jeudi, 06 octobre 2016 04:45

Maradi/Education : Le ministre des Enseignements Secondaires a procédé au lancement de la rentrée scolaire 2016-2017 à Maradi, mardi dernier

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Rentree Maradi 2016 2017Le coup d’envoi de l’année scolaire 2016-2017 a été donné, mardi dernier, à Maradi par le ministre des Enseignements Secondaires, M. Sani Abdourahmane qu’accompagne le gouverneur de la Région, M. Zakari Oumarou, le président du conseil régional, M. Paté Balla, les députés nationaux, le secrétaire général du gouvernorat de Maradi, M. Harouna Assakaley, les conseillers techniques du Président de la République et du Premier ministre MM Galadima Rabiou Daouda et Harouna Mayaou, les responsables régionaux de l’éducation nationale et ceux des forces de défense et de sécurité.

Le ministre Sani Abdourahmane qui effectue cette mission au nom du Ministère des Enseignements Secondaires, de celui de     l’Education Nationale et du Ministère des Enseignements Techniques et Professionnels, a débuté sa visite par le lycée technique Dan Kassawa de Maradi qui compte 822 élèves dont 178 filles et au centre de formation professionnelle et technique logé dans ledit lycée. Il a trouvé le corps professoral au grand complet et les élèves aussi. Face aux élèves, il a indiqué qu’il est là pour s’assurer de l’effectivité de la rentrée scolaire et les a encouragé à travailler. Car, a-t-il ajouté, nous avons entrepris de vous mettre tous sur le même pied d’égalité. Il leur a prodigué de sages conseils en leur demandant d’éviter les recours aux grèves et autres manipulations politiques qui n’ont d’effets que de les plonger dans un retard.

Le CGE franco-arabe de Zaria a constitué la deuxième où là aussi le ministre a trouvé le corps professoral au grand complet et les élèves au rendez-vous. Cet établissement tenu par 57 enseignants dont 44 contractuels fait face à d’énormes problèmes dont entre autres ceux d’adduction en eau potable et la voie d’accès à ce grand établissement. De concert avec les autorités régionales, le ministre a indiqué que dans l’immédiat, des dispositions urgentes seront prises afin que les élèves et les enseignants soient dans des conditions optimales de travail. Dans la Commune rurale de Jirataou (département de Madarounfa), le ministre a visité le CES et le CEG Elhaj Oumarou Lawali Gago. Le principal problème du CES de Djirataoua qui accueille à son sein 1268 élèves est celui de manque de salle de cours. L’établissement n’a que 2 classes en matériaux définitifs et le chantier de construction des classes engagé depuis plus d’un an est en abandon.

A l’issue de toutes ces visites, le ministre des enseignements secondaires a indiqué dans un point de presse que sur toutes ces étapes, les élèves étaient là, les professeurs présents et tout le monde était déterminé pour cette reprise des classes. « Nous avons prodigué des conseils aux élèves, échangé avec les professeurs et nous pouvons dire qu’au niveau de la région de Maradi, ces trois (3) enseignements ont effectivement repris le chemin de l’école » a-t-il rassuré.

Pour ce qui est de la distribution des fournitures scolaires aux élèves, le ministre a affirmé que c’est la concrétisation d’une politique voulu par le président de la République qui a pour but de permettre le bon démarrage des cours, mais aussi soulager les souffrances des parents . Il s’est réjoui du fait que dans toutes les écoles ces fournitures ont été remises aux élèves. Il a soutenu que les revendications qui leur ont été soumises tournent autour des pécules et des allocations. « Dans ce domaine, l’Etat a fourni beaucoup d’efforts et il continuera à fournir ces efforts pour créer la sérénité dans les différents syndicats» a-t-il dit.

Il a annoncé pour cette année, la relance de la construction des classes inachevées et à aboutir à grand contrat avec les partenaires pour la réalisation du projet du chef de l’Etat de 15.000 classes à travers le pays.

Cette délégation ministérielle compte aussi à son sein la représentante nationale des parents d’élèves, le représentant du CD de l’USN, et un membre du collectif de 40 associations,   la Fédération Cause-Niger. Ces différents représentants ont tour à tour apprécié positivement les efforts fournis par l’Etat pour cette rentrée réussie. Toutefois, chacun selon son appartenance à sa structure, a émis le vœu de voir aboutir les revendications de sa structure pour que la quiétude se pérennise dans nos écoles.

Tiémogo Amadou, ANP-ONEP Maradi

06 septempbre 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 06 octobre 2016 05:18