mardi, 29 décembre 2015 06:09

Atelier de formation des cadres centraux et régionaux sur les techniques de diagnostic de la carte scolaire : Contribuer à l’utilisation rationnelle de l’offre éducative

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Ministère des Enseignements Secondaires organise depuis hier au Stade Général Seyni Kountché de Niamey, un atelier de formation des cadres centraux et régionaux sur les techniques de diagnostic de la carte scolaire. C’est la ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aïchatou Habibou Oumani, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre en présence de l’Inspecteur général des services ; des directeurs généraux et nationaux ; des spécialistes de l’équipe fiduciaire du projet ; des inspecteurs des services ; des directeurs régionaux et départementaux et inspecteurs de l’enseignement franco-arabe et de plusieurs invités.

Cette formation financée par le Projet d’Appui à une Education de Qualité (PAEQ) durera cinq (5) jours et se tient dans chaque chef lieu de nos huit Régions. Elle vise entre autres objectifs, la maîtrise de la méthodologie de la carte scolaire ; l’identification des zones homogènes ; l’élaboration du diagnostic des effectifs des enseignants ainsi que des locaux et équipements scolaires.
Dans son discours d’ouverture, la ministre des Enseignements Secondaires a rappelé que le gouvernement du Niger a élaboré avec l’appui des partenaires techniques et financiers et le soutien de la société civile active en éducation, le Programme Sectoriel de l’Education et de la Formation (PSEF) pour une durée de dix ans. Cet ambitieux programme indique Mme Bety Aïchatou Habibou Oumani a pour objectif d’atteindre l’Education Pour Tous au cours des dix prochaines années à travers une éducation de base élargie, l’amélioration de la qualité du système, le développement des différents sous-secteurs et l’utilisation rationnelle des ressources.
Ce programme fait aussi une large place au renforcement des capacités des cadres des structures centrales et déconcentrées. Outre l’insuffisance des infrastructures et équipements, des manuels scolaires,  matériels didactiques et la faible qualité des enseignements/apprentissages, souligne t-elle. Un autre défi auquel fait face le Ministère et qui pourrait contrarier le développement du sous-secteur des enseignements secondaires, est celui de la micro-planification. La ministre des Enseignements Secondaires a affirmé que devant la persistance des faiblesses du sous-secteur dans le domaine des disparités entre genres et entre zones et de la gestion des ressources allouées au sous-secteur, la redynamisation de la carte scolaire est devenue un impératif pour y apporter un palliatif.
Pour cela, la carte scolaire se définit comme étant un ensemble de techniques et procédures utilisées pour planifier les besoins futurs d’éducation au niveau local et les moyens à mettre en œuvre pour les satisfaire et à pour objet de faire converger les efforts vers une meilleure adéquation entre l’offre et la demande d’éducation en évitant le gaspillage des ressources. C’est ainsi a rappelé Mme Bety Aïchatou Habibou Oumani que le processus de mise en œuvre de la carte scolaire au Niger a commencé depuis 1994 par une étude pilote menée dans le département de Doutchi. Il a été étendu en 2002 à toute la région de Dosso avant d’être généralisé en 2003 à toute l’étendue du pays avec le Projet Carte Scolaire.
A cet effet, des cadres du Ministère de l’Education Nationale de l’époque ont été formé sur les techniques de la carte scolaire afin de démultiplier cette formation auprès des cadres des structures centrales et régionales. Malheureusement déplore t- elle, ce processus a été suspendu en 2005 avec pour  corollaire la perte des acquis en matière de ressources humaines et matérielles. Dans le cadre de la mise en œuvre du PSEF, il est prévu de relancer ces activités à travers le renforcement des capacités des cadres des structures centrales et déconcentrées en micro-planification et la formation de 151 cadres des services centraux et déconcentrés sur les techniques de diagnostic de la carte scolaire.
Pour atteindre ces objectifs a dit la ministre en charge des Enseignements Secondaires, son département ministériel opte pour la redynamisation de la carte scolaire, comme une des stratégies de mise en œuvre de la politique éducative. Or, en fonction de notre système éducatif et des réalités socio économiques et culturelles du Niger, la procédure de mise en œuvre de la carte scolaire est mise à jour pour tenir compte de l’aspect déconcentration et décentralisation de l’administration nigérienne et du niveau de développement du système éducatif. Ainsi, les communes urbaines et rurales et les quartiers des arrondissements constituent des nouvelles unités statistiques ; le département est le premier niveau d’étude de la carte scolaire qui prend en compte de façon   détaillée les spécificités locales ; la Région est le deuxième niveau d’étude qui se base sur les rapports de l’étude départementale et le niveau central qui est le troisième niveau d’étude établit la synthèse des études régionales.
 Mme Bety Aïchatou Habibou Oumani a enfin mis cette occasion à profit pour remercier au nom des autorités nigériennes, l’Agence Française de Développement ; la Banque Mondiale et l’entité de supervision du Projet d’Appui à une Education de Qualité (PAEQ) qui ont financé cette formation dans le cadre du plan de renforcement des capacités du Ministère au titre de l’année 2015.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
29 décembre 2015
Source : http://lesahel.org/