dimanche, 14 août 2016 22:22

Dosso/Enseignement professionnel et technique : Validation des documents de politique de la formation technique et professionnelle

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les cadres du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques se sont réunis en atelier national, du 12 au 13 août dernier à Dosso, en vue de valider les documents de politique de la formation technique et professionnelle par apprentissage et de la formation technique et professionnelle continue. L’objectif de cet atelier vise à enrichir les deux documents commandés par le Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques et financés par la coopération luxembourgeoise à travers le programme NIG017.

Il s’agira avec ces deux documents de contribuer à travers des orientations claires et pertinentes assorties de plans d’action à satisfaire la demande des compétences dans les secteurs de l’économie à fort potentiel de croissance et à améliorer l’employabilité des jeunes et leur passage réussi des apprenants au monde du travail.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Abdou Amani en présence du gouverneur sortant de Dosso M. Abdoulaye Issa, des représentants des cabinets du Président de la République, du Premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, des autorités administratives de la région de Dosso, des partenaires techniques et financiers et de nombreux invités.

Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture des travaux, le ministre des enseignements professionnels et techniques M. Abdou Amani a réitéré l’engagement de son ministère à œuvrer à tout moment et en tout lieu à soutenir la dynamique de développement des compétences professionnelles et techniques insufflées au sous-secteur depuis le premier mandat du Président de la République, ce qui a-t-il précisé, a permis de faire passer la proportion des apprenants de l’EFTP de 8% en 2009 à 25,57% en 2015.

Le ministre des enseignements professionnels et techniques s’est longuement appesanti sur la place de la formation technique et professionnelle dans le processus de développement national. Il est donc impératif pour les décideurs et partenaires au développement a-t-il souligné de promouvoir des dispositifs de formation qui assurent pour les scolaires et ceux qui sont hors du flux scolaire, un apprentissage de qualité assuré par des formateurs chevronnés. Ce qui permettra à moyen terme de faire porter conformément au programme de renaissance acte II, la proportion des apprenants de l’EFPT à 40 % en 2021 par rapport aux effectifs de l’enseignement secondaire. A long terme, la vision du ministère conformément à la politique sectorielle de l’EFPT est que le Niger dispose d’une main d’œuvre qualifiée.

M. Abdou Amani a souligné que le document de politique soumis à l’appréciation des participants à l’atelier répondra à la vision du programme sectoriel de l’éducation et de la formation PSEF 2014-2024 selon lequel l’enseignement technique et la formation professionnelle sont appelés à jouer à terme un rôle important dans la promotion et la qualification des jeunes nigériens.

Le gouverneur sortant de la région de Dosso M. Abdoulaye Issa s’est réjoui du choix porté à la région pour abriter cette importante rencontre. La formation professionnelle en général et la formation par apprentissage en particulier a-t-il indiqué constituent de nos jours le socle du développement à la base. La région de Dosso qui s’inscrit dans la recherche de ce développement compte selon lui, déjà 59 établissements publics et privés, un lycée technologique, un CFPT, 8 CET, 44 CFM et 5 établissements privés. Aux efforts fournis par l’Etat, il faut ajouter ceux des partenaires et le FAFPA qui appuient la région de Dosso dans le domaine de la formation par apprentissage où des centaines de jeunes déscolarisés et non scolarisés ont trouvé un métier.

La fin des travaux de cet atelier a été sanctionnée par une série de recommandations. Ainsi, les participants ont recommandé au gouvernement de reconnaître et donner au secteur privé sa place de 1er acteur concerné par la formation professionnelle technique continue et par apprentissage, d’impliquer le comité national de pilotage de la formation professionnelle par apprentissage dans tout le processus d’élaboration des stratégies et programme.

L’atelier recommande également au gouvernement de mettre en place un comité tripartite de suivi des recommandations de ces deux ateliers, il s’agit aussi de veiller à la cohérence entre la politique sectorielle de l’EFPT et les deux politiques nationales FTPA/ FTPC, d’abroger l’exonération de la taxe d’apprentissage dont bénéficient les entreprises au profit du FAFPA et de veiller à la représentativité des syndicats des travailleurs dans leur choix dans les cadres de concertation.

A l’endroit du patronat et chambres consulaires, l’atelier recommande de revendiquer et assumer leur rôle d’acteurs principaux de la mise en œuvre des politiques de la formation technique et professionnelle continue et par apprentissage. Il s’agira aussi de faire le plaidoyer auprès du gouvernement, de l’assemblée nationale et des PTF pour mobiliser les fonds nécessaires à la mise en œuvre de toutes les politiques ainsi que de faire le plaidoyer et le lobbying auprès du Président de la République et du gouvernement pour le reversement intégral de la taxe d’apprentissage au profit du FAFPA.

Les participants à l’atelier national de validation des projets de politiques nationales de la formation technique et professionnelle continue et d’apprentissage au Niger se sont engagés à œuvrer à l’élaboration de trois programmes à partir des résultats des deux politiques à savoir un programme d’appui de l’EFTP, un programme de développement durable de la formation technique et professionnelle par apprentissage et un programme d’amélioration de la qualité des ressources humaines productives.

En clôturant les travaux de cet atelier, le conseiller technique du ministre des enseignements professionnels et techniques, M. Amadou Issoufou, a remercié les participants pour la qualité de leurs contributions aux débats. Le ministère a-t-il indiqué vient d’être doter d’un outil de travail supplémentaire ce qui du reste dénote l’intérêt que les cadres du ministère attachent à l’éducation, à l’enseignement et à la formation professionnelle.

Mahamane Amadou ONEP-ANP /Dosso

15 aooût 2016
Source : http://lesahel.org/