Forfaitt-ORANGE-4G

Conférence de presse du Directeur Général entrant de la Douane en prélude à la Célébration de la JID 2019 : « La journée internationale de la Douane sera célébrée conjointement avec le Bénin et permettra de l’interconnexion des systèmes informatiques dou

Le Directeur général de la Douane entrant, Colonel Amadou Petito Oumarou, a animé le 19 janvier dernier dans les locaux de la Direction Générale de la Douane, une conférence de presse en prélude à la célébration de la Journée Internationale de la Douane (JID), édition 2019, sous le slogan «Des frontières SMART pour des échanges commerciaux fluides et le mouvement sans entrave des personnes et marchandises ». L’objectif principal de cette conférence de presse est d’informer l’opinion nationale de la décision de la Direction Générale de la Douane du Niger et celle du Benin, de célébrer conjointement, le 25 janvier prochain, la JID 2019 au poste de contrôle juxtaposé de Malanville et de lancer officiellement l’interconnexion électronique douanière entre les deux pays.

A l’entame de la conférence de presse qui s’est déroulée en deux phases, le Directeur Général de la Douane du Niger, Colonel Amadou Petito Oumarou, a lu un communiqué officiel de la Direction de la Douane Nigérienne relatif à la célébration de la Journée Internationale des Douanes (JID), édition 2019. Il a insisté dans ce communiqué sur le rôle fondamental que joue la douane en coopération avec les autres services présents aux frontières, à savoir la sécurisation de la chaine logistique, la lutte contre les trafics illicites de drogues, d’armes, d’espèces menacées d’extinction et de substances nuisibles à l’environnement, et la protection de l’économie nationale à travers la lutte contre la contrebande. Il revient donc tout naturellement à la douane, a-t-il indiqué, d’être « le chef de file de toute initiative qui vise à consolider et à accroître davantage les efforts des Etats visant à rendre plus aisée la circulation des biens et des personnes à travers des frontières sécurisées ».

Colonel Amadou Petitot Oumarou a affirmé que la particularité de l’édition 2019 est que la Journée Internationale de la Douane sera célébrée conjointement avec le Bénin et permettra de procéder par la même occasion, à l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers entre les deux pays. La JID 2019 est aussi une occasion pour la Douane du Niger, de faire le point des efforts déployés au cours de l’année 2018, dans le cadre de la réalisation des recettes et de la restructuration de leur administration.

En 2018, selon le Directeur général entrant de la Douane, sur une prévision de 201,182 milliards (201.182.391.497) en cash, les services ont réalisé 176,15 milliards  (176.156.657.739), soit un taux de réalisation de 87,56%.

Ce taux fait ressortir une plus-value de 16,88 milliards (16.883.039.543) par rapport à l’année 2017. Pour cette année 2019 qui commence, la Direction Générale de la Douane s’attelle à réaliser environ 241 milliards. En ce qui concerne la restructuration de l’administration de la Douane, plusieurs reformes ont été mises en œuvre pour la rendre plus moderne et plus performante. Dans le cadre des perspectives de l’année 2019, plusieurs grands chantiers seront réalisés en ce qui concerne les reformes à accomplir, dont notamment l’élaboration d’un manuel de procédures, la reprise de l’étude sur le temps nécessaire pour la main levée des marchandises, le suivi des cargaisons par la géolocalisation, le marquage des hydrocarbures, et la dématérialisation des documents à joindre à la déclaration.

Des échanges fructueux avec la presse nationale

Après la lecture du communiqué, le Directeur Général entrant de la Douane a répondu aux questions des journalistes. Ces échanges ont permis au Colonel Amadou Petitot Oumarou d’apporter plus de précisions sur les perspectives citées dans le communiqué et sur sur l’impact positif de cette célébration sur les activités de la douane, ainsi que sur des thèmes aussi divers que la fiabilité du système d’interconnexion électronique entre les deux services de Douane, le fonctionnement du Système SMART et enfin la justification du choix du poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Malanville.

Selon le Directeur Général entrant de la Douane, le choix de Malanville est doublement stratégique. En effet, cette ville béninoise héberge l’unique poste de contrôle juxtaposé (PCJ) entre nos deux pays. Les PCJ, a-t-il dit, sont des postes financés par l’UEMOA « où tous les services qui interviennent aux frontières se retrouvent logés afin de faciliter le traitement des marchandises ». Dans la convention de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine,  il est prévu que l’espace qui abrite un PCJ reste un espace neutre, c’est-à-dire un espace communautaire pour l’UEMOA.

En plus, dans le cadre de la mobilisation des ressources financières internes au Niger et au Benin, les deux services de Douane ont consenti d’interconnecter leurs systèmes informatiques. Cette interconnexion, a souligné Colonel Amadou Petito Oumarou, offre « de multiples avantages à nos opérateurs économiques car toutes les marchandises enregistrées au port de Cotonou seront notifiées en temps réel à la Douane du Niger pour accélérer leurs traitements, ainsi que la mobilisation des ressources financières internes ». C’est dans cette optique que les deux pays ont convenu de procéder au lancement officiel de l’interconnexion électronique entre la Douane du Benin et celle du Niger, et cela dans un espace communautaire neutre, à savoir Malanville.

Le Directeur Général entrant de la Douane a apporté des précisions sur la fiabilité du système informatique utilisé et sur la géolocalisation des camions de marchandise. « Cette interconnexion, grâce à l’expertise de notre partenaire en sécurité informatique, est sûre car il est très difficile depénétrer illégalement notre réseau », a-t-il dit, avant de rappeler que le système informatique du Niger « est un système haut de gamme et qui n’a jamais fait l’objet d’une attaque, ce qui le place parmi les systèmes performants qui jouissent d’une grande fiabilité ». Pour la géolocalisation des camions de marchandises, bien que ne disposant pas pour l’instant d’un logiciel informatique et du matériel y afférent dans ce secteur, des dispositions ont été prises pour assurer leur escorte physique, ainsi que d’autres dispositions complémentaires.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

21 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie