Sanef 2018

Economie

Lancement RTA 2015Depuis le fameux tweet d’Omar Ladan Tchana, ex ministre d’état nigérien des mines puis des transports, une polémique fait rage au Niger, bien plus intensément sur les réseaux sociaux, à propos de la réhabilitation de la très stratégique route Tahoua-Agadez-Arlit (RTA).

« Agadez-Tahoua 420 km, 11 heures de route, 2 roues éclatées. M. Birgi Rafini doit dire au peuple nigérien où sont passés les 100 millions d’AREVA pour la réhabilitation de la route Tahoua-Arlit… obtenu en 2014 », avait-il tweeté en substance.

« Tchana tacle Brigi », titrait le journal l’Evènement. En revanche, sur les réseaux sociaux, le sieur Tchana en a pris franchement pour son grade. Il a en effet été copieusement conspué par les internautes nigériens qui l’accusaient principalement d’hypocrisie, voire de petitesse, pour n’avoir pas dit cette vérité au moment où il était aux affaires. « Le pauvre » a été tellement « humilié » (plus que la policière qu’il aurait giflée) que certains ont eu pitié de lui et se sont constitués « avocat » pour le défendre.

Dans leur majorité, les commentateurs de Niamey, grisés par le fort parfum de scandale que dégage cette « révélation », se sont uniquement focalisés sur les trois acteurs à vue : Tchana le nouveau « free lance », Birgi Rafini Premier Ministre, à qui sa question était destinée et Issoufou Mahamadou Président de la République qui, en dernier ressort, est le responsable de « tout ». Ils feignent d’oublier que c’est d’abord l’argent d’AREVA, un « bras secret » de la France, trempé dans bien de magouilles qui ont contribué à ruiner ce pays. Un autre oubli de taille, les entreprises dans les comptes desquelles devrait théoriquement être viré cet argent.

Imprimer E-mail

Economie