Clôture de la revue conjointe sur la performance du portefeuille des projets financés par la Banque Mondiale : Pour l’efficacité des projets et programmes de développement financés par l’institution financière internationale

Après une journée de réflexions, les participants à la revue conjointe sur la performance du portefeuille des projets financés par la Banque mondiale au titre de l’année 2018 ont clôturé leurs travaux. Cette revue vise un triple objectif à savoir : l’examen de l’état de mise en œuvre des recommandations de la précédente, échanger sur l’état du portefeuille et  proposer toutes les mesures idoines pour une mise en œuvre efficace et efficiente du programme de coopération Niger/Banque mondiale. C’est la ministre du Plan qui a procédé à la clôture de ces assises en présence du représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko.   

A l’issue de cette rencontre, les participants ont formulé plusieurs recommandations. Il s’agit entre autres : d’entreprendre des actions ciblées de renforcement des capacités en lien avec ce que fait le Plan de Développement Economique et Social ; renforcer la communication entre les acteurs à tous les niveaux et tous les stades de la  vie du projet ; organiser des revues sectorielles en s’appuyant sur les groupes qui ont été constitués en vue de renforcer la synergie et la capitalisation des expériences ; renforcer l’appropriation par les projets tant par les tutelles sectoriels que par le ministère du Plan à travers l’adaptation des interventions à l’approche budget/programme, le suivi de la mise en œuvre des PTBA pour booster le niveau de consommation des crédits; l’amélioration de l’organisation des missions de supervision ; renforcer l’alignement des indicateurs du projet sur ceux du PDES ; appuyer le ministère du plan dans la mise en œuvre de la feuille de route du PDES notamment sur les questions relatives au renforcement des capacités, la fonctionnalité des pôles sectoriels et la coordination nationale ; prendre en charge dans les meilleurs délais les facteurs identifiés comme limitant de la consommation des crédits à savoir : la double revue, la lenteur dans la mise en œuvre des projets et le recrutement des équipes, la lenteur dans les exonérations et autres procédures administratives, la mise en œuvre des mécanismes d’alerte à temps en cas de problème ; améliorer le système d’évaluation de la performance des unités de gestion des projets par la mise en place des contrats de performance ; renforcer la synergie entre les partenaires techniques et financiers ; améliorer le format des prochaines revues appelées CPPR de façon qu’elles soient plus orientées sur des aspects stratégiques et que les présentations des projets soient désormais axées sur leur contribution à l’atteinte des cibles définies par les documents stratégiques notamment, le PDES. Dans le cadre de leur mise en œuvre, toutes ces recommandations feront l’objet d’un plan d’action qui sera évalué périodiquement. C’est pourquoi, en clôturant les travaux, la ministre du Plan s’est réjouie de constater que les participants ont su prendre toute la mesure des enjeux liés à la mise en œuvre performante des projets ainsi que leur engagement pour l’appropriation et la pérennisation de cet exercice. La ministre du Plan devait ensuite engager la partie nationale, particulièrement les structures concernées de son département ministériel à prendre sans délai et en étroite collaboration avec l’ensemble des parties prenantes à cet exercice, toutes les dispositions appropriées permettant d’opérationnaliser les actions urgentes convenues notamment celles relatives à la mobilisation de ressources conséquentes pour le suivi de la mise en œuvre performante des projets ainsi que les autres actions pertinentes connexes.

Quant au représentant résident de la Banque mondiale, M. Siaka Bakayoko, il a rassuré la ministre du Plan que la dynamique qui s’est installée depuis juin 2015 va se maintenir. Les coordonateurs des projets et programmes financés par la Banque mondiale  au Niger sont conscients de la nouvelle impulsion imprimée par l’Etat du Niger et ses partenaires au développement dans le cadre de l’efficacité des interventions des projets.

Hassane Daouda
Et Dalhatou Sahabi Aminou (Stagiaire) 

21 juin 2018 
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie