mercredi, 13 juillet 2016 04:47

Formation phase 2 de l’UNFPA sur le leadership des adolescentes et jeunes femmes actrices du changement : Plusieurs thématiques relatives aux notions de base au menu de la formation

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) organise depuis lundi dernier, la deuxième phase de la formation sur le leadership des adolescentes et jeunes femmes actrices du changement. Environ une trentaine de jeunes filles et femmes participe à cette rencontre qui durera quatre jours. Ces jeunes filles et ces femmes doivent à leur tour transmettre leur savoir à d’autres jeunes femmes. La formation porte sur des thématiques relatives aux questions de leadership notamment les notions de base et les principes minima pour mener une formation réussie. Elle est assurée par la responsable des programmes de l’ONG française Equilibre et Population (Equipop) Mme Dominique Pobel et Mme Brigitte Syan, Chargée de plaidoyer (Equipop).

Dominique Pobel a expliqué que les jeunes filles partout dans le monde, particulièrement dans notre pays, sont confrontées à d’énormes défis notamment des actes de violences, rendant du coup difficile leur accès au savoir et aux services. Elles sont souvent limitées pour prendre la parole et faire des choix. Heureusement, a-t-elle ajouté, nombreuses sont les filles qui se mobilisent et s’organisent pour améliorer leur quotidien et celui de leur communauté. Elles travaillent collectivement et cherchent à réaliser leurs rêves. Parlant de la formation, Mme Dominique Pöbel souligne que ces séries de formations ont pour objectif de permettre à ces jeunes filles et femmes déjà formées d’initier d’autres adolescentes dans le développement de leurs compétences en leadership.

« En tant que partenaires, nous offrons à ces actrices de changement des supports pour les accompagner à prendre conscience de leurs ressources intérieures et collectives et à appréhender quelques outils pour passer à l’action » explique-t-elle. La formatrice a clairement développé les notions de base sur le leadership, précisant qu’il vient de l’intérieur et que chaque adolescente peut le développer en fonction de ses ressources propres ; c’est un processus qui prend du temps, voire toute une vie. Le leadership est collectif, les premières ressources d’une personne résident en elle, le défi est de pouvoir les connecter avec celles des autres individus. Le leadership peut être appris par l’action : on ne se connait jamais si bien que quand on agit.

La présidente de la Cellule nigérienne des jeunes filles leaders (CNJFL) Mme   Abdoulaye Halimatou Zika a de son côté confirmé l’appui considérable que l’UNFPA apporte aux jeunes filles leaders. «Depuis la création en mai 2015 de notre cellule, l’UNFPA nous a gratifiées de plusieurs formations, et aujourd’hui nous sommes en mesure de former d’autres jeunes filles sur le leadership. C’est ainsi que nous avons organisé plusieurs conférences sur le maintien de la jeune fille à l’école ; sur la participation des filles dans le processus électoral juste avant les élections de 2016. Et récemment nous avons organisé une activité en collaboration avec les élèves du lycée d’excellence pour amener les jeunes filles à s’intéresser aux filières scientifiques», a-t-elleajouté.

La participante Zeinabou Moussa Kaka, Présidente du Comité des Jeunes Filles Leaders (COJEFIL), a indiqué qu’avec ces formations «nous avons franchi beaucoup d’étapes et avons enregistré plusieurs succès. Nos activités ciblent généralement les jeunes filles scolarisées et non scolarisées. Nous leur apprenons à prendre conscience qu’elles peuvent être porteuses de projets et contribuer au développement de leur communauté et au-delà de notre pays. Nous avons eu à mener des actions concrètes de mobilisation notamment lors des élections générales de 2016 au cours desquelles nous avons coordonné un projet sur les élections apaisées», a-t-elle déclaré. Ce comité est formé, selon Zeinabou Moussa Kaka, d’une équipe engagée de 257 membres au sein de laquelle se retrouvent plusieurs structures et réseaux et sans oublier les Forces de Défense et de Sécurité.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

13 juillet 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mercredi, 13 juillet 2016 08:35