mardi, 26 avril 2016 05:01

Visite du ministre des Enseignements Professionnels et Techniques dans les services sous tutelle : S’enquérir de l'état de fonctionnement des services

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Amani Abdou, a effectué jeudi dernier à Niamey, une série de visites dans les différents services rattachés à son département ministériel. Il s’est ainsi rendu au siège du Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) situé au quartier Koira Kano, à la Direction Régionale des Enseignements Techniques Professionnels de Niamey, au Programme luxembourgeois NIG/017 où sont logés la direction de l’accompagnement des groupes spécifiques, la direction de l’insertion et du financement des projets des sortants et l’inspection générale pédagogique de l’enseignement professionnel et technique ainsi qu’au Projet de Développement des Compétences pour la Croissance.

L’objet de cette visite de terrain qui intervient juste après la prise de service du nouveau ministre, est de prendre contact avec les agents des services rattachés et les partenaires. Il était accompagné dans ce déplacement par le directeur de cabinet, la secrétaire générale du ministère, les conseillers techniques et les directeurs centraux du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques. La première étape a été le siège du Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) où la délégation ministérielle a été accueillie par M. Lawal Abdou Djerma et ses principaux collaborateurs. Après avoir visité le local, le directeur général de l’institution a procédé à une brève présentation de son service. Selon lui, le FAFPA est crée par un décret du 26 octobre 2015 en qualité d’établissement public à caractère social.

Avant cette date, il est appelé le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle Continue et à l’Apprentissage (FAFPCA). Le FAFPA a pour mission générale de contribuer à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d’enseignement et de formation professionnels et techniques (EFPT), notamment dans les domaines de la formation professionnelle continue, qualifiante, par apprentissage, de l’orientation, de l’accompagnement et de l’insertion professionnels. Il y a également le financement des actions de formation continue et d'apprentissage ; la formation des salariés des entreprises ; le renforcement des compétences des maitres-artisans et des apprentis et l’insertion et la réinsertion des populations ayant des difficultés d'accès à l'emploi grâce à la formation. Il faut souligner qu’à titre illustratif en 2015, plus de 7450 personnes ont bénéficié du financement du FAFPA.

La délégation ministérielle s’est ensuite rendue à la Direction régionale des Enseignements Techniques Professionnels de Niamey logée dans les locaux du FAFPA. Le responsable du service a informé le ministre qu’à la date actuelle, tous les établissements professionnels de l’Etat sont en marche et disposent du personnel enseignant malgré quelques difficultés dans le fonctionnement. Le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques s’est aussi rendu au siège du Programme luxembourgeois NIG/017 situé au quartier Dar Es Salam où sont logés la direction de l’accompagnement des groupes spécifiques, la direction de l’insertion et du financement des projets des sortants et l’inspection générale pédagogique de l’enseignement professionnel et technique. Il a eu des échanges fructueux avec les différents responsables sur le fonctionnement des services avant de s’entretenir avec le conseiller du projet NIG/O17.

La quatrième étape a conduit la délégation au siège du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance où se trouve également la Direction de l’Enseignement et de la Formation Technique. Ce projet qui a pour objectif de développer et d'améliorer l'efficacité de la formation technique et professionnelle formelle, les programmes de développement des compétences à court terme et d'apprentissage dans les secteurs prioritaires, est financé par la Banque Mondiale. Le projet est un instrument au service des jeunes pour un renforcement efficace des compétences et d’apprentissage en vue de mieux répondre au marché de l’emploi et de booster ainsi le processus de développement durable au Niger. Enfin la Direction Générale de l’Orientation d’Insertion Professionnelle a constitué la dernière étape de cette visite.

Au terme de cette sortie de   terrain, le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Amani Abdou, s’est dit satisfait de trouver des agents engagés et motivés sur le terrain. Ces agents dit-il, méritent d’être appuyés pour accomplir leur tâche. Pour le ministre Amani Abdou, la formation professionnelle est un sous secteur important pour le Niger. «Les autorités de la 7ème République lui accordent un intérêt particulier. Le Président de la République a un objectif pour le secteur à savoir celui de booster le taux au secondaire de 25 à 40% d’ici 2021. Nous avons constaté sur le terrain la présence des différents partenaires à travers leurs importants appuis », a-t-il déclaré. La mise en œuvre des programmes de formation et d’apprentissage est un exemple.

En ce qui concerne le FAFPA, le ministre Amani Abdou a souligné que, l’institution mérite d’être appuyée. « L’Etat a bien voulu mettre en place ce fonds qui sert d’exemple dans la sous région. Il fait face à un problème de ressources. La subvention de l’Etat ne tombe pas régulièrement, ce qui constitue un handicap. La taxe d’apprentissage que le fonds est sensé recevoir ne tombe pas non plus. Les responsables du FAFPA sont nourris des ambitions pour ce sous secteur. Nous allons très vite voir comment faire pour débloquer ces fonds afin d’accomplir le travail pour lequel, il a été mis en place. Déjà, nous avons introduit une modification du statut de l’institution qui lui permettra de bien fonctionner. Je pense que le gouvernement va prendre un décret pour l’adopter » a déclaré le ministre, précisant qu’au stade actuel, le conseil d’administration ne peut prendre aucun acte avant l’adoption de ce nouveau statut, ce qui constitue un obstacle.

Seini Seydou Zakaria(onep)

26 avril 2016
Source : http://lesahel.org/