Forfait Albarka

Atelier de validation de l’étude portant sur l’attractivité et la gouvernance dans le secteur minier : Renforcement de la coopération entre le Niger et l’Australie dans le secteur minier

Le Ministère des Mines, en collaboration avec Australian Aid et l’Université Queensland d’Australie, organise un atelier de validation de l’étude portant sur l’attractivité et la gouvernance dans le secteur minier du Niger. C’est le ministre des Mines, M. Hassane Barazé, qui a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de cette session de trois jours au Grand Hôtel de Niamey, en présence de son homologue en charge du Pétrole, M. Foumakoye Gado, du député Amadou Dioffo et de plusieurs autres personnalités.

Après avoir exprimé sa joie pour la tenue de cet atelier, le ministre a salué la présence des deux représentants de l’Université Queensland d’Australie, à savoir Mme Sarah MacKenzie et sa compatriote Mme Lynda Lawson. M. Hassane Barazé a saisi l’occasion pour remercier l’Australie pour les appuis multiples qu’elle apporte au Niger, notamment dans le secteur minier où ce pays dispose d’une riche expérience.

Dans ce secteur, l’Australie œuvre inlassablement pour le renforcement des capacités humaines à travers l’octroi des bourses de formation. Le ministre a indiqué que le Ministère des Mines et la SOPAMIN ont vu une trentaine de leurs agents bénéficier des stages de formation dans le cadre de l’Australian award for africa fellow ship, suivi d’une participation à plusieurs conférences.

Cet atelier de validation de l’étude contribuera, a-t-il dit, à renforcer la coopération entre le Niger et l’Australie, une coopération qu’il souhaite ‘’voir s’ouvrir davantage sur de vastes perspectives afin de soutenir et d’accompagner les efforts du Gouvernement qui entend faire du secteur minier nigérien un levier de croissance économique et sociale durable’’.

L’atelier est un élément du programme assorti du mémorandum d’entente financé par le Gouvernement australien pour une période de 18 mois. Il posera les jalons d’un partenariat entre le Ministère des Mines et l’Université Queensland avec, in fine, le développement d’une expertise nationale au Niger, a dit le ministre. Il a également souligné qu’une des grandes préoccupations des autorités nigériennes, c’est de mettre les ressources minières au service du développement durable. C’est d’ailleurs pour cette raison, a dit le ministre, que le Gouvernement nigérien a sollicité l’appui de l’Australie qui dispose d’une grande expertise dans le domaine. L’Australie, a-t-il précisé, a développé une stratégie de coopération visant à optimiser la contribution des ressources minières des pays africains dont le Niger. ‘’La stratégie repose sur l’amélioration de la gestion des informations nécessaires à la valorisation du patrimoine minier, sur l’amélioration de l’attractivité, de la gouvernance et de la transparence du secteur’’, a expliqué le ministre des Mines.

Au cours de cet atelier, les participants auront à discuter et analyser ces thèmes, a-t-il indiqué, avant de les exhortant à suivre avec attention les exposés qui seront faits et les débats qui en découleront.

La représentante de l’Université Queensland, Mme Sarah MacKenzie, a rappelé que l’Australie est un pays construit sur ses richesses naturelles. Elle dispose ainsi d’une riche expérience et d’une expertise avérée dans le domaine de l’exploration et l’exploitation minières, ainsi que la gestion des impacts environnementaux, la prise en compte des impacts et la gouvernance du secteur.

Le Niger et l’Australie se sont rapprochés dans un partenariat de 18 mois pour collaborer sur le renforcement des capacités de gouvernance dans le secteur minier. Mme Sarah a souligné que l’initiative de rapprochement prend la forme d’un partenariat entre le Sustainable mineral institute de Queensland University, en tant que membre de l’alliance Mineral and Energy for Development et le Ministère des Mines du Niger, avec le soutien financier du Gouvernement australien. Elle a indiqué que l’institut se ‘’penche sur tous les aspects de durabilité dans le secteur minier, les aspects technologiques de production, les aspects environnementaux ainsi que sociaux. La collaboration, a-t-elle précisé, prend la forme d’un programme d’appui sur 18 mois avec pour but de contribuer au renforcement des capacités de gouvernance dans le secteur minier au Niger. Ce programme démarre avec l’étude, objet de l’atelier de validation, qui permettra de porter un regard de l’extérieur sur le Niger, de dégager une perspective sur ce qui peut faire du Niger un pays plus attractif à l’investissement dans son secteur minier.

Zabeirou Moussa (ONEP)

05 mai 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie