Forfait Albarka

Table ronde sur la scolarisation et la formation des filles : Nécessiter d’œuvrer ensemble pour accompagner la scolarisation de la jeune fille

Une table ronde sur la scolarisation et la formation des filles a été organisée par les acteurs en charge de cette question, hier après-midi à la primature. L’ouverture de cette rencontre a été présidée par le ministre des Enseignements Professionnels et Techniques, M. Tidjani Idrissa Abdoulkadri, représentant le Premier ministre, Chef du gouvernement. La rencontre s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement, des députés, du chef de file des Partenaires Techniques et Financiers et plusieurs officiels et acteurs accompagnant cette démarche.

A l’issue des travaux, sous réserve de quelques observations, les acteurs ont procédé à la signature d’un document engageant tous les acteurs concernés à savoir la Lettre d’engagement en faveur de la scolarisation et de la formation des filles et les acteurs, avant de réitérer leurs engagements d’œuvrer ensemble pour l’atteinte de cet objectif.

En ouvrant cette table ronde de plaidoyer et de mobilisation des partenaires en faveur de la scolarisation et la formation des filles au Niger, le représentant du Premier ministre, Chef du gouvernement, a indiqué que la sous scolarisation de la jeune fille est un problème dont la résolution requiert des ressources considérables.

«La faiblesse de la demande d’éducation, particulièrement pour les jeunes filles, constitue un défi que les différents acteurs se doivent de relever», a-t-il estimé. C’est pourquoi, le Programme Sectoriel de l’Education et de la Formation a réservé une place de choix à la réduction des inégalités liées aux genres. Ce sont ces raisons qui justifient la pertinence de la présente table ronde. Expliquant que cette rencontre vise à susciter un débat en vue d’un meilleur cadrage des interventions et financements des PTF du secteur de l’éducation, de dégager des orientations consensuelles et innovantes pour contourner les obstacles qui entravent la scolarisation des filles, et d’engager une discussion sur la mise en place d’un cadre de suivi.

« Il faut insuffler une nouvelle dynamique à la scolarisation des filles pour inverser la tendance actuelle. Cela suppose des engagements conséquents de part et d’autre mais aussi des orientations consensuelles et innovantes pour booster la scolarisation et la formation des filles au Niger », a exhorté le ministre Tidjani Idrissa Abdoulkadri.

Pour sa part, le chef de file des Partenaires Techniques et Financiers, l’Ambassadeur de l’Union Européenne en République du Niger, SE Raul Mateus Paula a, au nom des PTF du secteur, a rappelé la disponibilité et la mobilisation des partenaires pour accompagner le Gouvernement dans ce processus et exprimer ses encouragements pour la poursuite de ce nouvel élan en faveur de la scolarisation et de la formation des filles, qui contribuera certainement à créer les conditions pour que tous les citoyens (hommes et femme) puissent réaliser pleinement leur

potentiel, au profit de l’ensemble de la société nigérienne.

Dans son mot introductif, le ministre de l'Enseignement Primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l'Education Civique, M. Daouda Mamadou Marthé a, au nom de son homologue des Enseignements Professionnels et Techniques, indiqué que ce « Momentun » a pour objectif d’obtenir les engagements du Gouvernement, des élus, des PTF, des communautés, des organisations de la société civile et des leaders religieux en faveur d’un nouvel élan pour l’éducation des filles au Niger.

Mamane Abdoulaye(onep)

21 juillet 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Education