Forfait Albarka - Orange Niger

lundi, 20 février 2017 23:44

Journée internationale de la langue maternelle : L’éducation bilingue, un facteur de développement

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Daouda Marthe La communauté internationale célèbre ce jour 21 février 2017, la journée internationale de la langue (JILM). Pour cette 18ème édition, le thème choisi est « vers des avenirs durables grâce à l’éducation multilingue». C’est en 1999 que  l’UNESCO a décidé d’instituer la JILM avec pour objectif de  rappeler à l’humanité que la langue maternelle est un réel facteur de développement socioéconomique et culturel.

 A cette occasion le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l’Education civique a livré un message. Dans son adresse, Dr Daouda Mamadou Marthé a souligné que le thème choisi se rapporte à l’un des objectifs liés «l’éducation pour les peuples et la planète : créer des avenirs durables pour tous».

La JILM fait également écho à l’objectif 4.6 des objectifs mondiaux du développement durable (ODD) celui de « veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes ; hommes et femme, sachent lire, écrire et compter d’ici 2030». Au Niger, cette journée constitue, selon le ministre Daouda Mamadou Marthé, une opportunité pour les acteurs nationaux de réfléchir sur les avancées enregistrées en matière de promotion de langues et cultures nationales et en dégager les perspectives de son accélération. Les langues ont un rôle primordial dans l’épanouissement individuel et le développement socioéconomique des communautés. C’est conscient de cela que le Niger a institué l’alphabétisation des adultes dès 1963 et a ouvert les premières classes expérimentales d’enseignement bilingue en 1973 comme vecteurs et outils d’apprentissage.

Pour le ministre en charge de l’Alphabétisation, ces deux choix éclairés constituent les «jalons sur lesquels reposent toutes nos actions de promotion et de développement des langues nationales». S’appuyant sur le postulat selon lequel il « n’est point de développement fécond et durable sans une éducation de qualité, fondée sur l’utilisation des langues maternelles concomitamment avec le français, le ministre Daouda Mamadou Marthé a indiqué que les compétences, aptitudes et attitudes ne sauraient se réaliser sans une utilisation consciente et assumée de nos langues et cultures». «C’est d’ailleurs  pourquoi  les autorités nationales s’attèlent sous la clairvoyante conduite du Président Issoufou Mahamadou à faire des langues nationales, de véritables outils de développement » a dit le ministre avant de s’appesantir sur les avancées réalisées au Niger tant en ce qui concerne l’équipement des écoles en matériels didactiques et pédagogiques que pour la formation des enseignants et encadreurs bilingues.

Ainsi le nombre de langues nationales avec leur orthographe officielle est passé de cinq (5) à huit (8). En outre, en 5 ans, plus de 200 ouvrages, guides, manuels et livres de référence ont été produits dans les cinq (5) langues nationales, en français et en arabe standard a fait ressortir le ministre qui a ajouté que 100 encadreurs d’écoles normales ont été formés sur le bilinguisme et la didactique du bi-plurilinguisme. Mieux, le nombre d’élèves ayant bénéficié d’enseignement en langues nationales a connu une hausse considérable en s’établissant à environ 90.000 tandis que celui des enseignants et directeurs d’école est de 1500. Le ministre a affirmé que les programmes d’enseignement de toutes les sections de formation des écoles normales ont été élaborés et mis à la disposition des différents acteurs. Il en est de même pour les structures d’alphabétisation et d’éducation non formelle, des centres utilisant l’approche bilingue qui sont en expérimentation.

On le voit bien que l’introduction des langues nationales dans le système éducatif est une réalité, mais le plus important est de faire de nos langues nationales des véritables leviers de développement, outils de formation et de cohésion nationale. C’est dans ce cadre que l’Etat s’active à développer le cadre institutionnel et juridique de l’utilisation des langues et cultures nationales dans toutes les  instances de la vie sociale. Le ministre Daouda Mamadou Marthé a annoncé que la célébration de cette journée aura lieu au stade Général Seyni Kountché et à la Maison des jeunes de Diffa suivie d’une session supplémentaire prévue à Tahoua. L’édition 2017 sera célébrée à travers diverses activités dont des conférences-débats, des expositions de livres bilingues et en langues nationales ainsi que des animations culturelles. Ces manifestations donneront au public l’occasion d’apprécier les avancées enregistrées et les efforts déployés pour la promotion et le développement de nos langues et cultures.

 Zabeirou Moussa(onep)

21 février 2017
Source : http://lesahel.org/