Scandale pétrolier : L'ambassade du Niger au Ghana serait-elle impliquée dans une affaire de fraude d'hydrocarbures ?

 IUn contrat d'un peu plus de quatre milliards de francs CFA ! C'est le montant en jeu dans un obscur contrat d'approvisionnement en carburant pour le compte de la base militaire américaine au Niger, à Agadez. Dans des documents confidentiels dont Le Courrier a eu copies, la base militaire américaine au Niger a signé un contrat de 7 074 437,83 dollars, soit plus de quatre milliards de francs CFA pour se faire livrer du carburant durant un an. Une belle opportunité commerciale qui n'a pas profité à la Société nigérienne de produits pétroliers (Sonidep) mais plutôt à un tout obscur partenaire commercial basé à Accra, au Ghana. La base militaire américaine au Niger ne s'approvisionne, donc, pas à partir de la Sonidep ou de la Société de raffinage de Zinder (Soraz) directement. Elle est approvisionnée à partir du Ghana d'où viennent des camions-citernes qui rallient régulièrement Agadez. C'est une société basée à Accra, à Téma mais aussi au Togo, J.K.Horgle Transport & CO. LTD qui a bénéficié de ce contrat juteux. Société spécialisée dans le transport des produits pétroliers, entre autres, K.Horgle Transport & CO. LTD a son siège à 5th Circular Rd, Accra, Ghana. C'est cette société qui fournit le fuel à la base militaire américaine au Niger sur la base d'un contrat signé le 28 mai 2019. Avec qui ? Car, K.Horgle Transport & CO. LTD n'assure que le transport depuis Accra. Arrêtés par la douane à Agadez qui a tout de suite flairé un coup fourré, les camions-citernes en provenance du Ghana, au nombre de 12, ont été immédiatement libérés sur instruction. De qui ? Ce qui est certain, la Sonidep n'a délivré aucune autorisation du genre à .Horgle Transport & CO. LTD.

Qui vend du pétrole à la base militaire américaine au Niger ?

La Sonidep et la Soraz écartées du deal, l'on se demande si ce sont les Américains qui ont délibérément choisi de ne pas consommer du pétrole nigérien, en sol nigérien ou s'ils ont été amenés à préférer des produits pétroliers étrangers. Il y a assurément anguille sous roche. Pour faciliter l'acheminement du fuel du Ghana à Agadez, les 12 chauffeurs ont été listés, avec indication des noms et prénoms, numéros de châssis, plaques d'immatriculation, marques et capacités de contenance. Cette liste est annexée à un laissez-passer frappé des armoiries de la République du Niger et signé le 26 juillet 2019, par ordre, des mains d'un certain Dan Barma Maman Aboubakar, deuxième conseiller de l'ambassade pour le compte de l'ambassadeur, Alhousseïni Ousmane Dans cette note officielle de l'ambassade du Niger au Ghana, l'ambassadeur, par ordre, demande aux autorités civiles et militaires de la défense et de la sécurité du Ghana, du Togo, du Bénin et du Niger de bien vouloir laisser passer le convoi de camions dont la liste est ci-jointe ". Il y est précisé que ledit convoi transporte du carburant pour la base militaire américaine d'Agadez, au Niger.

 

Qui se trouve, donc, derrière ce contrat mirifique de plus de quatre milliards ?

Les documents en possession du Courrier et dont la rédaction publie deux, majeurs, intriguent à plus d'un titre. Pourquoi Alhousseïni Ousmane n'a pas, luimême, signé le sauf-conduit délivré aux chauffeurs des camions-citernes ? Après une petite enquête de routine, le courrier a appris que l'ambassadeur Ousmane n'était pas à Accra à la date de signature du laissez-passer. Il se trouvait encore à Niamey où il était depuis de longues semaines, bien avant la 33e conférence de l'Union africaine. Selon nos sources, il n'est retourné à son poste, à Accra, que deux jours à peine avant la visite du Président Issoufou au Ghana, dans le cadre du forum Agra sur l'agriculture. Les américains seraient-ils en train de boycotter les produits pétroliers nigériens pour privilégier un pays pour lequel ils ont plus de sympathie ? Des personnels de la base militaire américaine seraient- ils trempés dans cette affaire tordue avec des personnalités nigériennes ? Qui tire véritablement les ficelles de ce deal honteux et préjudiciable à l'économie nigérienne ?
Affaire à suivre.

Laboukoye

15 septembre 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Economie