Convention entre la Banque Mondiale et le Niger pour le financement d’un projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel

Mme KANE AICHATOU BOULAMALe Gouvernement du Niger et la Banque Mondiale ont procédé, vendredi dernier, à Niamey, à la signature d’une convention de financement d’un projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel, d’environ 13 milliards de FCFA.
La convention  a été signée par la Ministre du Plan, Mme Kané Aichatou Boulama et la Responsable des Opérations de la Banque Mondiale au Niger, Mme Soukeyna Kane.
Il s’agit, à travers  ce projet, d’améliorer les capacités d’irrigation et d’accroitre les superficies irriguées selon une approche régionale basée sur les solutions dans six pays du Sahel : Burkina Faso,  Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad.
Dans le cas précis de notre pays, le Niger, ce projet touchera 9.700 bénéficiaires directs, dont 35% de femmes, dans 17 Communes de 11 Départements situés dans les Régions d’Agadez, de Dosso, de Tillabéry et de Tahoua.
Dans une intervention peu après la cérémonie de signature de la convention, la Ministre nigérienne du Plan , Mme Kané Aichatou Boulama , a assuré que dans le souci d’apporter des solutions adaptées aux besoins des producteurs, un portefeuille de projet ‘’sera élaboré en prenant en compte les potentiels en ressources en eau, les préoccupations liées à la sécurité foncière , la réhabilitation et la construction de nouveaux schémas d’irrigation et toutes autres infrastructures permettant le désenclavement des zones concernées et l’évacuation des productions ‘’.
Pour sa part, la Responsable des Opérations de la Banque Mondiale au Niger, Mme Soukeyna Kane, a expliqué que ‘’le caractère regional du projet se justifie par la forte volonté de coopération entre les Etats du Sahel, une coopération qui leur permet d’améliorer la performance du secteur irrigué, d’accélérer les investissements en travaillant très concrètement sur la façon de faire les choses.


Aussi, a-t-elle indiqué, ‘’ il s’agit de porter le processus et les modalités de mise en œuvre pour que des solutions adaptées aux besoins des producteurs soient appropriés par les acteurs et institutionnalisées au niveau des Etats ‘’.
A noter que le financement de ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative de la Banque Mondiale et l’ONU, lancée en octobre 2013 à  Dakar (Sénégal), lors du Sommet de Haut Niveau sur l’irrigation, le pari étant d’atteindre un million d’hectares irrigués au Sahel à l’horizon 2020.
AIO/AMC/ANP/ MAI 2018 (Source : ‘’Le Sahel’’)

08 avril 2018
Source :http://www.anp.ne/

Imprimer