Université de Niamey : Quand le service Bac pratique la discrimination

Université de Niamey : Quand le service Bac pratique la discriminationAu 21e siècle, des pratiques dignes du moyen âge sont toujours en cours au Niger. Des pratiques discriminatoires, dans la désignation des enseignants chercheurs et autres agents pour la présidence de jury et le secrétariat. Ces pratiques aux antipodes des valeurs de la cité et dignes de l’apartheid sont appliquées contre tous les enseignants et agents de l’Université qui auraient voté contre l’actuel recteur. C’est alors le retour de la manivelle contre l’électorat dit de Pr Nouhou. En tout cas, selon certaines sources, la question est sur toutes les lèvres au sein de la communauté universitaire qui s’indigne de cette pratique honteuse des autorités rectorales. Un apartheid qui lègue au second plan ceux qu’on considérerait comme étant des « moins que rien ». Alors que tous les Nigériens sont égaux en droit et en devoir. Et sont également sous les mêmes lois. L’Université est un lieu du savoir. Elle ne doit jamais être un nid pour la discrimination et autres pratiques antirépublicaines. Vivement alors que les autorités rectorales prennent de la hauteur pour ne pas tomber dans des considérations dignes de la période d’apartheid. En tout état de cause, le Bac est national voire international. Alors pratiquer une discrimination autour et dans son organisation serait impardonnable pour un universitaire. 

23 juillet 2018
Source : Le Courrier

Imprimer