4ème revue annuelle des reformes politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA au Niger Faire le point de l’état de mise en œuvre des reformes de l’UEMOA au Niger

La revue des reformes politiques, programmes et projets communautaires est un exercice annuel auquel tous les pays membres de l’UEMOA sont soumis dans le but d’accélérer l’intégration dans un espace régional économiquement harmonisé. Le Niger étant membre de cette institution communautaire, se soumet depuis hier matin, à Niamey, pour la 4ème fois consécutive à cette revue annuelle. Il s’agit essentiellement d’évaluer d’une part, la performance des Etats dans l’application des reformes communautaires, et d’autre part, de relever les résultats atteints et les difficultés auxquelles les Etats membres sont confrontés afin que des solutions idoines soient apportées dans le but d’améliorer la compétitivité de nos économies et leur potentiel de croissance économique. C’est le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Amadou Altiné qui a présidé l’ouverture des travaux de cette revue, en présence du représentant résident de l’UEMOA au Niger ainsi qu’une équipe technique de la Commission dépêchée à cet effet.

Cet exercice qui durera trois jours s’inscrit dans le cadre de l’application de la décision prise par les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine le 24 octobre 2013. En effet, la mise en œuvre effective des reformes communautaires garantit la convergence macroéconomique et la coordination efficace des politiques sectorielles. Elle contribue au renforcement de la stabilité de cet espace économique et à l’amélioration de l’environnement des affaires. En ouvrant les travaux de cette 4ème revue, le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Amadou Altiné a précisé que la finalité recherchée est de parvenir à approfondir l’intégration régionale dans tous les domaines. De façon spécifique, cette revue permet d’améliorer le niveau et la qualité de la mise en œuvre des reformes, des politiques, des programmes et projets communautaires ; de favoriser en particulier la transposition des directives dans les délais impartis ; de renforcer le niveau de concertation nationale avec la commission de l’UEMOA dans le cadre des interventions régionales à internaliser et d’identifier les difficultés et les écueils qui pèsent sur la bonne exécution des chantiers communautaires.

En plus, cette revue, a ajouté le directeur de cabinet du ministre des Finances, offre à notre pays une occasion exclusive pour revisiter en profondeur les reformes et les politiques communautaires en vue de déceler les entraves majeures qui affectent la performance des programmes et des projets de l’UEMOA en cours d’exécution dans notre pays. M. Amadou Altiné devait par la suite rappeler que ces réformes sont regroupées en trois grandes catégories que sont les reformes dans le domaine de la gouvernance économique et de la convergence ; les reformes du marché commun et celles touchant aux politiques sectorielles. « En mettant en place un spectre de reformes, de politiques, de programmes et de projets touchant à des domaines autant divers que variés, il n’est nul doute que l’UEMOA entend approfondir par ce biais le processus d’intégration », a révélé le directeur de cabinet du ministre des Finances. En outre, dans un environnement mondial en perpétuelle mutation, les reformes constituent à la fois une réponse pertinente et un levier privilégié pour s’adapter aux nouvelles situations et pour relever les nouveaux défis. Il convient de souligner que les résultats de ces travaux donneront lieu à un mémorandum qui sera soumis à l’examen des ministres à l’occasion de leur rencontre pour le volet politique de la revue annuelle, en présence du président de la Commission de l’UEMOA.

Auparavant, le représentant résident de l’UEMOA au Niger, M. Serigne M’Backe Sougou a rappelé que dans le cadre de la revue 2017, des innovations avaient été introduites en vue d’une part d’adopter une nouvelle méthodologie de notation basée sur la proportionnalité de l’effort en substitution de l’approche binaire utilisée les années précédentes et d’autre part d’élargir le champ de la revue par l’intégration des critères de convergence. Cette méthodologie a permis de noter au cours de l’édition 2017, une progression aussi bien dans la transposition que dans l’application des textes communautaires. Au cours de cette revue, il sera question d’échanger à travers une grille de pondération des actes communautaires retenue en commun accord et d’en dégager ensemble la performance réalisée par le Niger.

Hassane Daouda(onep)

07 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie