Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

jeudi, 28 octobre 2010 15:45

Politique : mensonges et fausses accusations Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Depuis quelques semaines, des leaders de la CFDR sont victimes d’un lynchage médiatique de la part de certains organes de presse dont notamment un hebdomadaire de la place qui a ouvert largement ses colonnes à tous ceux qui pour une raison ou une autre, ont été contraints de quitter leurs partis ou d’accompagner les aventuriers du Tazartché. Il y a aussi
les autres, ceux qui sont des adversaires politiques de ses leaders et leurs partis. Ce sont eux qui dans leurs salons, imaginent tous les scenarii possibles pour leur faire mal, les discréditer auprès de l’opinion publique nationale et même internationale.

La dernière trouvaille de ces pêcheurs en eaux troubles est de voir la main de certains leaders de la CFDR dans la tentative de mettre un coup de frein au processus de restauration de la démocratie voulue par le CSRD que dirige le général de corps d’armée Djibo Salou depuis le 18 février 2010.

A y voir de très près, il n’y a que des ennemis de la démocratie et au retour à un ordre constitutionnel normal, à imaginer que des partis de la CFDR puissent poser des actes qui vont remettre en cause tout ce que pour lequel ils se sont battus avec les risques pris, les épreuves douloureuses vécues par les militants et les sacrifices que l’on connaît.

Peut-on imaginer un instant ces leaders s’embarquer dans une affaire où il est question d’assassiner un dirigeant d’une transition militaire saluée par toute la communauté internationale et surtout les pays voisins et amis qui suivent au jour le jour la marche de notre pays vers la restauration de la démocratie. Face à toutes ces insinuations, ces faux procès et en dehors de toute consigne des partis, des militants ont choisi de crier leur ras-le bol.

C’est le cas par exemple de cet enseignant du secondaire dans un collège de Niamey qui a voulu s’exprimer.

M Mamoudou Hassan donne sa position sur ce qui se dit à propos de son parti, le PNDS et son président Mahamadou Issoufou.

‘’Il ne faut pas se faire d ‘illusions, toute cette cabale contre mon parti et son président surtout est l’oeuvre d’une poignée de personnes bien identifiées qui agissent dans le seul dessein de nuire au parti qui s’est débarrassé d’eux pour fautes graves. Ces individus qui se disaient hier des démocrates sincères avaient choisi pour se réaliser, d’accompagner un homme dans son projet fou du Tazartché. Apres la fin de cette aventure que l’on savait sans lendemains, ils ont opté pour les actions de sape. Pour cela, ils ont réussi à embrigader certains médias à la solde.

Ensuite, il y a les autres qui vouent une haine viscérale à l’endroit de notre parti qui connaît une ascension indéniable. Le PNDS est aujourd’hui le parti qui compte le plus sur l’échiquier national et pour cette raison il faut le détruire, vilipender ses dirigeants parce que l’on entrevoit déjà les résultats qui seront les siens aux futurs scrutins de ces prochaines semaines.

Question : il n’y a pas que ces adversaires déclarés du parti. Il y a aussi les autres avec lesquels le PNDS s’est battu contre le Tazartché. A ce niveau aussi il y a certains actes inamicaux !

R : Oui, il y a des chefs de partis politiques qui veulent prendre le large alors même qu’il y a un pacte qui nous lie. Ils pensent être les mieux placés pour être à la tète de l’Etat sans pour autant jauger leurs forces. A travers les journaux et autres médias, ils veulent se présenter comme les incontournables futurs dirigeants du pays. Et pour donner un sens à leurs rêves fous, ils s’entourent de courtisans qui ne sont là que pour profiter des largesses de ces richissimes futurs candidats. Même en politique, il faut savoir être réaliste et les électeurs ne se gagnent pas à coup de messages et autres déclarations à travers la presse. C’est le terrain qui nous départagera. Je veux dire par là, les élections.

Q : Qu’avez-vous à dire en conclusion contre cet acharnement à vouloir diaboliser le PNDS et ses dirigeants ?

R : Le PNDS est sur la voie de remporter les prochaines élections. C’est pour cela qu’on veut l’abattre, on fait feu de tous bois et on use de tous les moyens inimaginables pour arriver à ses fins. Seulement, il se trouve que ce parti est un roc, il n’a pas connu les déchirements que les autres formations politiques ont vécu, les dirigeants ont travaillé pour faire de ce parti ce qu’il est aujourd’hui malgré toutes les adversités. Les cadres et opérateurs économiques ont été victimes de l’exclusion mais ils sont restés soudés près de dix ans à l’opposition. Mieux, le parti n’a fait que grandir et c’est pour cela qu’il fait peur à ses adversaires de tous les bords.

Ce qui me chagrine, c’est que certains hommes de presse, fassent le jeu de certains de nos adversaires dans le seul but de nuire, faire du mal. Au mépris de l’éthique et de déontologie tant prônées par toutes les organisations de la presse et celle de défense des droits de l’homme. Pour une vie politique apaisée, il faudrait assurément éviter de vouloir s’en prendre à des hommes politiques qui n’ont absolument rien à se reprocher, sauf peut-être l’aura dont ils jouissent auprès de la grande majorité de Nigériens. Et cela ni leurs adversaires et encore moins les journaux qu’ils manipulent ne peuvent quoi que ce soi !

Nous autres, nous nous occupons plus des problèmes qui assaillent le Niger et c’est pour cela que nous avons déjà initié deux séminaires sur la problématique de l’autosuffisance alimentaire pour notre pays et le problème de l’école nigérienne. Ce sont là des sujets qui sont plus importants pour nous autres que ces querelles qui n’en finissent pas avec des politiciens qui ont d’autres soucis que l’avenir du Niger et ce qu’ils comptent proposer aux nigériens pour l’avenir.

Propos recueillis par Asy

28 octobre 2010
Publié le 28 octobre 2010
Source :   L'Actualité

Lu 4183 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15