jeudi, 11 février 2016 09:29

2ème colloque international de la filière en Arts du Spectacle de l’Université Abdou Moumouni de Niamey : Valorisation de l'Art dans l'enseignement en Afrique

Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Amphithéâtre D de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines a servi de cadre hier à l’ouverture des travaux du deuxième colloque international de la filière en Arts du Spectacle de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Durant deux jours, les éminents conférenciers et chercheurs venus des quatre coins du monde débattront du thème "Quelle place pour l'art et l'artiste dans l'enseignement en Afrique ? Formation, Création, Valorisation". La cérémonie d’ouverture suivie de la remise de diplôme à huit (8) étudiants de la filière, Arts du Spectacle a été présidée par le Professeur Amadou Boureima, vice-recteur de l’Université de Niamey en présence des représentants du bureau de la Coopération Suisse, de l'Ambassade d'Espagne et de l'AECID, ceux de l'Ambassade de France, de celui des États Unis, de l'Union Africaine-Celtho, de l'Union Européenne et des Organisations non gouvernementales, des doyens des Facultés et Directeurs d'Instituts et Écoles ainsi que plusieurs invités venus du Burkina Faso, du Bénin, du Cameroun, de la Côte d'Ivoire, de Guadeloupe, de la France, du Ghana, du Niger et du Sénégal etc.

L’Art et la culture jouent un rôle essentiel et indispensable dans la cohésion et le rayonnement national. Ils ont des dimensions subliminales et réflexives, de création, de pensées et de critique sociale. Ils sont des sources d'inspiration, de projection dans l'avenir, de bonheur, de joie et de dépassement du quotidien. L'ignorance de l'importance de l'art et de la culture, comme socles importants de la grandeur d'un pays, à l'intérieur et dans le monde, ne peut que nuire dans un contexte où de nombreux pays dans le monde, grands ou petits, riches ou moins riches, présentent continuellement devant les yeux la vitalité, l'excellence et les bienfaits de leur créativité artistique et culturelle. C’est pourquoi, à la question "Quelle place pour l'art et l'artiste dans l'enseignement..." dans son intervention, le Professeur Amadou Boureima répond avec fierté «une place de choix », car dit-il on a coutume de dire que l'artiste contient l'intellectuel et que la réciproque est rarement vraie. « L'art et l'artiste ne trouvent meilleure place que dans les institutions d'enseignement et de formation. Une place qui valorise l'artiste en le diplômant. Une place qui honore nos riches patrimoines ancestraux, qui nous ouvrent au monde et fassent rayonner notre pays tout en contribuant à une culture de la paix, à l'épanouissement économique et au bien-être des citoyens », a-t-il affirmé.

Le vice recteur de l’université de Niamey a salué l'initiative courageuse et heureuse de la création de la Filière en Arts du Spectacle, Conception et Mise en Œuvre de Projets Culturels (Licence 3, Master, Doctorat). L'Université Abdou Moumouni de Niamey donne ainsi l'exemple concret de la valorisation de l'art et de l'artiste, de la culture et de ceux qui les pratiquent et les diffusent. Et elle fait tout cela dans un contexte difficile. «Car trop souvent dans nos pays l'art et ses praticiens sont cantonnés dans des conceptions qui les minimisent et les folklorisent », a-t-il précisé. Le Professeur Amadou Boureima devait ajouter que, l'artiste est souvent perçu comme celui "qui chante et danse", comme un amuseur de bas étage, là où "chanter et danser" sont conçus comme des activités mineures d'oisifs et de marginaux, sans but sérieux, sans "utilité" et sans ambitions.

Paraphrasant le grand poète, Aimé Césaire dans son Cahier d'un retour au pays natal: "ASSEZ DE CE SCANDALE!" le vice-recteur déclare que l’'UAM a fait sienne la maxime de Joseph Beuys " Faire la bonne chose, au bon endroit, au bon moment, tout l'art est là". Professeur Amadou Boureima a en outre dit que, le poète, l'artiste, l'écrivain, n'est trop souvent que celui qui sait rendre : il ne garde rien. Le Vice-recteur a remercié les partenaires qui les appuient dans cette noble initiative tout en signalant que, ces efforts ne seront suffisants ni suffisamment durables sans l'engagement fort des pouvoirs publics pour la consolidation et la pérennisation de cette initiation de valorisation de l'art par la formation universitaire à tous les niveaux. Pour lui, les gros œuvres de construction d'un institut universitaire avec ses studios de danse, d'enregistrement, d'audiovisuels, de théâtre, de hall d'exposition et salles de formations et de documentation restent encore à faire. Cette infrastructure complétera l'effort que l'Université a déjà consenti par la construction d'une salle polyvalente de 376 m2 spécialement conçue pour la Filière en Arts du Spectacle, Conception et Mise en Œuvre de Projets Culturels. Ce chantier commencera incessamment montrant encore la manière dont l'Université Abdou Moumouni s'efforce de joindre l'acte à la parole.

Auparavant, le Professeur,   Antoinette Tidjani Alou de la FLSH de l’Université de Niamey a présenté le département des lettres, Arts et Communication avant d’informer que les étudiants de la première promotion recevront leur parchemin à l’ouverture du colloque. C’est ainsi que huit (8) jeunes étudiants ont reçu leur diplôme de licence dans la filière en Arts du Spectacle.

Seini Seydou Zakaria(onep)

11 février 2016

Source : http://lesahel.org/

Groupe Hiza 01