Forfait Albarka - Orange Niger

Economie

Depuis l’institution du péage par la CAFER dans notre pays et sa perception par des agents recrutés pour la cause, des désagréments n’ont cessé de troubler le bon fonctionnement du trafic routier à certains axes de la sortie de la ville de Niamey. En effet, c’est aux sorties que s’étaient installées au début, les différentes barrières et percepteurs de taxes de péage routier aux côtés des forces de l’ordre pour que ces derniers assurent non seulement leurs sécurités, mais aussi pour éviter d’éventuelles et multiples troubles qui entraineront un véritable manque à gagner à la CAFER. Ainsi à la sortie et à chaque axe routier se trouve une barrière de péage pour diverses destinations placées aux environs des limites de la ville aux côté des forces de sécurités chargées de tout sé- curiser. Mais, avec le développement sans cesse de la ville de Niamey, d’autres parmi ces postes se sont retrouvés en plein centre-ville et créent d’incessants désagréments entre percepteurs et automobilistes autour du bienfondé de la taxe à payer en étant à l’intérieur de la ville.

En effet, ces agents exigent à tous les automobilistes franchissant ces barrières de s’acquitter de leur taxe avant toute traversée même pour rejoindre son domicile ou jardin d’à côté. Cette situation est vécue quotidiennement par certains citadins des environs dont les passages obligé se trouve être le franchissement de cette fameuse barrière qui désert les axes routiers de Niamey à destination du Burkina soit en empruntant la route de Torodi ou celle de Namaro - Téra. Elle sert aussi de passage aux cortèges funèbres pour le rejoindre les cimetières d’à côté.

Là, on a l’impression d’être à l’entrée d’une frontière entre deux pays au vu du blocage et de l’embouteillage systématique du flux énorme du trafic routier de cette route internationale dont les abords sont accidentés. Ainsi, il est fréquent d’y rencontrer même des scènes de bagarres inutiles entre les deux camps dus à l’exigence des uns et des autres. Ce désordre sans commune mesure, aux risques incalculables voire inhumain expose tous les usagers à divers risques d’accidents graves de la circulation. Compte tenu de la nouvelle situation, les forces de l’ordre ont procédé au déplacement de leur barrière, cela a permis de libérer cette importante voie internationale à la circulation la plus dense pour accéder à la ville de Niamey.

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Economie