EDUCATION.

Maman Sani Abdourahaman Hafiz AbubakarLe Vice-gouverneur et ministre de l'Education de l'Etat Fédéré de Kano, M. Hafiz Abubakar est arrivé, hier à Niamey, accompagné d’une forte délégation. Il s’agit à travers cette visite, de s’entretenir avec le ministre des Enseignements Secondaires, M. Maman Sani Abdourahamane, sur notamment le Collège Bilingue pour Garçons de Niamey.
Plusieurs activités ont marqué cette mission dont une visite au Collège bilingue de Niamey, une réunion technique ayant regroupé les diplomates et techniciens nigérien et nigérian ainsi que les responsables de la Commission Mixte Nigéro-Nigériane de Coopération et une signature de convention. Cette visite se poursuivra aujourd’hui à Zinder où, une autre réunion se tiendra relativement aux travaux de construction du Collège Bilingue pour Filles.

Universite Abdou Moumouni 2016La faculté des sciences de la santé (FSS) de l'université Abdou Moumouni de Niamey est au centre d'une affaire trouble de délibération reprise à l'initiative du doyen de ladite faculté, le Pr. Saïdou Mamadou, la FSS semble avoir attrapée le virus qui circule dans l'air sous Mahamadou Issoufou. Non content des résultats des délibérations régulières conduites en conformité avec les textes, le doyen de FSS n'est pas passé par quatre chemins pour convoquer à nouveau les enseignants en EM1 (études médicales - première année) aux fins de procéder à une nouvelle délibération, au prétexte que la première délibération n'avait pas tenu compte de la règle habituelle de repêchage. Une histoire qui sent le roussi, l'examen desdits résultats, à l'aune des critères de passage, de redoublement et d'exclusion, révélant les aberrations de l'acte du Pr. Mamadou.

Le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari a présidé vendredi dernier, la cérémonie solennelle de consécration de la 13ème promotion des élèves Officiers d'Actives et de la 8ème promotion d'élèves Officiers Collatéraux. Cette cérémonie s’est déroulée à l’Ecole de formation des officiers des forces armées nigériennes (EFOFAN) sise dans l’enceinte du Groupement d’Instruction (GI) deTondibiah, en présence des députés membres de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée Nationale, des membres du Gouvernement, des représentants du Corps Diplomatique, des parents et amis des élèves officiers.

Maryam Abacha Jiratawa Universite MaradiAprès le Collège Bilingue de Niamey et celui pour filles de Zinder, la coopération dans le domaine de l’enseignement et de la formation entre le Niger et le Nigeria franchit un autre palier. En effet, la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou, et Hadjia Maryam Sani Abacha accompagnée de Hadjia Turay Yar Aduwa, ont procédé hier, en présence du ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de la représentante de Aïsha Buhari, à la pose de la première pierre pour la construction de l’Université américaine Myaram Abacha à Jiratawa (région de Maradi).

Après avoir déposé un préavis de grève le 16 décembre 2016 pour compter du 21 au 23 décembre 2016, le Syndicat National des Agents Contractuels de l'Enseignement Secondaire (SYNACES) et son ministère de tutelle ont entamé dès, lundi dernier, des négociations ayant abouti à la signature, mardi dans l’après-midi, d’un protocole d’accord paraphé par le ministre des Enseignements Secondaires, M. Sani Abdourahamane, et le secrétaire général dudit syndicat, M. Kiemou Yahaya. Dans ce protocole d’accord, le SYNACES a décidé de lever son mot de grève.

Le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Tidjani Idrissa Abdoulkadri, a effectué, du 5 au 10 décembre dernier, une mission de travail au Maroc. Cette visite au Royaume chérifien a pour objectif principal la redynamisation et la relance des relations en matière de formation professionnelle et technique entre le Niger et le Maroc.

Le comité interministériel et les syndicats membres de la CAUSE Niger et du SYNACEB ont procédé hier après midi dans la salle des banquets de la Primature à la signature d’un protocole d’accord portant sur plusieurs points de la plate forme revendicative des enseignants. Au terme de ce protocole d’accord, le gouvernement s’engage à apurer tous les arriérés de pécules des contractuels avant la fin du mois de décembre, et d’assurer le payement régulier des salaires et des pécules des enseignants.

(Nous y reviendront).

Onep

Issa beri Niger 2016À l’initiative de l’association des anciens élèves du collège Issa Béri de Niamey, une cérémonie a été organisée le 10 décembre dernier dans l’enceinte de l’établissement pour célébrer ses 50 ans d’existence. Personnalités invitées, élèves, anciens élèves, étaient ensemble pour fêter, le cinquantenaire de cette école qui a ouvert ses premières classes en octobre 1966, sous l’appellation de collège d’enseignement général, grâce à la bonne volonté des «Frères des Ecoles Chrétiennes », avec la bénédiction du Pape Paul VI.

Le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, M. Mohamed Ben Omar, a présidé, hier au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie de lancement du Master Professionnel régional en droit notarial. Cette cérémonie organisée par la Chambre Nationale des Notaires du Niger et l’Université Abdou Moumouni de Niamey s’est déroulée en présence du ministre des Affaires Etrangères assurant l’intérim de son homologue de la Justice, Garde des Sceaux, du recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, des Ambassadeurs et présidents des Institutions de la République; des membres du corps Diplomatique représentant les Organisations Internationales, des Enseignants chercheurs et étudiants et de plusieurs invités.

 

enseignant nigerImage d'illustrationIls étaient plusieurs milliers d’enseignants contractuels de la région de Niamey à marcher pour réclamer leurs arriérés de salaire. A l’appel des deux structures syndicales, ils sont sortis massivement. L'un d'eux, Issaka Abdou, s'exclame : « Nous sommes des enseignants. Il y a d’autres qui accumulent quatre mois d’arriérés de pécule. »

Plusieurs grèves perlées ont bloqué l’école nigérienne depuis la rentrée d’octobre. Ce premier trimestre est presque perdu, selon Aite Amaivi Mariama : « Vraiment, nous déplorons ça. Le trimestre est parti comme ça. Si jamais ce gouvernement ne cherche pas un terrain d’entente entre nous, c’est fort difficile de ne pas [envisager] une année blanche au Niger. »

Page 2 sur 34