L’UNESCO accompagne le processus de formulation de la politique enseignante du Niger

L’UNESCO accompagne le processus de formulation de la politique enseignante du NigerEn juin 2018, le Gouvernement du Niger va lancer son processus de formulation de la politique enseignante dans le cadre du programme de renforcement des capacités en éducation (CapED) de l’UNESCO, financé par la Suède, la Finlande et la Norvège.

Le Niger, à l'instar de la plupart des pays au sud du Sahara, est confronté au défi majeur d’augmenter le nombre d’enseignants et d’améliorer leurs compétences professionnelles en tenant compte de la demande toujours croissante en éducation des enfants scolarisables.

En termes d’accès et de participation, sur les deux dernières années, les taux bruts de scolarisation au primaire et dans l’enseignement du cycle de base 2, sont passés respectivement de 76,2% à 77,8% et de 34,2% à 34,4%. Les taux d’achèvement passent respectivement de 78,4% à 80,4% et de 18,8% à 20,3% (revue 2018 du PSEF).

Cependant, ces acquis ont eu des effets mitigés sur les résultats et les performances du secteur de l'éducation dans son ensemble avec principalement la baisse du niveau des apprentissages des élèves. Selon le PASEC 2014, en moyenne 91,5 % des élèves n’atteignent pas le seuil « suffisant » en lecture en fin de scolarité primaire, et 31,7 % ne manifestent pas les compétences les plus élémentaires mesurées en langue de scolarisation.

Le rôle majeur des enseignants et de l’enseignement pour un apprentissage efficace à tous les niveaux d’éducation a été reconnu dans le Cadre d’action Éducation 2030 et, ainsi, érigé en rang de priorité dans le Programme du Secteur de l’Education et de la Formation du Niger (PSEF) 2014-2024.

L’Objectif de Développement Durable 4 (ODD4) comprend une cible visant à ce que « les enseignants et les éducateurs aient les moyens d’agir, soient recrutés de manière adéquate, jouissent d’une formation et de qualifications professionnelles satisfaisantes, et soient motivés et soutenus au sein de systèmes gérés de manière efficace et efficiente, et dotés de ressources suffisantes ».

Afin de mettre à disposition ce personnel enseignant de manière durable au sein du système éducatif nigérien, il est essentiel de concevoir et de mettre en œuvre une politique enseignante qui soit fondées sur des données fiables et élaborée avec la participation de tous les acteurs concernés.

C’est dans cette perspective que l’UNESCO va accompagner le Gouvernement nigérien à travers les ministères de l’Enseignement primaire et de l’Enseignement secondaire pour l'élaboration d'un document de politique enseignante du primaire et du secondaire cohérente et holistique. Ce document prendra en compte l’ensemble des dimensions de la question enseignante, à savoir le recrutement, la formation initiale et continue en rapport avec le développement professionnel, le déploiement et l'utilisation d'une part; et, d'autre part, la question du statut économique et social de l'enseignant, statut inséparable des conditions de travail, des questions de conscience professionnelle et de vocation, rémunération, de performances en matière d'enseignement/apprentissage et aussi la gouvernance scolaire.

Le programme CapED s’appuiera sur les outils de formulation de politique de l’Institut International de l’UNESCO pour le Renforcement des Capacités en Afrique (IICBA) et les résultats du Rapport d’Etat du Système Educatif (RESEN) du Niger en cours d’élaboration par le Pôle de Dakar de l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE). Les étapes suivantes seront menées avec l’appui et la supervision technique de l’IICBA : 1) mise en place de l’équipe nationale, avec tous les ministres parties prenantes, pour la conduite du processus. Cette approche participative permettra de garantir l’appropriation nationale, le consensus, et le succès de la mise en œuvre ultérieure de la politique enseignante; 2) renforcement des capacités des membres de l’équipe nationale ; 3) étude diagnostique conduite par les membres de l’équipe nationale ; 4) formulation et la validation de la politique enseignante qui regroupera les représentants des structures étatiques, la société civile active en éducation, les partenaires techniques et financiers, les parents d’élèves, les syndicats d’enseignants.

30 mai 2018
Source : http://www.unesco.org/new/fr/

Imprimer