Une société chinoise obtient deux permis de recherche d'uranium au Niger

Recherche Gisement Uranium Niger ChineLa société chinoise Zijing Heuchuang Science and Technology développement company à obtenu deux permis de recherche d'uranium  au Niger, selon un décret  consacrant  la signature de cette convention adopté   à l'issue du conseil des ministres le mardi 9 octobre.
Au terme de décret, l'opérateur chinois est adjudicateur  de Toulak  3 et Terzemour 4, tous les deux dans le département de Tchirozerine dans le Nord riche en uranium pour la recherche de cette matière  et de substances connexes.
Il est stipulé que le permis  a  pour objet de mettre en évidence des cibles et de mener toutes activités  nécessaires au développement  de ces cibles afin de prouver l'existence des gisements d'uranium  et des substances connexes.
La société chinoise s'engage  à  investir près  de 3 milliards de francs CFA dans les trois qui suivent.
Il est attendu de recettes fiscales, la création  de 35 emplois  et la réalisation des infrastructures collectives à  hauteur de 18 millions  de Francs CFA par an.
La Chine est le premier investisseur au Niger avec une présence dans les domaines minier, pétrolier, des infrastructures notamment.

Le Gouvernement a par ailleurs accordé 3 permis de recherche d'or à  la société  Aid Energy Niger dans  l'ii jOuest du pays et au Nord. Il s'agit de Kossa 4, Kossa 2 dans la région  de Tillaberi et de Dissalak 13 dans le département  de Bilma.
Selon, la convention, la société compte investir dans les trois ans un montant de près de 6 milliards  de francs CFA pour les trois permis ainsi que des retombées fiscales,  en emploi et d'infrastructures collectives de 30 millions par an.

Une 3eme  société,  Dangote cement Niger SA bénéficie de 4 permis de recherche du charbon et de substances connexes dans les régions de Tahoua,  centre et d'Agadez,  Nord. Il s-agit des permis Ikakan et Tebaram2 (Tahoua) et Tizigert et Elmeki 5 (Agadez).
Dangote cement compte investir dans les trois ans près de 5 milliards  de francs CFA en plus des retombées fiscales,  en emploi (10) et en infrastructures collectives de 30 millions de Francs CFA par an.
CA/ANP- 0043 OCTOBRE 2018

10 octobre 2018
Source : http://www.anp.ne

 

Imprimer E-mail

Economie