vendredi, 21 octobre 2016 05:28

Point de presse du directeur de cabinet du ministre en charge de l’Enseignement Primaire : Des éclairages sur la situation du partenariat avec le SYNACEB

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Ismael Badroum Mouddour ZakaraLe directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, M. Ismael Badroum Mouddour Zakara, a animé, hier dans l’après-midi au Ministère, un point de presse relatif à la rencontre entre le Ministère de l’Enseignement Primaire et les partenaires sociaux, plus précisément le SYNACEB. Ce syndicat observe, pour la troisième fois, un mot d’ordre de grève depuis la rentrée scolaire 2016-2017. Actuellement, le SYNACEB est en grève de 72 heures à compter du 19 octobre 2016, alors même que le Gouvernement est à pied d’œuvre pour éponger l’ensemble des arriérés de salaire des enseignements.

La volonté du Gouvernement à créer les conditions pour une éducation de qualité au Niger a été réitérée à l’occasion de la rencontre entre le Ministère de l’Enseignement Primaire et le SYNACEB, il y a de cela trois ou quatre jours.

Selon le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, M. Ismael Badroum Mouddour Zakara, sur les dix (10) points de la plateforme revendicative du SYNACEB, le ministère a apporté une réponse satisfaisante à sept (7) dont entre autres le paiement des arriérés de pécules en cours. Il ne reste que deux régions pour le mois d'août (Dosso et Tillabéry). Le paiement du mois de septembre a été effectué à Niamey et à Agadez. Le Gouvernement poursuit les efforts pour éponger ces arriérés en dépit des multiples défis auxquels il est en train de faire face.

S'agissant de l'arrêté sur le transfert de la gestion des contractuels aux communes, il a été dit qu'un nouvel arrêté conjoint sera pris avec les Ministères concernés (Finances, Fonction Publique et Intérieur) et portera sur l'ensemble des cinq (5) compétences à transférer (conformément au Décret de janvier 2016). Ce nouvel arrêté ainsi abroger les dispositions de l'arrêté du 20 juillet 2016.

Par rapport à l'attribution des matricules aux 476 enseignants de la liste additive 2012-2013 et aux 4220 recrutés de l’année 2014, le Ministère de la Fonction Publique, en collaboration avec le Ministère des Finances, a donné jusqu'au 30 novembre pour régler cette question. En ce qui concerne le rétablissement de toutes les indemnités suspendues par la Direction de la Solde, le ministre délégué au Budget affirmé qu'elles seront rétablies, que certaines le sont déjà, à charge pour ceux qui y ont droit de produire les justificatifs d'ici le 1er décembre 2016.

Quant au paiement des rappels sur salaires des enseignants pour les promotions 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013, le Ministère des Finances s'est engagé à traiter les dossiers et à régler cette situation grâce à l'activation du code rappel. Cela a constitué d'ailleurs un des points évoqués avec l'ITN. Pour le cas de la mise d’un représentant du SYNACEB à la disposition de la Direction de la Solde du Ministère des Finances, le Ministère de l’Enseignement Primaire a reconnu la pertinence de la demande. Toutefois, il estime que cette question doit être réglée dans un cadre global de la représentation des syndicats à la section H de la Direction de la Solde. Enfin, concernant le recrutement, au titre des années 2015 et 2016, le ministre délégué au Budget a précisé qu'aucun recrutement ne sera effectué avant 2017.

Les trois points de désaccord entre le Ministère de l’Enseignement Primaire et le SYNACEB

Le recrutement de tous les enseignants ayant plus de 4 ans d'ancienneté est l’un des points de la plateforme revendicative du SYNACEB. A ce niveau, le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement Primaire a relevé que le protocole auquel le syndicat fait référence n'a jamais évoqué cela. Ce que la loi prévoit, c'est que l'ancienneté de 4 ans est une condition nécessaire mais pas suffisante pour être recruté sans concours. Du reste, a dit M. Ismael Badroum Mouddour Zakara, cette revendication est irréaliste, car cela voudrait dire qu'on doit, ici et maintenant, recruter tous ceux qui ont été présélectionnés, soit plus de 13000 enseignants, auxquels il faut ajouter ceux qui ont eu les quatre (4) années d'ancienneté entre temps.

Le second point du désaccord est relatif à l'octroi de matricules à tous les enseignants frappés par la limite d'âge, alors même qu’au stade actuel, la loi ne l’a pas prévu. C’est dire que cette question nécessite une modification de la loi étant donné que les textes actuels ne le permettent pas. Malgré tout, le Ministère s’est dit prêt à examiner les modalités pratiques de cette problématique.

Quant au dernier point, il concerne la réhabilitation de tous les enseignants du Spécial A et B. Là aussi, le Ministère de l’Enseignement Primaire a notifié à son partenaire que cette question a été traitée de manière légale par le Gouvernement, et qu’il n'y a donc aucune possibilité de la prendre en compte.

Fort de cet argumentaire qui n’a pas empêché le SYNACEB d’observer un mot d’ordre de grève pour la troisième fois, le ministère de tutelle s’est interrogé sur l’agenda de ce syndicat : trois grèves totalisant 11 jours (sur les 20) depuis le début de la rentrée, comment peut-on expliquer cela? Y a-t-il un agenda caché? Ne peut-on pas légitimement se demander si l'école nigérienne est une préoccupation pour ce syndicat ? En tout état de cause, le ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, Dr. Daouda Mamadou Marthé a d’ores et déjà adressé une lettre circulaire en date du 17 octobre 2016, à l’ensemble des directeurs régionaux et départementaux de l’Education.

Cette circulaire ordonne à ces responsables de l’Education de procéder immédiatement, et cela sans complaisance aucune, à des contrôles de présence des enseignants sur le terrain. Les enseignants absents à leur poste, stipule la lettre circulaire, seront passibles de sanctions fermes conformément aux textes en vigueur. Ces sanctions sont notamment le retrait de la responsabilité, les coupures sur salaires et pécules et la résiliation pure et simple du contrat. ‘’Le Ministère de l’Enseignement Primaire reste et demeure ouvert au dialogue franc et sincère, gage d’une éducation de qualité dans notre pays’’, a dit le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement Primaire, M. Ismaël Badroum Mouddour Zakara.

Hassane Daouda(onep)

21 octoobre 2016
Source : http://lesahel.org/