Forfaitt-ORANGE-4G

Saisie de 150 camions à Konni chargés de ciment : Méprise ou volonté d’assimilation ?

Saisie de 150 camions à Konni chargés de ciment : Méprise ou volonté d’assimilation ? Au moment où nous nous mettons sous presse, nous apprenons que 150 camions de transport de ciment, ont été saisis, hier, mercredi 13 février 2019, à Konni par le Conseil des avocats de la SONIDEP via huissier. Une affaire qui a vite tourné à la crise, les établissements CHARFO ayant protesté de façon véhémente. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’il y a une totale méprise de la part de la SONIDEP quant à l’identité de la société qui lui doit de l’argent. Selon des informations complémentaires recueillies auprès de sources crédibles, les 200 camions saisis font partie d’un convoi important de 1500 camions chargés de ciment et commandés par les établissements CHARFO en vue de prévenir une pénurie éventuelle consécutive aux élections en vue au Nigeria. Or, il se trouve que la SONIDEP a plutôt un contentieux de factures échues mais non honorées de plus d’un milliard de FCFA, redevances qui s’étalent sur quatre ans, avec une société dénommée BORKIR qui fait plutôt dans le pétrole et dont le patron se nomme Dangoté Sani Ibrahim, un frère du richissime homme d’affaires nigérian.

La méprise est de taille et a choqué les responsables des établissements CHARFO qui ne comprennent pas que la SONIDEP puisse se tromper sur l’identité de ses créanciers au point de s’en prendre à une autre société. Vraisemblablement, c’est le nom DANGOTE qui a qui a induit la SONIDEP en erreur, même s’il est surprenant qu’elle se soit plutôt focalisée sur le nom d’un des deux promoteurs ¯ Dangoté Sani Ibrahim gère la société BORKIR avec un autre frère ¯ plutôt que sur la dénomination de la société. L’on se demande s’il s’agit d’une simple méprise ou une volonté d’assimilation ? Affaire à suivre

16 février 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Economie