Signature des accords de financement additionnel du Projet d’Actions Communautaires pour la Résilience Climatique (PAC/RC) : Près de 8 milliards de FCFA pour accompagner les actions du projet

Signature des accords de financement additionnel du Projet d’Actions Communautaires pour la Résilience Climatique (PAC/RC) : Près de 8 milliards de FCFA pour accompagner les actions du projetLa ministre du Plan, Mme Kané Aïchatou Boulama et la Représentante Résidente de la Banque Mondiale, Mme Joëlle Dehasse ont procédé hier après-midi, au ministère du Plan à la signature des accords de financement additionnel du Projet d’Actions Communautaires pour la Résilience Climatique (PAC/RC). Ce financement additionnel de 14,6 millions de dollars US, soit environ 8 milliards de FCFA sous forme de prêt, est destiné essentiellement à la mise en place et l'opérationnalisation de plates-formes multiservices intégrées (Maison du Paysan) dans les communes ciblées.

A travers ces accords, la Banque Mondiale a accordé au Niger un financement additionnel de 14,6 millions de dollars US, soit environ 8 milliards de FCFA sous forme de prêt. D’après la ministre du Plan, Mme Kané Aïchatou Boulama, ce financement additionnel est destiné essentiellement à la mise en place et l'opérationnalisation de plates-formes multiservices intégrées (Maison du Paysan) dans les communes ciblées. Il permettra la réalisation des travaux, l'assistance technique, des formations et du matériel y compris la fourniture des services conseils offerts par les Maisons du Paysan aux communautés locales sur des sujets visant à améliorer les performances des exploitations agricoles familiales et des entreprises agricoles telles que les pratiques de gestion durable des terres, le stockage et le commerce des aliments, les suppléments fourragers et intrants agricoles, la diffusion des connaissances et l'utilisation des nouvelles technologies pour la prévision du climat et accès aux données.

«Le PAC/RC est en parfaite adéquation avec la stratégie poursuivie à travers la mise en œuvre du Programme de l'Initiative ‘’3N’’, composante majeure du Programme de Renaissance pour le Niger initié par le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou » a déclaré Mme Kané Aïchatou Boulama. Avec la performance enregistrée dans la réalisation de ce genre d'infrastructures par le PAC/RC, le Gouvernement a, selon la ministre, sollicité un financement additionnel afin d'équiper des communes supplémentaires de Maison du Paysan.

Relativement à la cible du PAC/RC, la ministre du Plan a rappelé que ce Programme a couvert 38 communes pilotes choisies en fonction de leur degré de vulnérabilité aux changements climatiques sur l'ensemble du territoire national. «La mise en œuvre du PAC/RC a permis d'atteindre des résultats significatifs en matière de résilience aux changements climatiques. Ces résultats se sont traduits par une augmentation des rendements agricoles et fourragers, 63 sous projets intégrés de résilience climatique et la construction et l'2quipement de 8 Maisons du paysan ont également été réalisés », a souligné la ministre du plan.

De son côté, la Représentante Résidente de la Banque Mondiale, Mme Joëlle Dehasse, a expliqué que ce financement additionnel, approuvé ce 26 avril 2019, s'ajoute au financement initial de 63 millions de dollars américain (soit 37 milliards de FCFA du PPCR pour le PAC-RC dans le cadre du Programme stratégique pour la résilience climatique du Niger (PSRC Niger) du PPCR approuvé en Novembre 2010. Evoquant les résultats remarquables enregistrés à travers le PAC/RC sur l'ensemble du pays, elle a noté que plus de 40.000 hectares de terres sylvo-pastorales et agricoles ont fait l'objet d'une gestion améliorée des eaux et des terres ainsi qu'une gestion intégrée des paysages. La Représentante résidente de la Banque mondiale a ajouté que les rendements des cultures ont augmenté en moyenne d'environ 62% dans les zones d'intervention au cours des quatre dernières années en comparaison avec les zones tampons pendant les saisons de forte sécheresse ou même d'inondations.

A cela s’ajoute environ 550.000 personnes bénéficiaires chaque année, soit à travers des interventions directes soit par des actions de sensibilisation, de communication et de partage des connaissances. Enfin, au niveau de la planification, le concept de résilience au changement climatique a été intégré dans les stratégies nationales des secteurs clés et dans les plans de développement communautaire. Mme Joëlle Dehasse a relevé que le projet a aussi contribué à l'intégration du changement climatiquedans les schémas d'aménagement et dans le processus d'élaboration du Plan de développement économique et social, PDES 2017-2021. Aussi huit (8) Maisons du paysan ont été construites et seront équipées et rendues fonctionnelles au cours de cette année.

Mamane Abdoulaye (ONEP)

09 mai 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie