Forfaitt-ORANGE-4G

Zinder : La commune rurale de Tarka, un exemple de civisme fiscal

La Commune Rurale de Tarka dans le département de Belbédji a vu le jour après les premières élections  locales de 2004 au Niger. Elle compte une population estimée à 117.328 habitants en 2017 avec une superficie de 11km2.Elle dispose d’un siège construit par PAC II.

Les principales activités pratiquées par les populations sont essentiellement l’agriculture, l’élevage et le petit commerce. Le réconfort moral qui anime les autorités communales de Tarka est relatif au paiement intégral des impôts exécutés par les contribuables. « 99% de nos administrés s’acquittent de leur devoir fiscales. Il est existe toutefois d’une poche non recouvrée en zone nomade à cause de la mobilité des populations », confie le 1er Vice –Maire de Tarka, M. Agali Haidara Kounkourou.

Le second motif de satisfaction des autorités communales et même des populations est relatif à la campagne agricole qui a grandement répondu aux attentes des populations. « Les éleveurs ont également le sourire aux lèvres car le fourrage est particulièrement abondant hormis 1500ha brulés en zone pastorale du fait du feu de brousse » ajoute le 1er Vice-maire.

Selon Agali Haidara Kounkourou, l’Etat a accordé en 2017-2018 divers appuis financiers à la Collectivité de Tarka  dans le cadre de la décentralisation et le fonds de péréquation pour renforcer ses investissements. Le budget de la Commune en 2018, était de 154.530.574 FCFA.

Les activités menées sur fonds propres de la Commune se résument à la réhabilitation de l’abattoir de Guidan Ango et Gandou et à la construction d’un hangar au CSI de Chinyatta. La Commune a également construit une salle d’hospitalisation, une salle d’observation et a assuré l’entretien de l’ambulance au CSI de Belbédji l’année dernière. Les agents de la Commune sont régulièrement payés et la masse salariale annuelle est de 26 Millions de FCFA.

« Les préoccupations majeures de la Commune ont pour noms : insuffisance d’électricité dans le chef-lieu de la Commune (Belbédji), état défectueux de la route et enclavement de la zone qui ne permet d’écouler la production ; faible appui dans la lutte contre les sautereaux durant la campagne agricole »,  a souligné le 1er Vice Maire de Tarka. Il faut souligner que, les relations entre les autorités communales et celle préfectorales et traditionnelles, sont au beau fixe.

Sido Yacouba ANP-ONEP/Zinder

 

Imprimer E-mail

Economie