jeudi, 05 mai 2016 04:06

36ème Session du Conseil d'Administration de l'Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications, (ESMT) de Dakar : Les administrateurs planchent sur la mise en œuvre du cahier des charges et comptes de l’École

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les administrateurs de l’Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications, ESMT de Dakar, sont au Grand Hôtel de Niamey pour la 36ème session du conseil d’administration de cette institution commune à sept pays africains. C’est le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Yahouza Sadissou, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette session, qui se tient du 4 au 5 mai au Niger, pays assurant depuis 2015 la présidence du conseil d’administration de l’ESMT de Dakar.

La cérémonie d’ouverture la 36ème session du conseil d’Administration de l’ESMT de Dakar, a mobilisé plusieurs personnalités. En plus des administrateurs, deux autres membres du gouvernement, notamment le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Amani Abdou, celui de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, étaient aux côtés du ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Yahouza Sadissou, pour l’ouverture de cette session dite session des comptes. « Au Niger, les Plus Hautes Autorités font de l'enseignement et de la formation, et particulièrement de la formation professionnelle et technique, une de leurs priorités, un sous-secteur longtemps laissé pour compte par les différentes politiques éducatives », a déclaré, le ministre Yahouza Sadissou, à l’entame de son discours d’ouverture.

Selon le ministre Yahouza Sadissou, c’est en raison de l’importance accordée à ce secteur «que le gouvernement du Niger dans sa politique d'amélioration du taux d'accès à l'enseignement supérieur, a bien voulu accompagner l'Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications   dans sa stratégie d'être plus proche des Etats membres, en signant dès 2011, une convention de délocalisation des programmes de formation de premier cycle ».

C’est dans le même sens que l’école   Supérieure des Télécommunications à Niamey, dont la mission principale est d'assurer la formation initiale et continue des cadres supérieurs dans le domaine des Télécommunications et des Technologies de l'Information a vu le jour en 2011, grâce surtout à l’engagement du président Issoufou Mahamadou, a souligné M. Yahouza Sadissou. Ce qui constitue pour le gouvernement, une réponse institutionnelle devant lui permettre non seulement de s'ouvrir davantage aux nouveaux acteurs du secteur, mais également de pouvoir faire face aux besoins en formation pour les nouveaux corps de métiers créés avec l'avènement des réseaux numériques convergents, d'apporter une réponse à la double problématique de la disponibilité des compétences sur le marché , et celle de la « nigérisation » des emplois, problématiques très souvent invoquées par les opérateurs et les organisations syndicales du secteur, a expliqué le ministre Yahouza Sadissou.

Pour ce qui est de l’ESMT, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique a salué les performances de cette   institution communautaire qui, a-t-il souligné a formé l'essentiel des techniciens et cadres des opérateurs publics de Télécommunications des Etats membres qui ont assuré, avec professionnalisme, l'établissement, l'exploitation et la maintenance de leurs réseaux nationaux de télécommunications.

Aussi, M. Yahouza Sadissou a relevé l’évolution de cette école qui s’est adaptée aux exigences du moment et les progrès qu’elle a réalisés, retrouvant ainsi ses lettres de noblesse académique, renouant avec la croissance, ce qui lui a valu l'obtention des labels de Centres d'Excellence de l'Union Internationale des Télécommunications et de l'Union Economique et Monétaire Ouest africaine ainsi que l'accréditation de ses diplômes par le CAMES. Au passage, le ministre a salué le « management » du Directeur Général actuel de l’ESMT, le nigérien Mohamadou A. Saibou.

Du côté du Niger, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, a assuré du soutien constant des plus Hautes Autorités à accompagner   l'ESMT, cette institution de formation de référence et une plateforme d'intégration sous régionale en matière de formation professionnelle. Il a précisé que le Niger, s'est acquitté de sa contribution au titre de l'exercice 2016 et a procédé à la signature de l'Accord Intergouvernemental Révisé de l'ESMT adopté lors de la 4ème Session du Conseil des Ministres tenue à Bamako en mai 2015.

Pour cette 36ème session qui se tient à Niamey, les administrateurs vont examiner l’état de mise en œuvre des recommandations et résolutions de la 35èmesession du Conseil d'administration tenue à Dakar le 28 décembre 2015; le rapport d'activités 2015 de la Direction Générale; et les rapports des Commissaires aux comptes pourl'exercice 2015.

Auparavant le président du conseil d’administration de l’ESMT, M. Abdou Malam Garba, qui a assuré cette charge pour deux ans au nom du Niger, a rappelé les missions assignées à leur mandat. Aussi, il a évoqué la nécessité de mobiliser des ressources pour la mise en œuvre des décisions, résolutions et orientations arrêtées par la 4ème session du Conseil des Ministres et le Plan Stratégique 2015-2019 de l'ESMT. Le président du conseil d’administration a salué les efforts du Sénégal et du Niger qui se sont déjà acquittés de leurs contributions au titre de l’année 2016.

De son côté le directeur général de ESMT de Dakar, M. Mohamadou A. Saibou, a souligné le rôle que joue cette institution commune dont sont membres le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal. « L’ESMT, centre d’excellence de l’UIT et de l’UEMOA, accompagne depuis plus de 35 ans nos Etats et les acteurs de l’écosystème des TIC dans le domaine de la formation, le renforcement des capacités, l’expertise conseil et la recherche. Elle a formé plus de 20.000 ingénieurs, techniciens et managers des TIC », a-t-il rappelé. « Actuellement 115 nigériens boursier de l’Agence Nigérienne d’Allocations et des Bourses (ANAB) poursuivent leurs formations à Dakar dans les différents cycles de l’ESMT », a précisé M. Mohamadou A. Saibou. L’année 2016 constitue pour l’ESMT celle du début de la mise en œuvre de son plan managérial qui ambitionne de redéfinir les axes de développement de l’institution.

Souley Moutari(onep)

05 mai 2016
Source : http://lesahel.org/