jeudi, 07 avril 2016 05:24

Ouverture de l’atelier de formation des responsables des établissements pénitentiaires : Créer les conditions d’une sécurité dynamique en milieu carcéral

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La directrice générale de l’Administration de la Sécurité Pénitentiaire et de la Réinsertion, Mme Adamou Bibata Boubacar, a présidé, mardi dernier à Niamey, l’ouverture de l’atelier de formation sur la sécurité dynamique en milieu carcéral à l’intention des chefs d’établissements pénitentiaires. Cette formation qui se tiendra du 05 au 07 avril, est une initiative du Ministère de la Justice, à travers le Programme d’Appui à la Justice et à l’Etat de Droit (PAJED II), avec l’appui du Fonds Européen de Développement de la Commission de l’Union Européenne.

Elle a concerné les responsables de l'administration pénitentiaire chargés de la sécurité ainsi que les chefs et les surveillants-chefs des établissements pénitentiaires.

L'atelier s'inscrit dans une série de quatre formations du personnel pénitentiaire prévues dans le cadre de la coopération entre le Programme d'Appui à la Justice et l'Etat de Droit (PAJED II) et l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). La formation en question se fera sur la base du Manuel de la Sécurité Dynamique et des Renseignements dans les prisons, et a été élaborée par l’ONUDC. L’objectif de la formation est notamment de familiariser les participants avec le concept de la sécurité dynamique, et de son application dans les établissements pénitentiaires. Ainsi, l'administration pénitentiaire entend améliorer la gestion des prisons et les connaissances sur la prévention de l'extrémisme violent.

«La mise en œuvre d’actions visant à travailler avec les détenus pour l’abandon de la violence, la prévention de la récidive, et le retour ou l’adhésion éventuelle au sein de la communauté au terme de leur incarcération, s'avère nécessaire. Comme vous le constatez le choix du thème de cet atelier démontre l'intérêt que le Ministère de la Justice accorde à la sécurité qui est de nos jours un des piliers de la gestion moderne des établissements pénitentiaires » a soutenu dans ses propos introductifs la directrice générale de l’Administration de la Sécurité Pénitentiaire et de la Réinsertion, Mme Adamou Bibata Boubacar.

Elle précise que l'insécurité s'est surtout accentuée ces dernières années avec le développement de l'extrémisme violent. La guerre du Mali et les attaques de Boko Haram ont exacerbé la violence. Ces conflits ont donné l'occasion aux groupes extrémistes de recruter des jeunes particulièrement les désœuvrés. La lutte contre ces groupes a permis d'arrêter plusieurs extrémistes qui croupissent actuellement dans les prisons. Et, qu’à ce titre, il est important de reconnaître que la présence de ces catégories de détenus ne favorise pas la quiétude et un environnement sain au niveau de ces établissements.

Mme Adamou Bibata Boubacar indique qu’une sécurité dynamique contribue à la bonne gestion du milieu carcéral car elle permet d'établir de bons rapports entre le personnel pénitentiaire et les détenus. En effet, il est maintenant admis que la sûreté et la sécurité dans les établissements dépendent de l'instauration d'un climat positif qui favorise la coopération des détenus. Aussi, la prévention des évasions et des désordres est mieux assurée quand des rapports sains sont établis entre les détenus et le personnel surveillant.

«La sécurité dynamique repose sur le principe de nouer des contacts avec les détenus et de finir par les connaître pour anticiper et se préparer à répondre efficacement à d'éventuels incidents qui pourraient compromettre la sécurité de chaque établissement et la sûreté du personnel et des détenus. Le concept de la sécurité dynamique permet également de canaliser l'énergie des détenus vers le travail et une activité constructive et d'offrir un régime de détention respectueux et équilibré avec des programmes individualisés pour les détenus et d'établir un rapport adéquat d'encadrement des détenus » a expliqué la directrice général de l’Administration de la Sécurité Pénitentiaire et de la Réinsertion.

Samira Sabou(onep)

07 avril 2016
Source : http://lesahel.org/