mercredi, 21 octobre 2015 05:00

1ère Sortie des scolaires de Niamey au titre de l’année académique 2015-2016 : Et déjà d’énormes dégâts

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Greves ecoliers Niger« Nous avons dressé une liste de nos revendications qui nécessite une réponse des autorités. Par la même occasion, nous avons donné un ultimatum aux autorités de tutelle, il faut le dire à travers ce délai, nous leur avons donné la latitude d’engager des négociations autour de nos revendications qui sont justes, réalistes et légitimes. Ces revendications conditionnent sans doute la stabilité de l’année académique 2015 -2016 » a dit le secrétaire général de l’union des étudiants des instituts et écoles professionnels et techniques de Niamey, section lycée et collège.  Suite donc à cet ultimatum d’une semaine donné  à l’Etat et aux autorités ayant en charge l’éducation lors d’une déclaration, les scolaires de Niamey ont manifesté  ce lundi 19 octobre pour la non satisfaction de leur plate forme revendicative.


Entre autres problèmes ils relèvent, la construction et ou la finition des classes, et la question des bourses  au niveau de l’ANAB. Cette  manifestation que certains  qualifient  de « sortie musclée »,  était suivie de casse  et a été source de dégâts  et de perturbation sociale car ayant entrainé un affrontement entre manifestants et forces de l’ordre. Comme si cela ne suffisait pas, la section lycée et collège de Niamey précise que la lutte continuera tant que les points inscrits dans leur plate forme revendicative ne sont pas satisfaits. « Vous avez fait le tour de tous les établissements scolaires, vous avez vu ils sont sorti et ont répondu à notre mot d’ordre  et nous l’avons dit, ce n’est qu’un avertissement à l’Etat, un avertissement au gouvernement, parce que trop c’est trop.  Avant  la rentré, nous avons attiré l’attention des autorités, vous ne pouvez pas faire une rentré sans classes, sans enseignants, sans régler les problèmes les plus urgents des élèves ». 
Qualifiés d’actes insensés par le gouverneur de la région de Niamey,  Hamidou Garba, selon qui, cette manifestation  n’a pas sa raison d’être. En effet, quelques heures seulement après cette sortie, le gouverneur de Niamey a tenu à éclairer la lanterne des uns et des autres à travers un point de presse.  « Tous les engagements pris ont été pratiquement satisfaits en dehors des classes paillotes qui ne sont pas encore achevées, mais dont 90% ont été construites. Le samedi dernier, nous avons tenu une réunion avec la section lycée et collège, nous pensions que la sagesse allait prévaloir chez nos jeunes frères,  mais quelle fut notre surprise  d’apprendre que ce matin un mot d’ordre a été donné ». Poursuivant ses explications d’éclaircissement, le gouverneur de la région de Niamey, Hamidou Garba a relevé d’importants dégâts matériels et des blessés parmi les forces de l’ordre et les civiles. Ainsi, on enregistre  un véhicule incendié appartenant à la chargée de communication de l’Ambassade de France, un véhicule administratif saccagé par des jets de pierres, 2 autres appartenant au HCR également endommagés. Deux par brises des véhicules de la gendarmerie cassées, 2 gardes nationaux blessés, 5 blessés dans les rangs de la gendarmerie dont un adjudant chef admis aux soins intensifs  et une enseignante qui a été victime du gaz lacrymogène  admise également à l’hôpital. Un triste bilan qui doit interpeller solaires et autorités pour que l’école publique nigérienne sorte la tête de l’eau.
Abou Diallo

21 octobre 2015
Source: http://nigerdiaspora.net

Dernière modification le jeudi, 22 octobre 2015 02:28