Sanef 2018

mercredi, 28 octobre 2015 03:22

Réunion de stratégie de relocalisation des écoles fermées dans la région de Diffa : Assurer l’accès à l’éducation à tous les enfants malgré la situation sécuritaire difficile

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les autorités de la 7ème République en collaboration avec les partenaires de l’éducation ont décidé d’assurer  la continuité de l’éducation à tous les enfants des refugiés, retournés et autres déplacés malgré la situation sécuritaire difficile dans la région de Diffa. Pour cela, une stratégie de relocalisation des écoles fermées dans cette région a été mise en place. 

La stratégie consiste à prendre des mesures pour relocaliser ces élèves dans des écoles fonctionnelles immédiates en leur garantissant des conditions acceptables de vie et d’apprentissage. Sous la présidence du Premier ministre, Chef du Gouvernement  SE Brigi Rafini, les ministres en charge de l’Education et les partenaires techniques et financiers s’étaient retrouvés hier après midi, dans la salle de réunion de la Primature pour échanger sur l’opportunité de cette relocalisation.
Dans ses propos introductifs, le Premier ministre a, de façon brève, évoqué les efforts que compte déployer son gouvernement pour amoindrir les effets néfastes de la calamité que représente Boko Haram.  Il a notamment parlé de l’impérieuse nécessité pour tous les acteurs de  mener des réflexions  pertinentes et de proposer les mesures à prendre pour faire face aux conséquences collatérales des attaques de la secte. «Nous sommes déjà en octobre, nous sommes censés être de plein pied dans l’année scolaire 2015-2016, il s’agit de voir comment prendre en compte les nombreux élèves de ces familles déplacées. Comment  les prendre en charge dans des écoles les moins exposées pour les mettre à l’abri  des agressions de Boko Haram» a dit le Chef du Gouvernement.
Pour Dr Viviane Van Steirghem Représentante résidente de l’Unicef, le Ministère en charge de l’Enseignement Primaire a fait état de la fermeture de plusieurs écoles qui sont situées dans des villages peu sécurisées près de la frontière avec les pays voisins. La représentante de l’UNICEF d’expliquer que le Ministère est en train de réfléchir sur la strategie de manière accélérée pour permettre à ces élèves d’avoir une bonne année scolaire 2015-2016. Dans cette stratégie, a-t-elle confiée, il est prévu d’élargir 26 écoles déjà existantes  dans des sites où  la population  est venue se réinstaller. D’après elle, la demande du Ministère porte sur des salles de classe au moins pour le moment temporaire, un accompagnement en mobilier scolaire et une formation des enseignants. «Nous allons aider les Ministères pour mobiliser tous les partenaires afin de solutionner les problèmes de réinstallation et permettre ainsi à ces enfants d’étudier dans des conditions de confort assez raisonnable» a rassuré Dr Viviane Van Steirghem.
Les liens entre les actions en cours du Gouvernement et le programme de relocalisation ; l’importance de la contribution du gouvernement  et des partenaires, les modalités d’exécution, la durée de relocalisation et les stratégies de sortie avec le retour à la normalité ont été également évoqués au cours de cette rencontre. Les services techniques des Ministères concernés sont à pied d’œuvre pour établir une situation exhaustive des besoins sur lesdits sites afin que des mesures exceptionnelles soient prises pour combler les gaps constatés. Les besoins exprimés concernent 12.631 élèves dont 8.894 élèves relocalisées.
Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

28 octobre 2015
Source : http://lesahel.org/