustre du domaine foncier au Niger. En effet, après le départ de ce dernier à la tête de la société, il aurait été constaté le bradage de plusieurs hectares de terrains vendus à des parents, amis et connaissances à des montants on ne peut plus dérisoires. Cette gestion jugée de chaotique par le personnel de la société, a en effet crée un énorme manque à gagner pour la boite qui s’est retrouvée dans une situation guère enviable.Mais ce triste constat qui fait l’unanimité du personnel n’est qu’une facette d’une série de malversations signée Moussa Hassane Barazé, actuel ministre des mines. C’est ainsi qu’une affaire de surfacturation relative à l’acquisition du terrain qui abrite la cité port sec de Dosso, vient de mettre en cause le personnage.

Dans le processus d’acquisition de ce terrain qui fait 7,82 hectares, après une visite de terrain, la commission de la SONUCI composée de techniciens de la boite, avait rejeté une première offre de Mr Illiassou Oumarou, détenteur du terrain. La SONUCI a trouvé le montant de 1200 F CFA le m2 proposé par ce dernier (fac simulé) un peu élève. Sur, Illiassou Oumarou a saisi la SONCI par une correspondance en date du 25 juin 2014, pour une nouvelle proposition de prix qu’il a ramené cette fois-ci à 1100F le m2. Se réunissant pour une seconde fois, la commission a retenu le montant de 1000 F CFA le m2. Sur ce, la procé- dure de vente avait été engagée et l’intéressé est entré dans ses droits en cédant ainsi à la SONUCI, le terrain de 7,82 hectares.

Mais chose curieuse, le montant versé par la société à ILLIASSOU Oumarou, est deux fois plus important que celui qui correspond au prix d’achat du terrain qui, même en raison de 1100 F le m2, doit couter au total ; QUATRE VINGT SIX MILLIONS VINGT MILLE FRANCS86.20.000F.Mais curieusement l’on constate que la SONUCI a versé un faramineux montant de 195.000.000 en lieu et place du montant prévu par la commission, mais également demandé par le détenteur du terrain. Pour tout comprendre, le détenteur du terrain qui a supplié la SONUCI pour qu’elle achète son terrain au prix de 1100 F le M2, s’est retrouvé devant une augmentation qui porte le coût à 2500 F le m2 qui correspond à cette somme de 195.000.000F. Si vous faites le compte, plus de 100.000.000F CFA ont été augmentés sur le véritable prix d’achat. Comme l’on peut le lire sur le fac simulée, ce montant de 195.000.000 F correspond à 2500 F le m2 alors que le vendeur avait demandé juste 1100 F que l’on peut lire sur le papier. Que s’est-il donc passé ? Comment expliquer cette largesse de SONUCI envers celui-là qui demande peu et à qui on donne plus du double. Par quel osmose ce montant de 86 millions a pu grimper jusqu’à 195.000.000 de FRANCS CFA ?Voilà donc les questions à poser au ministre Moussa Hassane Barazé. Pour imaginer ce qui s’est passé, l’on peut envisager l’hypothèse selon laquelle, le vendeur du terrain avait été abusé par Moussa Barazé, qui lui aurait fait signer juste la dernière page du contrat de vente. Ou alors, ce dernier a tout simplement marché dans cette combine sous la menace de voir la société revenir sur l’achat de son terrain ?

L’un dans l’autre, les choses sont clairs, le ministre Moussa Barazé doit s’expliquer devant qui de droit, le comment de cette affaire on ne peut plus sombre. Selon des sources, le véritable détenteur du terrain en question serait le député Sani Ousmane Dan-Digé, qui l’a fait nommer DG de SONUCI. En effet, il est connu du grand public que le sieur Moussa Barazé est entré dans l’arène politique précisément à l’ANDP-ZAMAN LAHIYA par le biais de ce dernier par qui il jure. Il est donc de notoriété publique que Moussa Barazé fait partie des privilégiés du seigneur Dan-Digé. Alors quoi de plus normal que de rendre service à son mentor ?

15 décembre 2017
Source : L'Actualité

Imprimer