mercredi, 22 juin 2016 22:36

Début, hier des examens du BEPC : Satisfaction générale des différents acteurs, au 5ème Arrondissement de Niamey

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Cette année, environ 2.600 candidats repartis dans huit (8) jurys et trois (3) centres sont engagés pour la conquête du BEPC au niveau du 5ème Arrondissement de Niamey. La Direction départementale des enseignements secondaires de cette entité administrative a pris toutes les dispositions pour le bon déroulement des examens. Les présidents des Jurys, les enseignants et certains élèves ont salué la bonne organisation des examens. Au niveau de la sécurité toutes les dispositions ont été prises pour assurer la sécurité des centres avec la présence d’un nombre important des forces de défense et de sécurité notamment la gendarmerie dans les différents centres.

Très tôt ce matin, les élèves, les enseignants, mais surtout les membres des jurys étaient sur place dans les différents centres. Au Complexe d’Enseignements Secondaires Rive droit (CES RD), un des trois centres, cinq (5) jurys y sont logés. Au Complexe d’Enseignements Secondaires (CES) Gaweye, on trouve deux (2) centres tandis que le CEG Lamordé abrite un (1) centre. A notre arrivée aux environs de 9h30mn, certains élèves ont déjà fini la première épreuve (français).

D’après le Président du Jury 73 M. Sani Koraou, ce jury compte 362 candidats sur lesquels l’on a enregistré 11 absences selon le premier rapport du jour. M. Sani Koraou a assuré que les épreuves ont commencé à l’heure sans aucun problème, le matin, c'est-à-dire, à partir de 8h. « Les candidats et les surveillants sont sur place et toutes les conditions matérielles pour le bon déroulement des examens sont réunies ainsi que le dispositif sécuritaire qui est bien en place. Je peux vous assurer que toutes les conditions sont réunies pour le bon déroulement de ces examens » a-t-il a déclaré. Il a par ailleurs confirmé que tous les enseignants qui ont été convoqués pour la surveillance sont venus.

C’est la même situation qui prévaut au jury 69 sis au CES Rive droite, dirigé par M. Seydou Souleymane. « Tous ses surveillants sont là » assure-t-il. Ici 10 absences ont été enregistrées sur les 363 candidats que compte le jury. L’autre problème évoqué par le président du jury 69, c’est le retard de certains candidats et enseignants. A ce sujet, M. Seydou Souleymane a indiqué avoir rappelé certaines dispositions par rapport à cette situation surtout au niveau des surveillants. « Et nous nous sommes compris » a-t-il souligné. Aucun problème n’a été signalé sur le plan de l’organisation matérielle des examens.

Au Jury 67B logé au CES Gaweye, tout se passe bien également. « Les élèves et les enseignants sont sur place et certains élèves ont même terminé les premières épreuves de ce matin » confie M. Sanda Moussa, président dudit Jury qui compte 362 candidats repartis dans huit (8) classes. Par rapport aux absences, M. Sanda Moussa a confié qu’aucune absence n’a été enregistrée pour ce qui des examinateurs. En ce qui concerne les candidats, il a précisé que le rapport journalier des situations des salles n’est pas encore fait mais le premier tour des tables qu’il a effectué fait ressortir qu’il n’y a pas beaucoup d’absences.

Au niveau du jury 67 A toujours au CES Gaweye, la présidente Mme Hamadou Hadiza a elle aussi indiqué que toutes les conditions sont réunies pour le déroulement de ces examens. Les enseignants désignés pour son jury ont tous répondu présents. Les quelques absences qu’elle a déplorées sont celles des candidats. « Là aussi c’est 3 à 4 absences avant la situation journalière » dit-elle. La plupart des candidats au niveau de ce jury ont fini l’épreuve de français et attendent la suite. Avec ses 363 candidats, la présidente du jury 67 A s’est dit rassurée par la présence des forces de défense et de sécurité.

Le mot d’ordre du boycotte lancé par les syndicats n’est visiblement pas suivi

M. Hamadou Hima Mohamed Bachir surveillant au niveau de la salle 2, jury 73 a souligné que les épreuves se déroulent normalement. Pour lui le mot d’ordre est venu tardivement. « Déjà au niveau des bulletins on a commencé à remplir sinon on a fini de remplir même pour certains. Raison pour laquelle on ne peut pas bloquer les notes et c’est pour cette même raison que nous sommes venus pour surveiller » a-t-il confié.

De son côté Mme Mariama Moumouni, une autre surveillante évoque des raisons morales pour expliquer les raisons de sa présence. « Consciemment je ne dois pas boycotter parce que les élèves ont étudié pendant 9 mois et on me demande au dernier jour de bloquer les notes et de boycotter les examens ? Il faut comprendre que c’est l’avenir des élèves qui est en jeu. Moi je suis venue conformément à ma convocation parce que je ne vois pas l’intérêt de boycotter » dit-elle.

Un surveillant au niveau du jury 67 A au centre du CEG Gaweye souligne qu’il ne trouve vraiment aucun intérêt à boycotter les examens de fin d’année. « Un combat se fait au début de l’année. Ce n’est pas à la fin de l’année et à la veille des examens qu’il faut commencer les bruits sur les revendications. Le moment est mal choisi honnêtement », estime-t-il.

Les élèves se disent confiants au sortir de la première épreuve

Melle Baratou Hassoumi candidate au jury 69 souligne que le sujet de rédaction est abordable. « Je suis confiante pour la suite », dit-elle. « On vient de finir avec la première épreuve, c’est très abordable et je suis optimiste pour la suite » renchérit Oumoulker Soumana Abdoulaye, une autre candidate tout aussi confiante. De l’avis de plusieurs candidats, la première épreuve a été abordable et ils sont prêts pour la suite. Vu les bonnes conditions dans lesquelles se déroulent les examens du BEPC dans le 5ème Arrondissement de Niamey, les acteurs se disent satisfaits et confiants.

Ali Maman et Ibrahim Oumarou Galadima (stagiaires)

23 juin 2016
Source : http://lesahel.org/