mercredi, 07 septembre 2016 07:48

Université de Tillabéri Quand le SGA du Ministère de l’enseignement supérieur veut semer la zizanie …

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Ben omar Debut Examen Bac 2016 M. Mohamed Ben Omar, ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation La rentrée académique c’est pour très bientôt et l’Université régionale de Tillabéri risque d’être plongée dans d’inextricables difficultés. En effet, la politique, encore elle, va sans aucun doute contribué à bouleverser la quiétude dans laquelle elle évolue depuis sa création.

De quoi s’agit-il ?

A la faveur de la nouvelle configuration politique, le parti de BEN Omar tient à placer ses militants dans les hautes sphères de l’administration publique. C’est ainsi qu’un militant de cette formation politique a été proposé par le sieur Moumouni, le Secrétaire Général Adjoint du Ministère de l’enseignement supérieur pour gérer le Centre national des oeuvres universitaires de l’UAM de Niamey. Mais face au refus catégorique des autorités académiques, le ministre a demandé d’annuler la décision. Mais avec l’arrivée du nouvel allié de la MRN, en l’occurrence le MNSD, le SGA n’en démord pas. Il prendra alors une nouvelle décision pour affecter son protégé cette fois-ci au Centre régional des oeuvres Universitaires (CROU) de Tillabéri en remplacement de Monsieur Ibrahim Issa, un homme expérimenté qui a fait ses preuves et fort apprécié par les autorités académiques et régionales de Tillabéri Ibrahim Issa, il faut le reconnaître a été distingué chevalier de l’ordre académique du Niger depuis 2002 et de chevalier l’ordre national de mérite du Niger en 2011. Il a reçu également les félicitations de l’administration de l’Université, du Gouverneur sortant M. Djabiri pour le travail effectué depuis deux ans en tant que responsable du CROU. C’est cet homme que l’on veut remplacer par un autre qui n’a même jamais géré ne serait-ce qu’un simple Cybercafé, dont les compétences restent à désirer et dont la nomination n’est pas acceptée ni par le Recteur, encore moins par les étudiants. Le nouvel n’a pas non plus subi les trois d’essai réglementaires. Affaire à suivre.

07 septembre 2016
Source : Le Monde d'Aujourdhui 

Dernière modification le mercredi, 07 septembre 2016 13:30