Sanef 2018

Table ronde sur la qualité de l’éducation au Niger / Risque de perpétuer le cycle de la pauvreté d’une génération à une autre : 2,6 millions d’enfants de 7 à 16 ans qui ont été exclus de l’école

iDu 4 au 6 juillet dernier, une table-ronde sur la qualité de l’éducation au Niger a été organisé à Niamey. Durant trois(3) jours les acteurs nationaux ainsi que les partenaires techniques et financiers du secteur de l’éducation au Niger ont débattu sur les possibilités d’améliorer la qualité de l’éducation au Niger.

Dans son intervention, le chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du secteur de l’éducation, Mme Félicité Tchibindat a souligné que le Niger présente un des défis éducatifs les plus difficiles au monde bien que des solutions existent pour les surmonter. Elle s’est appesantie sur le doublement du nombre d’enfants à l’école au Niger passant de 35% en 2001 à 76% en 2016. Mais ce progrès cache deux (2) autres réalités indéniables : la qualité de l’éducation et le nombre d’exclusion de l’enseignement primaire ou secondaire. Pour Mme Félicité, les études ont révélé que 2,6 millions d’enfants de 7 à 16 ans qui ont été exclus de l’école alors que ceux qui sont restés ont encore du mal à apprendre et abandonnent avant de terminer leurs études. Une situation qui affecte plus les enfants issus des ménages vulnérables en villes comme en zones rurales, la représentante résidente de l’UNICEF estime que « derrière ces statistiques, c’est l’avenir de nos enfants et du pays qui est en jeu. Nous risquons de perpétuer le cycle de la pauvreté d’une génération à une autre ».

Le souci de la qualité de l’éducation, objet de ladite table-ronde, découle selon le ministre de l’Enseignement Primaire M. Daouda Marthé, du Programme sectoriel de l’éducation et la formation (PSEF 2014-2024) en cours de mise en œuvre par les autorités qui, elles, se sont engagées à assurer une « éducation inclusive et équitable et un apprentissage tout au long de la vie », conformément à l’ODD 4.

Pour ce qui est l’amélioration de la qualité de  l’éducation, les participants à l’atelier tenteront d’apporter une réponse afin de proposer au gouvernement et aux partenaires, une feuille de route et aussi pour « identifier, documenter, partager et capitaliser les bonnes pratiques, expériences et stratégies en vue de contribuer à l’amélioration de la qualité des enseignements-apprentissages ».

Les conclusions vont permettre de faire le bilan de la mise en œuvre du plan d’actions stratégiques pour prendre en charge les difficultés identifiées après l’évaluation des contractuels de l’éducation l’année dernière mais aussi de stabiliser le cadre logique de la feuille de route qualité 2018-2021.

Saadi Altiné

13 juillet 2018
Source : https://www.nigerdiaspora.net

 

Imprimer E-mail

Education