jeudi, 02 juillet 2015 07:31

Journée d’échanges à l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication : Le rôle et la place des supports audiovisuels dans la promotion de la démocratie

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le projet ‘’Culture pour le changement: participation citoyenne des femmes et des jeunes’’ a organisé, hier matin, à l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC), une rencontre d’échanges sur le rôle et la place des supports audiovisuels dans la promotion de la démocratie. 

Cette rencontre présidée par la Secrétaire générale du ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information (MC/NTI), Mme Dantia Fadjimata Gali Adam a été marquée par la présence du directeur pays de Oxfam, M. Mohammed Chikhaoui, du directeur général de l’IFTIC, M. Khamed Abdoulaye, des responsables d’Alternative Espace Citoyens (AEC) et ceux de l’IFTIC.
Pendant deux jours, les participants à cette rencontre débattront entre autres sur la connaissance des supports audiovisuels ; du processus de réalisation des supports audio-visuels ; des supports audiovisuels et leur utilisation efficiente dans l’approfondissement de la démocratie et bilan et perspectives. En lançant les travaux de cette assise, la secrétaire générale du MC/NTI, Mme Dantia Fadjimata Gali Adam a estimé que les médias sont un moyen d'expression essentiel pour les acteurs démocratiques et jouent un grand rôle dans la formation de l'opinion publique. Plaçant certains débats sur le devant de la scène, ils peuvent aussi en occulter d'autres. Ils sont donc soumis à une éthique : exactitude de l'information, respect de la vie privée, vérification des sources.
Au cours du XXe siècle, poursuit-elle, ce ne sont plus les seuls journaux, mais la télévision, le   cinéma, la radio et tous les autres supports audiovisuels qui participent au débat démocratique. ‘’Au XXIe siècle, le développement d'Internet permet aussi la diffusion des idées démocratiques. Les nouvelles technologies incitent les organes démocratiques à modifier leur manière de travailler, en rapprochant la classe politique et les citoyens. Les médias complètent ici les vecteurs traditionnels de la démocratie en inventant de nouvelles formes d'information ou d'expression’’, a-t-elle déclaré ajoutant que les médias se sont eux aussi démocratisés parallèlement aux progrès de la démocratie. Leur accès est bon marché et aisé sur l’ensemble du pays.  Parfois courroies de transmission entre le pouvoir et le peuple, leur pluralisme aide au fonctionnement de la démocratie, dont ils sont une condition essentielle.
‘’C’est précisément pour s’inscrire dans cette dynamique universelle que les plus hautes autorités de notre pays ont toujours attaché la plus grande attention à la promotion de la liberté de la presse, convaincues qu'elles sont qu'il ne saurait y avoir de bonne gouvernance sans liberté de la presse’’ a déclaré Mme Dantia Fadjimata Gali Adam. Le directeur pays Oxfam, M. Mohammed Chikhaoui a rappelé que le projet ‘’Culture pour le changement : participation citoyenne des jeunes et des femmes’’ financé par l'Union Européenne, Nak Karitativ et Oxfam, et exécuté par leurs partenaires AEC et Afrique Fondation Jeunes (AFJ) vise à accroître le rôle et la place des femmes et des jeunes, en tant que citoyens et citoyennes, dans une société démocratique, ouverte, solidaire et respectueuse des droits humains et de la diversité culturelle.
Il a au nom d’Oxfam apprécié à sa juste valeur les efforts consentis par les partenaires AEC et AFJ dont l'expertise en matière de renforcement des capacités des groupes cibles du projet ne sont plus à démontrer. Il cite à titre illustratif, la tenue de ces journées d'échanges au profit des enseignants en vue de leur permettre, à leur tour, d'enseigner cette méthodologie Edutainment aux étudiants de l'IFTIC voire envisager l'élaboration d'un curriculum de formation sur cette approche. Il précise précisant que  l'objectif de ces deux journées de réflexion est de faire un plaidoyer auprès des professionnels de l'éducation pour prendre en compte la stratégie Edutainment dans leurs modules de formation.
Dans son mot de bienvenue, le directeur général de l’IFTIC, M. Kamed Abdoulaye a dit que tout développement durable d'un pays en voie de développement comme le nôtre, repose sur une politique de communication orientée vers la production des contenus audiovisuels pertinents en vue d'un changement de comportement. Selon lui, l’IFTIC hormis sa mission principale de la formation, assure ou fait assurer des recherches sur la création, la production et la diffusion des activités d'information, de communication et des sciences de l'information documentaire.
L’IIFTIC produit également des œuvres et des documents en liaison avec ses activités de recherche et de formation.
Mamane Abdoulaye(onep)

02 juillet 2015
Source : http://lesahel.org/