jeudi, 22 octobre 2015 03:05

L’École des personnels paramédicaux des Armées de Niamey : Un modèle régional de coopération de défense

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ecole Paramedicaux Armees NigerDepuis plus de 10 ans, l’École des personnels paramédicaux des Armées de Niamey (EPPAN) forme des membres des forces de sécurité et de défense à la profession d’agent de santé de base. Son taux de réussite à l’examen national frôle les 100 %.

Depuis le ‘’centre  d’instruction’’ qu’elle était à sa création, jusqu’à l’EPPAN qu’elle est devenue aujourd’hui, l’École a su évoluer graduellement - notamment en s’ouvrant aux autres pays du continent - tout en améliorant à la fois les cursus de formation, mais aussi la nature de ses diplômes. Ecole nationale à vocation régionale, elle accueille désormais 60 stagiaires (dont 50 % d’étrangers en provenance de pays d’Afrique  francophone).
 L’EPPAN est soutenue par la France grâce à la présence à temps complet de deux coopérants techniques expatriés, ainsi que par une allocation budgétaire française de 130 millions de Fcfa versée chaque année.
 L’École forme des stagiaires recrutés sur concours au niveau du brevet des collèges ou du certificat technique de santé. Les élèves acquièrent ainsi le diplôme d’État d’agent de santé de base. Le cursus de formation est centré sur cinq domaines principaux : soins infirmiers, soins obstétricaux, examens de laboratoire, hygiène-assainissement et développement social. Il a pour objectif de contribuer à l’amélioration du soutien santé des forces armées, que ce soit dans la vie courante ou en opération, ainsi que la prise en charge des populations civiles. En intégrant par exemple des stages en milieu rural et urbain, des matières comme le droit humanitaire, ou encore le secourisme au combat, l’École adapte en permanence ses cursus de formation et les   spécialités qu’elle dispense aux réalités du terrain.
 
Depuis sa création, l’EPPAN a formé près de 800 infirmiers venus de 18 pays d’Afrique, dont un peu plus de 550 Nigériens. Cette formation est reconnue par le Conseil africain et malgache pour l'enseignement supérieur (CAMES) ainsi que par l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS). Forte de son succès, l’École compte augmenter bientôt sa capacité d’accueil et former des promotions de 90 stagiaires. Pour ce faire, il va lui falloir développer de nouvelles  filières et conclure de nouveaux partenariats.

(Source : Service de Communication de l’Ambassade de France au Niger)
22 octobre 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 22 octobre 2015 03:53