samedi, 21 mai 2016 16:04

Elan de solidarité autour de l’Université de Zinder

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bazoum Univ ZinderL’adéquation ressources financières et besoins en infrastructures est une équation difficile à résoudre pour les universités publiques du Niger confrontées à la massification des étudiants. La nécessité d’énormes investissements dans tous les domaines s’impose afin d’assurer un cadre d’étude acceptable. Mais les contingences sécuritaire et économique, la chute drastique des prix de l’uranium et du pétrole, principaux apports budgétaires, ne facilitent pas la tâche à l’Etat du Niger, jusque-là, investisseur principal des Universités.

L’Université de Zinder, deuxième université nationale semble être la plus touchée. En effet, elle a la particularité d’avoir le plus grand nombre d’enseignants, de personnels administratif et technique et d’étudiants après celle de Niamey. Le fonctionnement et les salaires, à eux seuls, consomment le budget qui lui est alloué. L’aspect investissement n’est plus possible face aux pressions sociales. C’est dans ce contexte que des institutions et de bonnes volontés ont spontanément décidé d’apporter leur contribution dans un élan de solidarité. Il s’agit d’élus locaux, qui, au-delà de toute considération partisane, ont jugé utile de faire des dons en biens mobilier, immobilier et en documentation.

 

Le Conseil Régional au premier plan

Le premier geste vient du Conseil Régional de Zinder avec un don de 250 tables, 500 chaises afin d’équiper les salles de cours. La communauté universitaire a salué le geste combien novateur des élus, qui par la voix du Président Mr Moutari Ousmane a réaffirmé que ce n’est que le début d’une coopération fructueuse entre son institution et l’Université. Pour le Recteur de l’Université, Dr Mahamane Bazanfaré, « Ce geste sera sans doute inscrit  en lettres d’or dans les annales de l’histoire de la région de Zinder et témoigne de l’intérêt que le Conseil Régional porte à l’école nigérienne en général, et à l’Université de Zinder en particulier. La valeur de cet appui est inestimable surtout au regard de l’important besoin de notre jeune Université. Ces tables et chaises contribueront à l’amélioration de la qualité de nos enseignements et des conditions d’apprentissage de nos étudiants. » C’est ensuite le tour des bénéficiaires directs des tables et chaises, les étudiants par la voie de leur représentants à la cérémonie, Issoufou Boukari, de noter : « Cette contribution très significative sera pour toujours gravée dans nos mémoires, pour ne jamais l’oublier. Nous lançons un appel à l’endroit de tous les camarades de faire un bon usage afin que ces tables et chaises puissent durer aussi longtemps que durera l’Université de Zinder. »

 

Bazoum Mohamed sur tous les fronts

Les autres donations émanent de Mr Bazouma Mohamed, qui, il faut le souligner, déploie son temps, ses idées, ses relations, ses ressources à travers des actions concrètes au quotidien pour apporter sa contribution à la résolution des problèmes qui entravent le fonctionnement de la jeune université et qui risquent de remettre en cause les acquis de ladite institution, notamment la régularité des années académiques. Parmi ces actes louables, deux s’inscrivent définitivement dans l’histoire tangible de l’Université de Zinder. En effet, face au vide créé par l’incendie de la bibliothèque du Centre Culturel Franco –nigérien de Zinder, le citoyen Bazoum Mohamed a répondu en engageant une opération de collecte de plus 25 000 livres pour la région dont 15000 au profit de la bibliothèque de l’Université de Zinder. Pour le Chef de département Littérature, Arts et Communication, Dr Saley Boubé Bali, « Ce geste est comparable à un don de sang pour un malade anémié. La valeur de ce geste précieux est d’autant inestimable qu’on trouve des documents de toutes les disciplines. Avant, on se posait la question comment organiser un simple exposé. Après vérification, nous avons découvert qu’au-delà de la quantité de livres, ce sont des documents rares qui nous sont parvenus à travers cette action. Le don de Bazoum contribue à l’amélioration de la qualité de l’enseignement, l’idéal que nous visons avant tout. »

 

La deuxième action est la construction d’un amphithéâtre de 500 places et un bloc administratif pour le compte de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS). Cette œuvre vient à point nommé quand on sait que l’université de Zinder ne dispose que d’un amphithéâtre d’une capacité de 250 sièges avec des effectifs au tronc commun de plus de 1600 étudiants en 2016 pour la Faculté des Lettres et Sciences Humaines par exemple. Aussi, il renforce les capacités d’accueil de la FSS qui enregistre en plus des demandes de milliers de jeunes nigériens chaque année et celles des étudiants du Cameroun, du Bénin, du Togo. Etc. L’élan de solidarité autour de l’Université de Zinder se traduit aussi par l’implication des autorités régionales, les chefs coutumiers et les sages à travers différentes actions contribuant ainsi à la recherche d’un climat serein de travail. Pour Dr Abou Oumarou, Doyen de la Faculté des Sciences de la Santé, « c’est un appui inestimable, une œuvre qui immortalisera son auteur. » Comme quoi, pour paraphraser le roi Guézo du Dahomey, si tous les citoyens apportent une brique, l’Université de Zinder atteindra sa vitesse de croisière dans de bonnes conditions pour le bien-être du Niger et de l’Afrique toute entière.

La Transparence N°003

Mardi 17 mai 2016

Année 2,

Bulletin d’information de l’Université de Zinder

Dernière modification le samedi, 21 mai 2016 18:49