Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

mardi, 10 mars 2009 20:47

La vraie solution à la crise de l'école nigérienne

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Ecole_NigerienneDepuis plusieurs décennies déjà, l'école nigérienne ou précisément l'école publique nigérienne est en panne, ses roues manquent de lubrifiants; elle est malade, gravement malade. Toutes les rencontres, tous les séminaires, ateliers, états généraux et autres foras organisés pour résoudre cette épineuse question
ont pour seul but de distribuer des rentes à ceux-là mêmes qui l'ont sclérosée et anémiée, à savoir les bureaucrates abonnés aux perdiems. Rien d'étonnant à cela, car une question mal posée ne peut être qu'aporétique, ou dans le meilleur des cas trouver une mauvaise solution.

nous regarder en face et poser, comme dit Heidegger, la question questionnante. En effet, si l'école publique figure au dernier rang des priorités de nos dirigeants, il n'y a à cela qu'une seule explication valable ; toutes les autres étant juste destinées à brouiller les pistes et à semer le doute et la zizanie dans l'esprit des honnêtes citoyens. La vraie solution à la crise de l'école nigérienne Le constat est amer ! C'est même un truisme : aucun responsable politique, aucun responsable en charge de l'éducation, aucun fonctionnaire plus ou moins bien placé n'a son enfant fréquentant l'école publique. Tous sont au privé, et même certains à l'étranger pour vite finir et revenir remplacer leur papa. Sacré structuralisme génétique ! Donc ceux qui gèrent l'école publique ne se sentent nullement concernés par ses problèmes, car n'y ayant aucune attache d'ordre affective. Or, comme le dit Hegel, nous réussissons d'autant ce pour quoi nous sommes passionnés. Dès lors, la question qui se pose est la suivante : l'école publique peut-elle marcher sans les enfants des décideurs publics ? Peut-on la redresser sans les réintégrer ?

Cette question mérite sérieusement qu'on y réfléchisse, tant elle révèle les dessous d'une grande conspiration contre les pauvres et fait tomber le cache-sexe des faux spécialistes qui ont jusqu'ici planché sur la problématique de l'école nigérienne. C'est une évidence : si le médecin ou le pharmacien ne consomment pas dans les mêmes conditions les produits qu'ils prescrivent aux malades, alors ces produits sont-ils sains et opératoires ? Que vous en semble ? C'est le même problème qui se pose à l'école publique dans ce pays. C'est pourquoi également, l'école publique sera toujours en crise tant que ceux qui la gèrent n'y auront pas leurs enfants. Pourquoi, sinon, les grèves perlées des contractuels n'ont jamais fait la une du journal télévisé ou téléguidé ? Pourquoi l'apathie totale de nos responsables face à cette crise sans précédent ? Pourquoi aucun leader politique n'a, jusque là, daigné lever le petit doigt pour regretter, même de façon démagogique, cette situation ? Parce que tout simplement ça ne les concerne pas outre mesure.

C’est pourquoi la société civile qui multiplie actuellement meetings et marches de protestation contre la crise de l’école nigérienne et l’indifférence coupable des autorités doit songer à une sorte de pacte républicain faisant obligation à tous les candidats aux futures joutes électorales de fournir la preuve formelle qu’ils ont au moins un enfant dans une école publique. Cela aura l’avantage de créer entre l’école publique et ses mauvais gérants une petite attache affective, sentimentale, voire passionnelle, seule à même de tourner leur regard divinement distrait vers la mal véritable, le diagnostiquer et le soigner définitivement.

Garba Boureyma

10 mars 2009
Publié le 04 mars 2009
Source : Le Gardien

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15