Sanef 2018

Economie

Riz Detourne Aide AlimentaireLe Niger est un pays régulièrement confronté à de graves sécheresses qui ont parfois décimé populations et cheptels. Cette année encore, il est confronté à une situation alimentaire et fourragère des plus préoccupantes. L'école en fait les frais, avec des milliers d'abandons à Zinder, Tahoua et Maradi. Officiellement, il faut 124 751 tonnes de céréales, d'aliments bétail et de semences, dont 43 000 tonnes de céréales. Une urgence pour sauver le Niger profond ! Une situation précaire et inquiétante qui a prévalu presque tous les ans. C'est notamment le cas en mars 2016 où, selon la Cellule de Coordination Humanitaire, c'était précisément deux millions qui avaient besoin d´une aide alimentaire, 1,9 million d'une aide nutritionnelle tandis que 428 000 migrants, réfugiés, déplacés, retournés et familles hôtes vulnérables avaient également besoin d'une forme d'assistance humanitaire. En outre, le nombre de personnes qui risquaient d'être affectées par les épidémies était estimé à 24 000  tandis que les potentielles victimes des inondations étaient entrevues dans l'ordre de 105 000. C'est de cette situation préoccupante à plus d'un titre, que les maîtres de Niamey ont saisie comme alibi pour solliciter auprès de pays amis une aide alimentaire. La République islamique du Pakistan a entendu ce vrai-faux cri du cœur des autorités nigériennes et a mis à la disposition du Niger 15 000 tonnes de super riz basmati. Une variété de riz de haute qualité qui se vend très cher sur le marché. Ce riz sera convoyé par le Pakistan jusqu'au port de Cotonou où il est livré au Niger à travers la personne du directeur général de l'OPVN [Ndlr : Office des produits vivriers du Niger] à l'époque des faits, Alassane Souleymane. Un homme qui a été éjecté de son poste récemment. Un acte de représailles des commanditaires de l'affaire du riz pakistanais ? On l'ignore encore. Mais il est curieux de constater qu'Allassane Souleymane a été "remercié" en pleine affaire du riz pakistanais. Un épiphénomène qui n'arrange pas pour autant les affaires du régime. Le coup est en fait trop dur à supporter, aussi bien pour les Nigériens que pour les partenaires qui découvrent que la misère des populations nigériennes fait les affaires de quelques individus tapis au sommet de l'État.

Imprimer E-mail

Economie